Boyz N the Hood

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Boyz N the Hood

Titre québécois La Loi de la rue
Titre original Boyz N the Hood
Réalisation John Singleton
Scénario John Singleton
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Sortie 1991
Durée 102 min.

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Boyz N the Hood est un film américain de John Singleton sorti en 1991.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Los Angeles, 1984. Un jeune homme de South Central, Tre, veut continuer ses études supérieures mais son environnement social va en décider autrement. Enfant de parents divorcés et brillant à l'école, Très se fait renvoyer trois jours pour une bagarre. Sa mère décide de l'envoyer chez son père à South Central. Là, il retrouve Darin et Ricky, deux frères qui habitent la maison d'en face. Dans cet univers de ghetto très sombre, il continue d'évoluer positivement grâce à l'éducation prodiguée par son père, même s'il est confronté au racisme des policiers, à la pauvreté, à la prolifération des armes, à la violence des bandes et au trafic de drogues.

En 1991, Darin vend de la cocaïne, Ricky obtient une bourse pour aller à l’université de Californie du Sud, et Tre essaye de faire changer d'avis Brandi sa petite amie qui refuse d'avoir des relations sexuelles avant le mariage. Un soir, les trois amis ont une altercation avec un autre gang.

Plus tard, Ricky se fait tuer à coups de fusil par l'autre gang. Cherchant à se venger, Darin et Tre partent à leur recherche. Au bout d'un moment, Tre préfère arrêter la recherche. Darin continue, et trouve trois membres, qui se font alors tuer.

Finalement, Darin se fait assassiner deux semaines plus tard, Tre est admis à Morehouse College, et part pour Atlanta avec Brandi, qui intégre le Spelman College (en) pour jeunes filles noires.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Titre : Boyz N the Hood
  • Titre québécois : Mecs et la Rue
  • Réalisation : John Singleton
  • Scénario : John Singleton
  • Producteur : Steven Nicolaides
  • Société de production : Columbia Pictures et Sony Pictures
    • Producteur exécutif : Steven Nicolaides
  • Musique : Stanley Clarke
  • Photographie : Charles Mills
  • Directeur artistique : Bruce Bellamy
  • Montage : Bruce Cannon
  • Décors : Kathryn Peters
  • Assistants réalisateurs : Simone Farber, Eric Jones, Don Wilkerson
  • Société de distribution : Columbia Pictures, Sony Pictures Entertainment
  • Budget : 6 500 000 $
  • Pays d'origine : Drapeau des États-Unis États-Unis
  • Langue : anglais
  • Format : couleurs – Dolby SR35 mm
  • Genre : drame
  • Durée : 102 minutes
  • Dates de sortie :
  • Recette : 57 504 069 $

Distribution[modifier | modifier le code]

Bande originale[modifier | modifier le code]

  1. How to Survive in South Central par Ice Cube
  2. Jusk Ask Me Too par Tevin Campbell et Chubb Rock
  3. Mama Don't Take No Mess par Yo-Yo
  4. Growin' Up in the Hood par Compton's Most Wanted
  5. Just a Friendly Game of Baseball (remix) par Main Source
  6. Me and You par Tony! Toni! Toné!
  7. Work It Out par Monie Love
  8. Every Single Weekend par Kam
  9. Too Young par High-Five
  10. Hangin' Out par Two Live Crew
  11. It's Your Life par Too $hort
  12. Spirit (Does Anybody Care?) par Force One Network
  13. Setembro (Brazilian Wedding Song) par Quincy Jones
  14. Black on Black Crime par Stanley Clarke

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • Oscars 1992 (nommé)
  • New York Film Critics Circle Award 1991
  • Image Award 1993
  • MTV Movie Award 1992
  • PFS Award, (Political Film Society), États-Unis 1992
  • BMI Film and TV Awards (Stanley Clarke)
  • National Film Preservation Board, États-Unis 2002
  • Writers Guild of America, États-Unis (scénario John Singleton)
  • Young Artist Awards (Baha Jackson, Desi Arnez Hines II, Donovan McCrary)

Autour du film[modifier | modifier le code]

Ce film est largement inspiré de la vie John Singleton.

Cuba Gooding Jr., Ice Cube, Laurence Fishburne, Nia Long et Morris Chestnut sont à l'affiche de film décrivant l'ambiance criminelle régnant dans le quartier de South Central à Los Angeles. Ce film est tourné et sort peu avant que n'éclatent les émeutes de 1992. Un autre film est une alternative à la vision du ghetto de Los Angeles, il s'agit de Menace II Society.

En 2002, ce film a été inscrit au National Film Registry, créé par le Congrès américain, comme film décrivant une réalité culturelle.

En 2011, le rappeur The Game écrit une chanson nommé Ricky sur son album The RED Album contenant des extraits samplés du film et un instrumental basé sur la bande originale.

  • Situé dans l’État de Californie, le comté de Los Angeles est le plus peuplé des États-Unis (près de dix millions d’habitants). Il est divisé en seize regions réparties selon leur position au nord, au sud, à l'est et à l'ouest. On peut voir sur la carte de la region de South Los Angeles (autrefois appelée L.A. South Central)[1] les vingt-cinq neighborhoods (« quartiers ») qui la composent, en particulier Baldwin Hills/Crenshaw (en haut à gauche), où se situe l’action du film Boyz’n the hood, et Watts (en bas à droite), où ont lieu les émeutes de Watts en 1965, puis en 1992.
  • À part quelques compliments lancés par les jeunes noirs à des latinas, le film ne montre aucune interaction entre les communautés hispanique et afro-américaine. Or la composition de la population de South LA (qui compte 500 000 habitants en 1990) s’est profondément modifiée en vingt ans : de 80 % d’afro-américains pour 20 % de latinos en 1970, à grosso-modo 50-50 % en 1990 [2]. Il est vrai que la population de Crenshaw, troisième sur la liste des quartiers « les plus noirs » de South LA, reste majoritairement afro-américaine.
  • Le père de Tre, Furious Styles, est le seul homme du quartier : Singleton, natif de South Central, a eu l'occasion d'observer que pour la plupart, les hommes sont soit morts, soit en fuite, soit en prison. Furious conseille à son fils de se tenir tranquille, de travailler à l’école, d’éviter d’attraper une MST (ou de devenir père à dix-sept ans comme lui), et de ne pas s’engager dans l’armée : il a vu comment les noirs, en grand nombre dans l’armée des États-Unis lors de la guerre du Viet-Nam, étaient alors utilisés comme chair à canon.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. carte de L.A. South Central : voir http://en.wikipedia.org/wiki/File:Map_South_Los_Angeles_region_of_Los_Angeles,_California.png
  2. selon Grant, David M., Melvin L. Oliver, & Angela D. James. 1996. African Americans: Social and Economic Bifurcation, in Waldinger, Roger and Medhi Bozorgmehr. Ethnic Los Angeles, New York: Russell Sage Foundation – Voir aussi le Los Angeles Times du 3 mai 1990 http://articles.latimes.com/1990-05-03/news/ti-151_1_south-los-angeles

Lien externe[modifier | modifier le code]