Boson II d'Arles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Boson II

Boson II (c.910-†968) appelé aussi Boson VII de Provence, comte d’Arles, d’Avignon et de Provence (949-968)

Son origine est controversée, même si sa vie est relativement bien connue.

Origine[modifier | modifier le code]

Hypothèse 1 : Boson II, fils de Rotbold (Roubaud) ou Rodboald d'Agel (noble mâconais) fait comte de Provence en 903 par Louis III l'Aveugle.

L'ascendance de ce Rotbald nous est restée inconnue. Des historiens considèrent toutefois qu’il pourrait s’agir du mari d'une fille d’Ermengarde (fille de Boson V de Provence) et de Guillaume Ier d'Aquitaine (cf. généalogie des souverains de Provence ici). Cette hypothèse repose sur le fait que l'origine d'une descendante de Boson d'Arles (885-†936) est pour certains historiens rejetée car ce Boson n’aurait eu que des filles[1].
Pour l'historien Jean-Pierre Poly qui soutient cette hypothèse, cette famille comtale mise en place par les Bourguignons (ie Hugues d'Arles) serait probablement originaire de Septimanie. Son représentant Boson aurait su virer de bord à temps (vers 947-948?) en rompant son mariage avec Berthe, la nièce d’Hugues, après les revers de fortune de celui-ci, puis en épousant une Constance, qui bien qu’inconnue[2], était suffisamment illustre pour donner son nom à sa petite-fille, Constance d'Arles, épouse d’un roi de France[3]. Le nom de Guilhem porté par son frère et donné à un de ses fils évoque probablement les Guilhelmides d’Auvergne. Et Conrad, le nouveau roi de Provence, aurait trouvé en Boson un comte d’une famille de second rang, moins dangereux et ambitieux, plus à même de bien s’entendre avec les notables provençaux[4].

Hypothèse 2 : Boson II, petit-fils de Boson d'Arles (885-†936) par Rotbold l’Ancien (c.907-† 936), fils d’un premier lit de celui-ci.

D'un premier lit (non identifié) précédant son mariage avec Willa de Bourgogne en 912, Boson d'Arles a un enfant, Roubaud I ou Rotbold l'Ancien dit aussi Rotbold de Spolète (c.907-936) qui épouse Ermengarde d'Aquitaine (fille de Guillaume Ier d'Aquitaine et de Engelberge de Vienne) et est assassiné sur ordre de son oncle le roi Hugues d'Arles en 936 probablement en même temps que son père lors d’une tentative de coup d’État contre ce dernier.

Hypothèse 3 : Boson II et Boson Ier, une même et seule personne

Certains auteurs, comme P.A. Février[5] identifient Boson Ier et Boson II, le père de Guillaume de Provence, comme une seule et même personne ; et de ce fait font décéder Boson Ier en 968. À l’encontre de cette affirmation, certains auteurs constatent que ce Boson aurait vécu 73 ans et aurait eu des enfants à un âge avancé, à presque 60 ans.

Biographie[modifier | modifier le code]

En dépit de ces interrogations, la plupart des auteurs, notamment ceux partisans des hypothèses 1 et 3, considèrent que Boson épouse, probablement avant 931[6], Berthe d'Arles, la fille de Boson d'Arles, le frère d'Hugues. Dans ces conditions il aurait pu être comte d'Arles dès le départ de son beau-père en Italie, ou la mort de ce dernier, soit en 931 ou 936. Ces mêmes historiens s'accordent sur le fait que ce mariage aurait été rompu au moment des revers d'Hugues, c'est-à-dire au plus tard vers les années 945-948.

En 948, à la mort d’Hugues d'Arles, Conrad veille à remplacer ce dernier et à maîtriser les pouvoirs de son ou ses successeurs. C’est pourquoi, il éclate la Provence en trois comtés, limitant ainsi l’autorité et les ressources des nouveaux comtes. Boson et son frère Guillaume, d’origine incertaine, bourguignonne ou autre[7], prennent en charge les comtés d’Arles et Avignon. Le comte Griffon d’Apt ayant été rapidement éliminé, les deux frères, sans s’affranchir de l’autorité nominale du roi, deviennent les vrais maîtres du pays.

Vers 953 (ou 942 ?)[8], Boson II épouse Constance appelée parfois Constance de Provence ou Constante de Vienne, supposée être une fille ou une sœur de Charles Constantin, comte de Vienne. Boson II et Constance ont deux fils :

Il meurt en 968.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ce qui est vrai, si on se limite aux seuls enfants issus de son mariage avec Willa de Bourgogne en 912
  2. D'autres auteurs identifient toutefois cette Constance à Constance de Provence appelée aussi Constance de Vienne.
  3. Robert II de France
  4. Jean-Pierre Poly - La Provence et la société féodale 879-1166 - page 33.
  5. P.A. Février (sous la direction de) - La Provence des origines à l’an mil - Editions Ouest-France Université, 1989 – (ISBN 2737304563), on peut lire :
    C’est en 949, après la mort d’Hugues, qu’apparaît un nouveau comte d’Arles, Boson, sur l’identité duquel les historiens ont beaucoup hésité. Il a été finalement été identifié avec le premier mari de Berthe, la nièce d’Hugues, qu’il aurait répudié afin de dissocier son sort de celui des proches du marquis au moment de ses revers de fortune. Il aurait alors épousé Constance, une inconnue par ailleurs. Il en eut deux fils, Roubaud et Guillaume Boson (qui) avec son frère appelé aussi Guillaume, exercèrent de manière indivise l’autorité comtale, toujours unique, en temps (tant ?) que représentants de Conrad. Berthe, quant à elle, se remariait avec le comte de Rodez et terminait ses jours en Aquitaine.
  6. On sait que lorsque son père Boson d'Arles part en Italie, elle est déjà mariée.
  7. D'après Jean-Pierre Poly, cité dans La Provence au Moyen Âge, page 12, le premier de la dynastie, le père de Boson et Guillaume un dénommé Roubaud, serait non pas d'origines bourguignonnes, mais provençales ou septimanes.
  8. Probablement après 945 et avant 948, c'est-à-dire au moment des revers de fortune d'Hugues d'Arles.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Précédé par Boson II d'Arles Suivi par
Hugues d'Arles
comte d'Arles
puis de Provence
948-960
Rotbald Ier
Guillaume Ier