Boy A

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Boy A

Titre original Boy A
Réalisation John Crowley
Scénario Mark O'Rowe
Acteurs principaux
Sociétés de production Cuba Pictures
Channel 4
Pays d’origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Drame
Sortie 2007
Durée 100 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Boy A est un film dramatique britannique réalisé par John Crowley (en). Initialement produit pour la télévision, le film a d'abord été montré dans quelques festivals, puis diffusé sur Channel 4 au Royaume-Uni, avant d'être distribué en 2007 au cinéma.

C'est l'adaptation cinématographique du roman Jeux d'enfants (Boy A, 2004) écrit par Jonathan Trigell et disponible aux Éditions Gallimard, dans la collection Série noire. Le personnage de Jack s'inspire d'un ami de l'écrivain ayant été placé dans un centre de détention pour mineur - pour un délit et non pour un crime de sang comme dans le film - et dont la réinsertion dans la société fut très difficile.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Jack Burridge s'installe avec son oncle Terry dans une petite ville britannique. Sauf que son vrai nom n'est pas Jack Burridge et que Terry n'est pas son oncle mais son contrôleur judiciaire. Jack sort de prison, incarcéré pour le meurtre d'une fillette, commis, alors qu'il était enfant, avec son copain Philipp qui s'est ensuite suicidé ou aurait été assassiné en prison. Il tente de prendre un nouveau départ, aidé par Terry, qui voit en lui son plus beau succès de réhabilitation.

Hanté par ses actions et ses rêves, et essayant de construire sa nouvelle vie, Jack évolue entre le secret qui lui pèse et sa volonté d'aller de l'avant, s'épanouissant dans son travail et avec sa nouvelle petite amie. Cependant, son équilibre psychologique reste fragile et le poids de son histoire dont il ne peut parler à personne le tourmente.

Malheureusement, il est un jour rattrapé par son passé lorsque sa photo est publiée dans les journaux par un concours de circonstances et qu'il devient la cible de la haine populaire, à jamais considéré comme un meurtrier.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Inspiration[modifier | modifier le code]

Le livre est librement inspiré d'un fait divers tragique de 1993, la torture et le meurtre d'un enfant de deux ans (James Bulger) par deux jeunes garçons de dix ans (Robert Thompson, « Child B » et Jon Venables, « Child A »). Ce fait divers fut sans doute l'un des premiers crimes filmés par des caméras de surveillance [1]: la scène de l'enlèvement, dans un centre commercial, frappe par sa banalité, ce qui concourra à faire passer ces enfants meurtriers pour des monstres froids.

Relâchés à l'âge de dix-huit ans, ils bénéficièrent d'une nouvelle identité et d'un nouveau départ, ce qui déchaina une campagne de presse très violente, une grande partie de la population les considérant comme des monstres à enfermer à vie ou presque, sans pardon possible [2].

Le film illustre les conséquences d'une vision du monde anglo-saxonne qui privilégie la thèse d'une origine génétique à une analyse des mécanismes sociaux et familiaux qui peuvent conduire à ces actes ; or, les deux garçons criminels étaient profondément marqués par leur entourage familial et victimes : inceste, tentatives de suicides, alcoolisme, violence, internements psychiatriques, ce qui ne fut pas évoqué lors du procès.

Le film exhale un relent prémonitoire quand en mars 2010, suite à de nouvelles infractions de Jon Venables, les tabloïds appellent à la suppression de la protection des criminels en cas de récidive[3].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

2008

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Murder of James Bulger » - Article sur le site de la BBC Liverpool, paru le , consulté le 25 mars 2009.
  2. (fr) « Après la libération des deux enfants assassins de Liverpool : La traque impitoyable » - Article dans Le Nouvel Observateur, paru le , consulté le 25 mars 2009.
  3. À 10 ans, peut-on être jugé comme un adulte ?, Sylvain Biville, Rue89, 16 mars 2010.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]