Bougès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bougès
Localisation du Bougès sur la carte du Massif central
Localisation du Bougès sur la carte du Massif central
Géographie
Altitude 1 421 m, Signal du Bougès
Massif Cévennes (Massif central)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Départements Lozère
Gard
Géologie
Âge 310 à 315 millions d'années
Roches Roches métamorphiques
Roches granitiques

Le Bougès, ou Montagne du Bougès, est un petit massif montagneux français situé dans les Cévennes, au sud-est du Massif central.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Le massif fait partie des Cévennes. Il est encadré au nord par le massif du mont Lozère, au sud par le massif du mont Aigoual et à l’ouest par le causse de Sauveterre. À l’est il se prolonge par un piémont jusqu’à la plaine d’Alès. La majeure partie de la montagne se situe dans le département de la Lozère à l’exception du quart est qui se trouve dans le département du Gard. Il est entièrement intégré dans le parc national des Cévennes.

Topographie[modifier | modifier le code]

Le massif a une masse allongée orientée est-ouest aux formes plutôt douces et érodées. Les pentes sont assez irrégulières. Au sud, les flans schisteux sont fortement ravinés. Au nord les pentes sont d’abord fortement prononcées puis le relief devient plus doux en se reprochant de la vallée du Tarn. Des replats perchés y apparaissent au fur et à mesure que les schistes laissent place aux granites. L’ensemble présente une réelle unité morphologique mais avec une grande variété de paysages.

Les principaux sommets sont les suivants :

  • Signal du Bougès 1 421 mètres ;
  • Signal de Ventalon 1 350 mètres ;
  • Col du Bougès 1 308 mètres.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le massif est délimité par les vallées du Luech, du Tarn, du Gardon d'Alès et au sud par la vallée de la Mimente. À l’est, plusieurs ruisseaux sont des affluents du Luech et se situent donc dans le bassin versant du Rhône.

Tarn et affluents Mimente et affluents Bassin versant du Rhône
  • Tarn
    • Ruisseau de l’Echalette
    • Ruisseau des Verns
    • Ruisseau de Foussanibe
    • Ruisseau de Vallongue
    • Ruisseau des Picatières
    • Ruisseau de Ramponsel
    • Ruisseau des Besses
    • Ruisseau de la Périgousse
    • Ruisseau de l’Hermet
    • Le Martinet
    • L’Alignon
  • La Mimente
    • Ruisseau de Costubage
    • Ruisseau de Sistre
    • L’Arbone

Communes du massif et de ses abords immédiats[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

Les flancs sud sont marqués par le schiste, alors que le flanc nord porte des granites clairs.

Flore et faune[modifier | modifier le code]

Une partie des crêtes est couverte par les forêts domaniales de Ramponenche, du Bougès. Les boisements occupent la plus grande surface, ils sont de nature variée : résineux, hêtraies et futaies mixtes, châtaigniers… Le reste est recouvert par des landes à bruyères, auxquelles se mêlent de la fougère côté schisteux au sud, et du genêt côté granite au nord. C'est surtout sur les flancs sud que ces landes sont présentes. Sur les flancs nord, quelques cultures et prairies de fauche sont maintenues sur les replats granitiques (Grizac, l'Hermet, le Villaret). Les « faïsses », terrasses tenues par des murets, témoignent d’une activité agricole ancienne.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire du Bougès est fortement marquée par les débuts de la guerre des Camisards, qui partit du hameau de Vieljouves, situé au-dessus du Rouve, le 22 juillet 1702, et s'étendit ensuite durant deux années à l'ensemble des Cévennes[1]. Ces épisodes tourmentés de la résistance huguenote ont fortement marqué la mémoire des habitants du Bougès, en particulier de la communauté protestante. Un projet de création d'un lieu de mémoire, consacré à la révolte des Camisards, a été élaboré, avec l'ancien temple du Rouve comme lieu d'exposition permanente, et la création de « sentiers camisards » sur le massif du Bougès[2].

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Protection environnementale[modifier | modifier le code]

Ce territoire bénéficie de la protection du parc national des Cévennes.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre-Jean Ruff, Le Temple du Rouve: lieu de mémoire des Camisards, éditions Lacour-Ollé, Nîmes, 2008.
  2. Le Temple du Rouve, les premiers camisards et la liberté de conscience