Bourse régionale des valeurs mobilières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bourse régionale des valeurs mobilières
Image illustrative de l'article Bourse régionale des valeurs mobilières
Logotype de la BRVM
Pays Drapeau du Bénin Bénin
Drapeau du Burkina Faso Burkina Faso
Drapeau de la Guinée-Bissau Guinée-Bissau
Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire
Drapeau du Mali Mali
Drapeau du Niger Niger
Sénégal Sénégal
Drapeau du Togo Togo.
Ville Le Plateau (Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire)
Fondation juillet 1996
16 septembre 1998 : démarrage des activités boursières
Personnes clés Edoh Kossi Amenounve (directeur général)
Propriétaire société anonyme à régime de conseil d'administration
Site web http://www.brvm.org

La Bourse Régionale des Valeurs Mobilières(BRVM) est une institution financière spécialisée créée le 18 décembre 1996, conformément à une décision du Conseil de Ministres de l'UMOA prise en décembre 1993. C'est une société anonyme dotée d'une mission de service public communautaire et disposant d'un capital de 2 904 300 000 francs CFA. Cette Bourse est commune à 8 pays de l'Afrique de l'Ouest : Bénin, Burkina Faso, Guinée-Bissau, Côte d'Ivoire, Mali, Niger, Sénégal et Togo.

Elle est basée à Abidjan. Ce marché régional dispose d'antennes nationales de Bourse (ANB) dans chacun des pays concernés. Chaque ANB est reliée au siège par un relais satellitaire qui assure l'acheminement des ordres et des informations à tous les investisseurs de la Bourse de façon équitable.

Histoire[modifier | modifier le code]

Siège de la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières à Abidjan

L’Union Monétaire Ouest-Africaine (UMOA) qui regroupe à ses débuts sept pays (Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Mali, Niger, Sénégal et Togo) rejoints par la suite par la Guinée-Bissau, prévoit dans son traité constitutif du 14 novembre 1973, la mise en place d’un marché financier organisé. Dans cette perspective, en 1991, l'idée d’un marché financier unique et commun à l’ensemble des pays de l’Union est développée pour favoriser les échanges commerciaux et renforcer l’intégration régionale. La décision de création du Marché financier régional est prise en décembre 1993 et la mise en œuvre de cette opération est confiée à la Banque centrale des États de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO). La Bourse Régionale des Valeurs Mobilières constitue, avec le Conseil Régional de l’Epargne Publique et des Marchés Financiers (CREPMF), l’une des deux structures de ce Marché financier régional.

Organisation et fonctionnement de la BRVM[modifier | modifier le code]

Le marché boursier de la zone UEMOA repose sur deux catégories d'acteurs : les autorités du marché et les intermédiaires financiers. Les premiers assurent le respect des droits des épargnants et garantissent le respect par les différents acteurs des procédures permettant d'éviter des déconvenues dans le fonctionnement du marché. Le second groupe est constitué d'intervenants commerciaux qui assurent des fonctions spécifiques contre rémunérations sous forme de commission.

Schéma d'organisation de la BRVM[modifier | modifier le code]

L'organisation de la Bourse régional des Marchés financiers de l'Afrique de l'ouest vise à lui permettre de jouer son rôle de marché commun à huit pays tout en assurant et garantissant le respect des intérêts des différentes parties.

Autorités et gestionnaire du marché[modifier | modifier le code]

La Bourse Régionale des Valeurs mobilières repose sur un trépied constitué :

  • du Conseil régional de l'Epargne Publique et des Marché Financiers (CREPMF) ;
  • de la Bourse Régionale des valeurs mobilières SA (BRVM.sa) ;
  • du Dépositaire Central /Banque de Règlement (DC/BR).
Conseil régional de l'Epargne Publique et des Marchés Financiers (CREPMF)[modifier | modifier le code]

Le Conseil Régional de l’Epargne Publique des Marchés Financiers (CREPMF) est un organe de surveillance du marché financier régional. le marché est placé sous son autorité. Il est chargé de réglementer et d’organiser l’appel public à l’épargne, d’assurer l’habilitation et le contrôle des intervenants mais aussi de veiller à la régularité des opérations de bourse.

Bourse Régionale des valeurs mobilières SA (BRVM.sa)[modifier | modifier le code]
Dépositaire Central /Banque de Règlement (DC/BR)[modifier | modifier le code]

Le Dépositaire Central / Banque de Règlement (DC / BR) est une entité privée dont le capital s'élève à 1.520.390.000 francs CFA.

Il est chargé de la conservation et de la Circulation des valeurs mobilières pour le compte des émetteurs et des intermédiaires financiers agréés par le Conseil Régional de l’Épargne Publique et des Marchés Financiers.

Il fait office de banque de règlement et peut détenir des encaisses des négociateurs (comptes espèces). Il assure les missions suivantes :

  • la centralisation de la conservation des comptes courants des valeurs mobilières pour le compte de ses adhérents ;
  • le règlement et la livraison des opérations de bourse, en organisant pour chaque Société de Gestion et d’Intermédiation (SGI), la compensation, valeur par valeur e

ntre les titres achetés et vendus ;

  • le règlement des soldes résultant des compensations relatives aux opérations de marché et le paiement des produits (intérêts, dividendes, etc.) attachés à la détention des valeurs mobilières ;
  • la mise en action du Fonds de Garantie en cas de défaillance d’un adhérent. Le siège du DC/BR est à Abidjan. Il est représenté dans chaque Etat membre de l'UEMOA par une Antenne Nationale de Bourse.

Les intermédiaires commerciaux[modifier | modifier le code]

Les activités de la Bourse régionales de valeurs mobilières de l'UEMOA s'appuient sur un ensemble d'intermédiaires financiers qui ont le monopole de certaines opérations (introduction en bourse, négociation, ...). Il est possible de les regrouper en trois (grandes catégories:

  • les sociétés de gestion et d'intermédiation (SGI);
  • Les sociétés de Gestion de Patrimoine (SGP);
  • Les Conservateurs;
  • Les Apporteurs d'affaire;
  • Les Démarcheurs.

Chaque catégorie d'intermédiaire joue un rôle relativement précis dans le fonctionnement du marché. Pour accéder à l'une de ces catégories, l'opérateur doit disposer d'un agrément du Conseil Régional de l'Epargne public et des marchés Financiers (CREMPF).

Les sociétés de gestion et d'intermédiation (SGI)[modifier | modifier le code]

Les sociétés de Gestion, et d'intermédiation sont des intermédiaires financiers qui ont le monopole de la négociation des valeurs mobilières sur le marché. Les négociations peuvent se faire pour leur propre compte ou pour le compte de leurs clients.

Les intermédiaires financiers[modifier | modifier le code]

Les intermédiaires financiers sont essentiellement constitués d'Organismes de placement Collectif en valeurs mobilières (OPCVM) qui se trouvent sous deux formes:

  • les sociétés d'investissement à capital variable (SICAV)
  • les Fonds Communs de Placement (FCP)

Fonctionnement du marché[modifier | modifier le code]

Le fonctionnement de la BRVM est rythmé par trois type d'activités:

  • l'entrée de nouveau acteurs ou la radiation d'autres
  • l'émission de nouveaux actifs ou la radiation des actifs précédemment émis
  • la cotation des actifs encore en vie.

L'organisation de la cotation et des R/L[modifier | modifier le code]

La BRVM est un marché gouverné par les ordres. Les cours des actifs sont déterminés sur la base de la confrontation des ordres d'achat et de vente enregistrés qui sont la traduction des intentions d'acquisitions ou de vente de ces valeurs mobilières. Les différents types d'ordre possibles sont ceux couramment possibles sur les principales places financières: Ordre limite, Ordre au Mieux, ordre au marché, ...

Transmission des ordres de bourse[modifier | modifier le code]

Tout investisseur, quel que soit le pays de résidence, peut passer son ordre en s'adressant à son SGI auprès de qui il a préalablement ouvert un compte. La SGI recevant l'ordre le transmet au site central en se servant de l'interface reliée à l'antenne nationale de Bourse (ANB) de son pays d'exercice. Les ordres de chaque ANB sont transmis au site central par communication satellitaire. Au niveau du site central, les ordres sont confrontés pour déterminer le cours d'équilibre.

Détermination des cours[modifier | modifier le code]

Le cours des actifs de la BRVM sont déterminés par confrontation des ordres d'achat et de vente dans un carnet d'ordre de bourse.

Règlement/Livraison des titres[modifier | modifier le code]

Les indices de la BRVM[modifier | modifier le code]

L'évolution des cours des actions de la BRVM est traduite par neuf indices :

  • L'indice BRVM Composite (Base 100 au 15 septembre 1998)
  • L'indice BRVM 10 (Base 100 au 15 septembre 1998)
  • L'indice BRVM Industrie (Base 100 au 14 juin 1999)
  • L'indice BRVM Services Publics (Base 100 au 14 juin 1999)
  • L'indice BRVM Finance (Base 100 au 14 juin 1999)
  • L'indice BRVM Transport (Base 100 au 14 juin 1999)
  • L'indice BRVM Agriculture (Base 100 au 14 juin 1999)
  • L'indice BRVM Distribution (Base 100 au 14 juin 1999)
  • L'indice BRVM Autres (Base 100 au 14 juin 1999)

Le premier indice décrit l'évolution de toutes les actions du marché. L'indice BRVM 10 lui traduit l'évolution des 10 actions les plus liquides du marché. Sa composition est revue à la fin de chaque trimestre de l'année civile.

Titres cotés à la BRVM[modifier | modifier le code]

Marché des actions[modifier | modifier le code]

Les actions cotées à la BRVM sont regroupées en sept (7) secteurs et se présente comme suit

Secteur Industrie[modifier | modifier le code]

Secteur services Publics[modifier | modifier le code]

  • Cie (Côte d'Ivoire)
  • Onatel (Burkina Faso)
  • Sodeci (Côte d'Ivoire)
  • Sonatel (Sénégal)

Secteur Finance[modifier | modifier le code]

  • Bici ci (Côte d'Ivoire)
  • BanK of Africa (Benin)
  • Bank of Africa (Burkina Faso)
  • Bank of Africa (Côte d'Ivoire)
  • BanK of Africa (Niger)
  • Ecobank Transnational Incorporated
  • SAFCA CI (Côte d'Ivoire)
  • SGBCI (Côte d'Ivoire)

Secteur Transport[modifier | modifier le code]

  • Bolloré Africa Logistics (Côte d'Ivoire)
  • Movis (Côte d'Ivoire)

Secteur Agriculture[modifier | modifier le code]

Secteur Distribution[modifier | modifier le code]

  • Servair (Côte d'Ivoire)
  • Bernabe (Côte d'Ivoire)
  • Cfao (Côte d'Ivoire)
  • Tractafric Motors (Côte d'Ivoire)
  • Vivo Energy (Côte d'Ivoire)
  • Total (Côte d'Ivoire)

Secteur Autres[modifier | modifier le code]

  • Setao (Côte d'Ivoire)

Marché Obligataire de l'UEMOA[modifier | modifier le code]

Le marché obligataire comporte 28 lignes qui peuvent être regroupées en quatre catégories. Les obligations émises par des sociétés de droit privé (Obligation corporate), les obligations émises par le trésor public d'un des États membres de l'UEMOA (Obligation d'État), les obligations émises par une institutions sous régionales (Obligations Régionales) et les obligations émises par les organismes internationaux dont les centres de décision sont en dehors de la zone UEMOA (Obligations Kolas). La répartition des obligations entre les différentes catégories est donnée comme suit :

Obligataire Corporate[modifier | modifier le code]

les obligations Corporate sont des obligations qui sont émises par des personnes morales qui relèvent du privé. Cette catégorie comporte actuellement 12 lignes.

  • BNDM.01 BNDA du MALI 6.50 % 2004 - 2009
  • BOABF.01 BOA Burkina Faso 5.90 % 2006 - 2011
  • BOAM.01 BOA-Mali 5.75 % 2006 - 2011
  • CAAB.02 CAA Benin 6.00 % 2007 - 2012
  • CEB.01 CEB 6.50 % 2003 - 2010
  • CEB.02 CEB 6.50 % 2004 - 2011
  • CLTB.01 CELTEL Burkina Faso 7.15 % 2003 - 2009
  • CLTB.02 CELTEL Burkina Faso 6.35 % 2007 - 2013
  • ONTBF.01 ONATEL Burkina Faso 6.65 % 2005 - 2011
  • SEM.01 SEMA 6.85 % 2007 - 2012
  • SHAF.01 SHELTER AFRIQUE 6.25 % 2003 - 2012
  • STRAC.01 SOTRA 6.80 % 2007 - 2012

Obligation d'État[modifier | modifier le code]

Les obligations d'État sont des obligations qui sont émises par l'un des huit Trésors Publics des États qui composent la zone UEMOA. Cette catégorie comporte actuellement cinq lignes associées aux émissions de trois Trésors Publics : Trésor Public de la Côte d'Ivoire, Trésor Public du Sénégal et le Trésor Public du Togo.

  • EOS.01 État du Sénégal 5.50 % 2005 - 2010
  • EOS.02 État du Sénégal 5.50 % 2007 - 2012
  • EOT.01 État du TOGO 6.50 % 2006 - 2011
  • TPCI.05 État de Côte d'Ivoire 6.50 % 2006 - 2009
  • TPCI.06 État de Côte d'Ivoire 6.00 % 2007 - 2010

Obligation Régionales[modifier | modifier le code]

Les obligations Régionales sont des obligations qui sont émises par des instituts de coopération sous-régionales. Cette catégorie comporte actuellement 8 lignes. Elle est largement dominée par les émissions de la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) institution spécialisée de l'UEMOA auxquelles il faut ajouter l'émission de la Banque d'Investissement et de Développement de la CEDEAO (BIDC).

  • BIDC.01 BIDC 5.60 % 2006 - 2013
  • BOAD.03 BOAD 6.25 % 1999 - 2009
  • BOAD.05 BOAD 5.85 % 2001 - 2008
  • BOAD.O6 BOAD 5.35 % 2004 - 2011
  • BOAD.07 BOAD 5.00 % 2006 - 2014
  • BOAD.08 BOAD 4.50 % 2005 - 2011
  • BOAD.09 BOAD 5.00 % 2006 - 2014
  • BOAD.010 BOAD 4.75 % 2006 - 2012

Obligation Kolas[modifier | modifier le code]

Le compartiment des obligations Kolas a été mis en place par les autorités du marché afin de permettre aux institutions non membres de la zone UEMOA mais qui souhaiteraient lever des ressources sur le marché en vue du développement de leurs activités. Il ne comporte que 2 lignes représentant l'obligation émise sur le marché financier régional de l'UEMOA par l'Agence Française de Développement (AFD) et celle émise par la Société Financière Internationale (SFI).

  • AFD.01 AFD 5.25 % 2008 - 2016
  • SFI.01 SFI 4.75 % 2007 - 2010

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]