Bouddha saute par-dessus le mur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bouddha saute par-dessus le mur
Image illustrative de l'article Bouddha saute par-dessus le mur
Bouddha saute par-dessus le mur servi dans un restaurant de Taïwan.

Lieu d'origine Canton, Fujian (Chine)
Créateur Dynastie Qing
Température de service Chaud
Ingrédients Ailerons de requin, œufs de caille, holothuries, poulet…
Classification Cuisine chinoise, Cuisine cantonaise, Cuisine du Fujian

Bouddha saute par-dessus le mur (en chinois 佛跳墙 ; pinyin : fó tiào qián) est une variété de soupe aux ailerons de requin dans la cuisine de Canton et du Fujian, créé sous la dynastie Qing[1]. Le nom du plat fait référence à sa capacité supposée à amener des moines bouddhistes à renoncer au végétarisme afin de pouvoir y goûter. Il est riche en protéines et en calcium[2].

Sa préparation requiert un grand nombre d'ingrédients (jusqu'à une trentaine) et un à deux jours de préparation. Les ingrédients varient suivant les recettes, mais incluent en général des œufs de caille, des pousses de bambou, des coquilles Saint-Jacques, des holothuries, des ailerons de requin, des ormeaux, du poulet, du jambon fumé, du tendon de porc, du ginseng, des champignons et du taro[3]. L'utilisation d'ailerons de requin est controversée en raison de la pratique du shark finning (« pêche aux ailerons »), consistant à ne prélever que les ailerons des requins pêchés et à rejeter ces derniers à la mer, mutilés ; certains restaurants ont renoncé à proposer ce plat pour cette raison, notamment celui du Peninsula Hotel de Hong Kong[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Shidao Xu; Chunjiang Fu, Qingyu Wu, Origins of Chinese cuisine, Asiapac Books Pte Ltd, 2003, p. 7–16, (ISBN 981-229-317-5).
  2. (ko) "호텔신라, 불도장과 제주 한라산 김치 신상품 출시", News Wire/ JoongAng Ilbo, le 13 février 2006, archivé le 23 août 2011.
  3. (en) "Leap of taste", theage.com.au, le 26 septembre 2006.
  4. « La soupe Bouddha bat de l'aile », M le magazine du Monde/lemonde.fr, le 20 janvier 2012.