Bouin (Vendée)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bouin.
Bouin
L'église Notre-Dame
L'église Notre-Dame
Blason de Bouin
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement Sables-d'Olonne
Canton Beauvoir-sur-Mer
Intercommunalité Communauté de communes des Pays du Gois
Maire
Mandat
Jean-Yves Gagneux
2014-2020
Code postal 85230
Code commune 85029
Démographie
Gentilé Bouinais
Population
municipale
2 188 hab. (2011)
Densité 43 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 58′ 28″ N 2° 00′ 02″ O / 46.9744444444, -2.0005555555646° 58′ 28″ Nord 2° 00′ 02″ Ouest / 46.9744444444, -2.00055555556  
Altitude Min. 0 m – Max. 6 m
Superficie 51,31 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte administrative de Vendée
City locator 14.svg
Bouin

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte topographique de Vendée
City locator 14.svg
Bouin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bouin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bouin

Bouin est une commune française située dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire. Les habitants de Bouin sont les Bouinais(es).

Avant la création des départements, Bouin faisait partie des Marches Bretagne-Poitou avec une appartenance commune à la Bretagne et au Poitou sur le plan temporel, et à la Bretagne (Diocèse de Nantes) sur le plan spirituel.

Géographie[modifier | modifier le code]

Bouin est situé au cœur du Marais breton vendéen située sur l'axe Nantes-Noirmoutier. L'activité salicole a longtemps été l'activité principale de Bouin (Bouin était la commune la plus productrice de sel de tout le marais breton), et de la Baie (Baye) de Bretagne, telle qu'appelée à l'époque. Aujourd'hui l'ostréiculture (180 exploitants, huîtres Vendée Atlantique) et l'aquaculture sont devenues les activités principales de l'ancien marais salant.

Au nord-ouest de la Vendée, Bouin vit au rythme de la culture du mollusque. Construit à l'embouchure d'un étier, où se rejoignent les canaux du marais, l'étroit port abrite les embarcations des pêcheurs et ostréiculteurs du village. Quand la saison bat son plein, d'août jusqu'à mars, les 180 ostréiculteurs de la commune sont dehors presque douze heures par jour pour récolter, trier et nettoyer les huîtres. Ils les vendent ensuite notamment sur les marchés nantais, dont les emplacements se transmettent de génération en génération. Les huîtres de la baie de Bourgneuf, charnues et croquantes, figurent parmi les plus recherchées de France. Pendant longtemps, Bouin a cherché à gagner des parcelles de terre sur la mer. Grâce à la construction d'une digue de trois kilomètres entre 1959 et 1962, des polders ont été créés et ont ainsi permis à la culture des huîtres de s'étendre. Sur ces terres « artificielles », la commune a aussi installé un parc de huit éoliennes, un des plus puissants de l'Hexagone, qui alimente en électricité 20 000 foyers de la région[1].

Les communes entourant Bouin sont Les Moutiers-en-Retz, Bourgneuf-en-Retz, Bois-de-Céné, Saint-Gervais et Beauvoir-sur-Mer.

Elle est la commune la plus au sud de la Bretagne historique. Le lieu est notamment cité comme limite méridionale de la Bretagne dans l'édition 1843 du Dictionnaire historique et géographique de la Bretagne[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune vient soit d'un domaine agricole "Villa Bono" de l'époque gallo-romaine, soit d'un mot gaulois signifiant frontière qui marquerait la limite entre les tribus gauloises Ambilatres au nord et les Pictons au sud. Ce mot se retrouve également dans une commune des Deux-Sèvres pour marquer l'ancienne limite entre les Santons et les Pictons.

La forme ancienne L'Isle de Bouin ou Boing figure dans les archives anciennes.

Durant la Révolution, la commune porte le nom d'Île-Marat[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 7 juin 567, un raz de marrée couvrit entièrement l'île et y fit périr tous ses habitants.

En 577, quelque dizaines de foyer vinrent s'installer à divers endroits de l'île. Pour se protéger de l'océan, ils durent construire des montes de terre remplacés peu à peu par les digues actuelles.

En 813, l’île de Bouin est prise et brûlée par les Vikings.[réf. nécessaire]

En 1473, elle fut brûlée par des soldats français qui venaient faire la guerre à la Bretagne. Venant du sud, il brûlèrent la première paroisse bretonne qu'ils rencontrèrent. Ce fut donc l'Isle de Bouin.[réf. nécessaire][4]. Le roi de France, qui vient de brûler Bouin, trouve la ville voisine de Machecoul déserte à son approche : il voulait y faire une entrée triomphale, mais il parcourt la ville vide, car personne ne vient à sa rencontre ! Les Machecoulais sont restés cachés dans leurs maisons, apeurés.

En 1714, Bouin est érigée en baronnie[2].

Dès le haut Moyen Âge des salines s’étiraient tout au long des côtes de l’Atlantique. La plupart appartenaient aux monastères qui ont su tirer profit de cet "or blanc" : par exemple les principales salines de l’abbaye cistercienne de Buzay se trouvaient dans l’île de Bouin. Les très nombreuses chapellenies de la région, elles possédaient dans l’île de Bouin, un total de 8 891 "aires saunantes", parmi elles celle des Trois Maries[5] ou celle de Saint-Julien-le-Martyr par exemple[6].

Le 27 mai 1725, un arrêt du Conseil d'État prescrit que Bouin demeure sous la juridiction de l'Amirauté des Sables d'Olonne[2].

Avant 1790, Bouin appartenait aux Marches Bretagne-Poitou, relevant de la Bretagne et de sénéchaussée de Poitou au temporel, et de la Bretagne (diocèse de Nantes) au spirituel[7].

Le 25 janvier 1799, un important tremblement de terre détruit de nombreuses maisons[8]. Les jours qui suivirent connurent des répliques.

La poldérisation[modifier | modifier le code]

Avant la création de la digue protégeant le Marais breton des raz-de-marée, Bouin était sur une île : l'Ile de Bouin. Grâce à la digue il y a eu une poldérisation avec le gain de terre sur la Baie de Bourgneuf.

En 2003 sont construites huit éoliennes sur les polders de Bouin. Ces éoliennes sont parmi les premières installées en France. Depuis elles sont devenues de véritables attractions amenant les touristes sur la digue, dans le marais de Bouin et au Port-du-Bec. Elles sont capables d'alimenter 20 000 foyers.

Patrimoine bâti[modifier | modifier le code]

Bouin possède de belles demeures anciennes, telles que l'ancien château du Sénéchal de Poitou (derrière l'église), l'ancien présidial (devenu la mairie) et l'hôtel du Sénéchal de Bretagne (dans la Grand'Rue).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De gueules à la nef d'or, grée et mâtée du même, avec une voile et un pennon d'argent, voguant sur une mer de sinople, cantonnée à dextre en chef d'une étoile aussi d'or posée en bande.

Ce blason figure sur l'un des vitraux de l'église Notre-Dame de Bouin

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790   René Julien Hardouin[9]   chirurgien, chef du soulèvement vendéen à Bouin en 1793
mars 2001 en cours Jean-Yves Gagneux[Note 1],[10] Divers droite retraité de l'ostréiculture
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 1779, la commune comptait 3000 communiants. (selon ogée: dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, première édition)[11].

En 2011, la commune comptait 2 188 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 000 2 018 2 052 2 536 2 640 2 506 2 612 2 806 2 800
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 839 2 844 2 901 2 776 2 792 2 759 2 814 2 767 2 670
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 638 2 846 2 836 2 435 2 377 2 317 2 267 2 227 2 059
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
2 133 2 146 2 237 2 292 2 268 2 242 2 206 2 196 2 188
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[12].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (33,6 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (25,1 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,4 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 47,6 % d’hommes (0 à 14 ans = 15,6 %, 15 à 29 ans = 13,5 %, 30 à 44 ans = 18,4 %, 45 à 59 ans = 22,5 %, plus de 60 ans = 30,1 %) ;
  • 52,4 % de femmes (0 à 14 ans = 13,7 %, 15 à 29 ans = 12,2 %, 30 à 44 ans = 17,5 %, 45 à 59 ans = 19,9 %, plus de 60 ans = 36,7 %).
Pyramide des âges à Bouin en 2007 en pourcentage[13]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,8 
90 ans ou +
1,8 
9,8 
75 à 89 ans
16,6 
19,5 
60 à 74 ans
18,3 
22,5 
45 à 59 ans
19,9 
18,4 
30 à 44 ans
17,5 
13,5 
15 à 29 ans
12,2 
15,6 
0 à 14 ans
13,7 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2007 en pourcentage[14]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
7,3 
75 à 89 ans
10,6 
14,9 
60 à 74 ans
15,7 
20,9 
45 à 59 ans
20,2 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
17,3 
15 à 29 ans
15,5 
18,9 
0 à 14 ans
17,4 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Patrie de Charles Renoux.

  • Maria Thomazeau
  • René-Julien Hardouin (1739-1795), premier maire de Bouin en 1790, chef du soulèvement vendéen à Bouin en 1793
  • Sébastien Luneau (1800-1880) député de la Vendée et bienfaiteur de la ville de Bouin
  • Le peintre Emmanuel Lansyer ( né en 1835 à Bouin, mort en 1893) grand peintre paysagiste, a légué son œuvre et sa maison à la ville de Loches (musée municipal gratuit).
  • Achille Le Cler, fondateur de la société des Polders
  • Yvon Traineau, fondateur de "L'École de Bouin" avec Franchto, G. Planet etc…

Animations[modifier | modifier le code]

La Fête des gobeurs d'huîtres, également appelée kermesse, est nommée ainsi par l'apparition de l'épreuve des gobeurs d'huîtres, créée en 1963, où les concurrents doivent, en tenue d'ostréiculteur, déguster le plus d'huîtres possible en un temps donné. De plus cette fête est complétée par d'autres attractions comme le lapinodrôme (où un lapin doit entrer dans une case portant votre numéro), une roue de la fortune (telle celle utilisée dans l'émission La roue de la fortune), un jeu de bowling, une grande tombola dont le premier prix est une vache nommée Gratte-huître, un défilé de voitures anciennes et de chars, un grand stand de dégustation d'huîtres et en soirée un dîner champêtre avec moules marinières, huîtres, saucisses grillées aux mojettes pendant un spectacle folklorique, un bal gratuit et beaucoup de stands pour les enfants.

Cette fête a lieu le premier dimanche d'août de chaque année.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en 2008 et 2014.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. GEO no 397 de mars 2012 p. 119
  2. a, b et c Dictionnaire historique et … - Google Livres Ogée, Marteville et Varin, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, édition de 1843, tome 1er
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. le patrimoine des communes de la Vendée, édition flohic
  5. Le nom provient du culte des Trois Maries, répandu au Moyen Âge
  6. http://www.shpr.fr/?Les-moines-et-le-sel-de-la-Baie
  7. [1], d'après les registres paroissiaux de Bouin.
  8. http://www.sisfrance.net/fiche_scan.asp?numevt=440015&chrono=7195
  9. Julien Rousseau, Charette, chevalier de légende
  10. Site officiel de la préfecture de la Vendée - liste des maires(doc pdf)
  11. http://books.google.fr/books?id=KZIPAAAAQAAJ&printsec=frontcover&dq=dictionnaire+og%C3%A9e&hl=fr&sa=X&ei=07rzTtrZB8eZhQf_k-SnAw&ved=0CDMQ6AEwAA#v=onepage&q=dictionnaire%20og%C3%A9e&f=false
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  13. « Évolution et structure de la population », sur insee.fr (consulté le 6 mai 2011)
  14. « Résultats du recensement de la population de la Vendée en 2007 », sur insee.fr (consulté le 6 mai 2011)
  15. "Bouin, isle de mer au milieu des terres" par Thomas GISBERT-GUINGUENE DE CALLAC, Éditions l’Étrave, 2003