Bouloc (Tarn-et-Garonne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bouloc.
Bouloc
Vestiges de la chapelle Saint-Caprais à Bouloc
Vestiges de la chapelle Saint-Caprais à Bouloc
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Tarn-et-Garonne
Arrondissement Castelsarrasin
Canton Lauzerte
Intercommunalité Communauté de communes Quercy Pays de Serres
Maire
Mandat
Xavier Montagnac
2014-2020
Code postal 82110
Code commune 82021
Démographie
Gentilé Boulocois
Population
municipale
235 hab. (2011)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 18′ 01″ N 1° 07′ 38″ E / 44.3002777778, 1.12722222222 ()44° 18′ 01″ Nord 1° 07′ 38″ Est / 44.3002777778, 1.12722222222 ()  
Altitude 240 m (min. : 116 m) (max. : 265 m)
Superficie 14,81 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tarn-et-Garonne

Voir sur la carte administrative du Tarn-et-Garonne
City locator 14.svg
Bouloc

Géolocalisation sur la carte : Tarn-et-Garonne

Voir sur la carte topographique du Tarn-et-Garonne
City locator 14.svg
Bouloc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bouloc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bouloc

Bouloc est une commune française, située dans le département de Tarn-et-Garonne en région Midi-Pyrénées.

Ses habitants sont appelés les Boulocois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune du sud-ouest de la France en pierres blanches, située dans le Quercy et plus précisément dans le Quercy Blanc. C'est une commune limitrophe avec le département du Lot

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de Bouloc signifie « Bon lieu ». Ce petit village du sud ouest de la France, est situé sur la route gallo-romaine du Clermontois. Ce village fut à l'origine un prieuré séculier dépendant de l'abbaye bénédictine de Charroux (dans la Vienne). Depuis l'arrêt du mois de mai 1600 rendu par le parlement de Toulouse, l'église est désormais attribuée à la chartreuse de Cahors qui en possède dès lors la seigneurie.

Seul deux Prieurs de cette église sont connus, à savoir Pierre de la Claverie, sieur de Raugières, chanoine de l'église métropolitaine d'Auch en 1633 et Étienne Morel, docteur en sorbonne, chancelier et chanoine de la cathédrale de Cahors (46), vicaire général et official du diocèse en 1723.

Bouloc fait partie du Tarn-et-Garonne depuis 1808. En effet, avant cette date là, le Tarn-et-Garonne n'existait pas. Ce fut Napoléon Ier qui créa ce département en détachant une portion de territoire à chacun des départements voisins.

Le 20 mars 1819, la commune de Saint-Hippolyte a fusionné avec la commune de Bouloc.

Le 20 août 1971, une tornade s'est produite sur le village de Bouloc, engendrant de gros dommages aux habitations présentes sur la trajectoire du phénomène.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 2014 Daniel Bonnemaison - -
mars 2001 2008 Roland Gervais UMP -
1995 2001 Daniel Bernines - -
1977 1995 Roger Montagnac - -

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 235 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
720 481 498 599 596 610 630 794 660
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
612 601 575 556 554 537 490 472 418
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
401 397 351 294 282 320 310 277 247
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
220 220 198 190 200 210 210 209 229
2011 - - - - - - - -
235 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]