Bouarfa (Maroc)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bouarfa.
Bouarfa
بوعرفة (ar)
Administration
Pays Drapeau du Maroc Maroc
Région Oriental
Province Figuig
Démographie
Population 25 947 hab. (2004)
Géographie
Coordonnées 32° 31′ 51″ N 1° 57′ 47″ O / 32.530967, -1.9631232° 31′ 51″ Nord 1° 57′ 47″ Ouest / 32.530967, -1.96312  
Altitude 1 174 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maroc

Voir la carte administrative du Maroc
City locator 14.svg
Bouarfa

Géolocalisation sur la carte : Maroc

Voir la carte topographique du Maroc
City locator 14.svg
Bouarfa
Liens
Site web http://www.bouarfacity.com/

Bouarfa ou Bouârfa (en arabe : بوعرفة) est une commune et ville — municipalité — du Maroc, chef-lieu de la province de Figuig[1], dans la région administrative de l'Oriental.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville est située au sud-est du Maroc, à 40 km de la frontière Sud du pays et à 60 km de la frontière Est, à 1150 m d'altitude, au pied du Jbel Bouârfa (1850 m).

Histoire[modifier | modifier le code]

Bouarfa est la « capitale » des Banou Guils qui s'étaient installés au Maroc au Moyen Âge[2]. Sa population est arabophone, avec quelques éléments berbères.

Période moderne[modifier | modifier le code]

Le village d'origine s'est agrandi suite à la découverte du manganèse à Aïn Beïda qui était riche en minerai de pyrolusite. Les Français exploitent la mine en 1913. Il connaît des moments difficile après l'indépendance suite à la fermeture de sa mine[3].

Un camp d'internement pour dissidents notamment les républicains Espagnols et pour les Juifs y fut créé[4],[5]. En 1942, il contenait 800 personnes forcées à travailler dans des conditions cruelles[4]. Dès l'intervention américaine de 1942 (opération Torch), ce camp fut utilisé pour les prisonniers allemands arrêtés lors de cette opération[réf. nécessaire].

Démographie[modifier | modifier le code]

Aéroport[modifier | modifier le code]

Bouârfa disposait d'un ancien aérodrome à usage restreint, 2 km au sud-ouest de la ville, avec une piste sommaire d'environ 1000 m de long (encore visible le long de la nouvelle piste).

En 2006 est mis en service un aéroport aux normes internationales, financé par l'ancien président des Émirats arabes unis Zayed Al Nahyane[6], amateur de chasse au faucon[7] et qui entretiennent plusieurs réserves d'outarde houbara à cet effet au Maroc[8].

Il est situé 2 km au sud-ouest de la ville, à 1122 m d'altitude et dispose d'un piste de 3200 x 45 m (code OACI : GMFB)[9]

L'aéroport pourrait accueillir jusqu'à 200 000 passagers par an, mais il n'y a pas pour l'instant de liaisons commerciales, malgré des demandes de MRE[6]. Cependant le sujet reste à l'ordre du jour[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Cercles provinciaux », sur Municipalité de Figuig,‎ (consulté le 29 janvier 2015)
  2. (en) Ghazi-Walid Falah, Caroline Rose Nagel, Geographies of Muslim Women: Gender, Religion, and Space, Guilford Press, 2005, p. 99
  3. « Souvenirs de Bouarfa, siège de la province de Figuig, au Maroc »
  4. a et b Karim Boukhari et Hassan Hamdani, « Histoire. Des camps de concentration au Maroc », TelQuel, Casablanca, no 274,‎ (lire en ligne)
  5. Evelyn Mesquida, La Nueve, 24 août 1944. Ces républicains espagnols qui ont libéré Paris, Paris, Le Cherche-Midi, 2011, collection « Documents ». ISBN 978-2-7491-2046-1, p. 47
  6. a et b « Les MRE font pression sur l'aéroport de Bouarfa » (consulté le 22 avril 2015)
  7. « Le Roi du Bahreïn au Maroc pour pratiquer son loisir favori, la chasse »,‎ (consulté le 22 avril 2015)
  8. « L’outarde houbara | ECWP – Emirates Center for Wildlife Propagation | Un site utilisant WordPress », sur www.ecwp.org (consulté le 22 avril 2015)
  9. « AIP Maroc - GMFB – BOUARFA / NATIONAL », sur www.sia-aviation.gov.ma (consulté le 22 avril 2015)
  10. « Maroc : L'aéroport de Bouarfa peut jouer un rôle important en matière de transport Maghreb », sur lemaghrebdz.com (consulté le 22 avril 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alfred Manriqué, Fernand Manriqué, Ernest-Georges Hallé, Il était une fois Bou-Arfa, Béziers, F. Manriqué (ISBN 9782746605480)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.