Boule (pain)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boule.
Miche de pain au romarin
Boule de campagne

Une boule est une forme traditionnelle du pain en France. Un pain de cette forme ressemble à un ballon aplati. Il s'agit d'une forme de pain rustique qui peut être faite de n'importe quel type de farine et levée avec différentes levures.

Boule de campagne[modifier | modifier le code]

Par sa forme, la boule ou miche garde mieux l'humidité et tarde à se ressécher, ce qui lui permet de se conserver plus de temps que le pain allongé. La boule a un poids approximatif de un kilogramme, les plus petite de 400 grammes. La boule dite de campagne — qui peut être confectionnée d'une façon artisanale pétrie à la main, cuite dans des fours à gueulards chauffés au feu de bois[1] — est le type de pain le plus apprécié des Français après la baguette classique et la baguette tradition[2].

Miche Poilâne[modifier | modifier le code]

En reprenant la recette d'un pain de leur père Pierre-Léon Poilâne, les boulangers Lionel et son frère Max confectionnent une boule de mie grise — cuit au feu de bois, c'est un pain réalisé à partir de levain, de farine de blé broyée à la meule de pierre, de sel de Guérande et d’eau — de 1,9 kg environ, la miche Poilâne dans les années 1970 à Paris[3]. En 2002, il s'en vend 15 000 et se positionne comme le pain du Tout-Paris[3].

Représentation artistique[modifier | modifier le code]

La boule de pain apparaît dans l'art comme dans certains tableaux de La Renaissance du peintre hollandais Dieric Bouts[4]. La représentation de la boule de pain s'apprécie dans les œuvres de Nature morte du peintre espagnol Luis Eugenio Meléndez (1716-1780) comme son huile sur toile Nature morte aux figues, pain et récipient ou bien dans les œuvres du peintre français Jean-Baptiste Chardin[4].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claude Thouvenot, Le pain d'autrefois. Chroniques alimentaires d'un monde qui s'en va, Éd. Rombaldi, Paris, 1977.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Un pain : la boule de campagne » publié sur le site latribune.fr
  2. « Le pain reste au cœur des traditions » publié sur le site chd-expert.fr
  3. a et b « Le pain Poilâne a perdu son mitron » publié dans Libération le 2 novembre 2002.
  4. a et b « Le pain et l'art » publié sur le site lepain.ch