Borne routière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une borne routière est un élément signalétique placé régulièrement en bordure de route et destiné à identifier la route concernée et à y indiquer les distances, le plus souvent vers les localités voisines.

Les premières bornes routières que l'on connaisse sont les bornes milliaires qui jalonnaient les voies romaines.

En France, les bornes routières équipent les anciens réseaux nationaux, les réseaux départementaux et autoroutiers. Elles sont entrées dans le langage familier comme synonyme de kilomètre parcouru, parfois à tort, car elles ne tiennent pas toujours compte des derniers aménagements et tracés routiers et n'indiquent pas nécessairement des distances kilométriques exactes. Au fil des années, elles deviennent des points de localisation plus que des points kilométriques exacts.

Au Royaume-Uni, certaines bornes routières sont classées monument historique.

Borne kilométrique à Madagascar (ancien type français en pierre)

Historique du bornage[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

Bornes royales[modifier | modifier le code]

Borne de Mortières, à Tremblay-en-France : le bonnet phrygien remplace la fleur de lys.

Sur les autres projets Wikimedia :

Sous Louis XV, à partir de 1745, des bornes en pierre de 1,30m de haut ornées d'une fleur de lys en bas-relief sont mises en place sur les routes royales. Et notamment la route vers Esternay (Marne) sur laquelle encore aujourd'hui il existe 22 bornes en place[1].

Elles sont implantées toutes les mille toises, soit une demi-lieue (lieue de Paris) ou environ 1949 m[1].

Elles portent un nombre qui indique la distance en milliers de toises depuis le point d'origine situé sur le parvis de Notre-Dame [1].

Les fleurs de lys ont été fréquemment martelées à la Révolution, quelquefois même remplacées par des symboles républicains comme le bonnet phrygien.

Après la Révolution[modifier | modifier le code]

Dès la Révolution, les grandes routes construites au XVIIIe siècle ont été marquées sur la base du kilomètre sur le modèle des bornes milliaires romaines. Elles s'élevaient à un mètre environ du sol et leur sommet était peint en rouge afin d'être visible.

Ce bornage de kilomètre en kilomètre a été complété par des bornes hectométriques, dans les intervalles entre deux bornes kilométriques. Ces bornes intermédiaires étaient généralement constituées d'une pierre rectangulaire simplement numérotée, scellée sur le bord de la route. Une borne numérotée 5 était donc située à 500 m de deux bornes kilométriques. Neuf bornes hectométriques numérotées de 1 à 9 se succédaient ainsi entre deux bornes kilométriques. De nos jours, ce système n'est en général plus maintenu, excepté sur certaines routes des Alpes-de-Haute-Provence et plus rarement encore sur certaines routes départementales peu fréquentées).

Dans les villes, les rues et les trottoirs trop étroits ne permettaient pas toujours de placer une borne. On se contentait alors de peindre la borne sur le mur, comme à Ligugé (ci-dessous), sur la route départementale 86. On trouve le même type de bornage peint sur certains passages étroits de montagne.

Bornages spéciaux[modifier | modifier le code]

Les panneaux PK sur autoroute[modifier | modifier le code]

Grâce à la relative simplicité du tracé des autoroutes, des repères généralement sous forme de panneaux représentant une borne ou un indice de couleur blanche sur fond rectangulaire rouge sont utilisés. Les exploitants les appellent PK (points kilométriques) et précisent que l'intervalle est d'un kilomètre environ.

Les bornes de limite départementale[modifier | modifier le code]

Chaque passage de limite de département est marqué d'une borne plus importante en taille, indiquant le nom des deux départements et les distances à parcourir pour rejoindre les villes les plus proches. Certaines possèdent l'indication de distance des villes les plus proches ou encore, en zone de montagne, l'altitude.

Différents modèles se sont succédé en fonction des années, et aussi des départements, pour le réseau intra-départemental. Les bornes courantes ont gardé la forme d'une borne en pierre mais sont fabriquées en plastique rigide. Les versions récentes se présentent sous forme d'un panneau plat conservant la forme arrondie du sommet, avec un revêtement réfléchissant qui les rend plus lisibles à la lumière des phares de voitures. Il existe également des plaquettes vissées sur un support dédié ou sur un mur, notamment en agglomération où la place est comptée.

Le réseau national étant aujourd'hui en grande partie intégré aux réseaux départementaux, quelques capuchons rouges peuvent encore subsister sur ces bornes de limites de départements, au bord de routes départementales ; leur temps est toutefois compté, tout comme celui des bornes kilométriques rouges sur les routes nationales déclassées.

En Allemagne[modifier | modifier le code]

En Belgique[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis[modifier | modifier le code]

En Grande-Bretagne[modifier | modifier le code]

En Inde[modifier | modifier le code]

Au Japon[modifier | modifier le code]


Produits dérivés[modifier | modifier le code]

Les bornes routières ont inspiré divers produits et objets dérivés : le jeu de cartes des 1000 bornes (1954), les boîtes en carton en forme de bornes kilométriques N7 décorées en rouge et blanc dans lesquelles sont souvent livrés les nougats de Montélimar, ou les mini-bornes départementales commercialisées par la société Planète-Borne, particulièrement appréciées par les randonneurs et cyclistes comme souvenirs des étapes de leurs circuits.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Panneau d'information au pied de la borne 31 près de l'église des Capucins de Coulommiers. Voir aussi celui de Grez-sur-Loing, et les bornes royales recensées sur topic-topos.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]