Bouches-de-l'Escaut

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Département des Bouches-de-l'Escaut
Departement Monden van de Schelde (nl)

18101814

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Carte de la région indiquant sa division en départements

Informations générales
Statut Ancien département français du Premier Empire
Chef-lieu Middelbourg
Démographie
Population 1806 80 000 hab.
Histoire et événements
15 mai 1810 Création du département
30 mai 1814 Traité de Paris : suppression du département
Préfets
1810-1811 Patrice-Charles-Gislain de Coninck
1811-1814 Pierre Joseph Pycke

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Les Bouches-de-l'Escaut sont un ancien département français du Premier Empire, dont le chef-lieu était Middelbourg. Ce territoire, qui recoupe plus ou moins celui de la Zélande, fait actuellement partie des Pays-Bas.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le département fut créé le 15 mai 1810 et supprimé en 1814.

Subdivisions[modifier | modifier le code]

Le département comptait deux sous-préfectures : Goes et Zierikzee (parfois Zierickzée en français).

Liste des préfets[modifier | modifier le code]

Liste des préfets napoléoniens (Drapeau de l'Empire français Consulat et Premier Empire)
Période Identité Fonction précédente Observation
19 mai 1810 1811 Patrice-Charles-Gislain de Coninck Préfet de Jemappes Membre de la Commission constitutionnelle néerlandaise (1815)
10 janvier 1811 1814 Pierre Joseph Pycke[1] Maire de Gand Membre de la seconde Chambre des États généraux du Royaume des Pays-Bas (1815)

Députés des Bouches-de-l'Escaut[modifier | modifier le code]

1811-1814[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. M. Pycke, né à Gand, était maire de sa ville natale en 1807 : il devint préfet des Bouches-de-l'Escaut (Zélande), vers la fin du règne de l'empereur Napoléon. Membre de la seconde Chambre des États-Généraux en 1815, il y prit la défense des intérêts manufacturiers et agricoles de la Belgique, souvent froissés par les intérêts du commerce hollandais. M. Pycke est mort gouverneur de la province d'Anvers, ou (comme on l'aurait dit quelques années plus tôt ) préfet des Deux-Nèthes. Source : J.-L. van Aelbroeck, L'agriculture pratique de la Flandre, Madame Huzard,‎ 1830, 352 p. (lire en ligne)