Boofzheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Boofzheim
Maison à colombages au centre du village.
Maison à colombages au centre du village.
Blason de Boofzheim
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Bas-Rhin
Arrondissement Sélestat-Erstein
Canton Benfeld
Intercommunalité C.C. du Rhin
Maire
Mandat
Éric Klethi
2014-2020
Code postal 67860
Code commune 67055
Démographie
Gentilé Boofzheimois, Boofzheimoises
Population
municipale
1 213 hab. (2011)
Densité 102 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 19′ 57″ N 7° 40′ 54″ E / 48.3325, 7.681667 ()48° 19′ 57″ Nord 7° 40′ 54″ Est / 48.3325, 7.681667 ()  
Altitude Min. 155 m – Max. 161 m
Superficie 11,94 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte administrative du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Boofzheim

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Boofzheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Boofzheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Boofzheim

Boofzheim est une commune française située dans le département du Bas-Rhin, en région Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Entrée du village de Boofzheim.
Maisons à colombages
Église protestante de Boofzheim (vue arrière de l'édifice)

Situé en plein Ried, le village fait partie du canton de Benfeld et de l'arrondissement de Sélestat-Erstein. Il est situé au croisement de la D5 qui relie Benfeld à l'Allemagne et la D468 parallèle au Rhin qui relie Strasbourg à Bâle en passant par de nombreux villages fleuris d'Alsace. Par ailleurs, il est situé sur la Véloroute Rhin EV 15 (1 320 km) qui relie la source du Rhin, située à Andermatt en Suisse, à son embouchure à Rotterdam. Les habitants sont connus sous le nom de Boofzheimois.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Cours d'eau[modifier | modifier le code]

  • L'Allachgraben
  • Le Westerlachgraben
  • Canal du Rhône au Rhin

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est vers le XIe siècle qu'apparaît pour la première fois le bourg de Botesheim. Le village appartient deux siècle plus tard pour moitié à l'abbaye de Saint-Étienne de Strasbourg et en partie à l'évêque de Strasbourg. Vers le début du XVIe siècle le village passe entre les mains de la famille Mueg qui adopte la religion réformée vers 1545. En 1636, les Suédois font des incursions en Alsace et détruisent presque entièrement le village. Après la guerre de Trente Ans le village se repeuple grâce à l'apport des immigrés suisses et hollandais. En 1684, Paul Jacques Mueg, propriétaire du village, étant décédé, le domaine est partagé entre différentes familles. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, Boofzheim, souffre des combats qui se déroulent dans sa périphérie. Le village est évacué en 1939. À la fin des hostilités un tiers du village est sinistré par les combats qui opposent les Alliés, lancés dans la reconquête des territoires occupés. Les Allemands tentent désespérément de lancer une contre offensive en janvier 1945 sans succès d'ailleurs. Le village est libéré par les troupes alliées.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Boofzheim

Les armes de Boofzheim se blasonnent ainsi :
« Coupé : au premier d'or au lion léopardé de gueules, au second d'azur aux deux étoiles d'or. »[1].

Réserves naturelles[modifier | modifier le code]

Plusieurs réserves naturelles protégées sont à découvrir : la source phréatique du Trulygraben, les tumulus dont de nombreux objets sont exposés au musée archéologique de Strasbourg. Ces sites sont situés entre Boofzheim et Herbsheim et font partie de la commune de Herbsheim

Économie[modifier | modifier le code]

Boofzheim dispose de nombreuses infrastructures touristiques :

  • une base nautique située sur le canal du Rhône au Rhin avec location de pénichettes Crown Blue Line
  • un camping ombragé, au calme, avec plusieurs dizaines de bungalows et un plan d'eau pour baignade
  • deux pistes cyclables, l'une reliant Boofzheim à Strasbourg tout au long du canal du Rhône au Rhin, l'autre reliant Boofzheim à Rhinau et au Bac du Rhin. Cette piste cyclable permet de rejoindre Europa Park à Rust en Allemagne par la digue du Rhin.
  • un parc de loisirs "le Poney Ranch" situé entre Boofzheim et Herbsheim, faisant partie de la commune de Herbsheim.
  • La ferme Durr est reconnue pour ses produits biologiques et la ferme au Héron Cendré "chez Mireille" est célèbre pour ses produits gastronomiques : foie gras, pâtés ... Boofzheim dispose également d'un centre commercial, d'une boulangerie pâtisserie, d'un bureau de tabac, de deux restaurants, d'un supermarché d'équipements électroménager et multimédia, un traiteur "pizza,tarte flambée,couscous à emporter", de deux médecins, d'un dentiste, d'une pharmacie ainsi que d'une esthéticienne.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Le maire actuel de la commune est Éric Kléthi. Ses adjoints sont :

  • Anny Heilbronn, 1er adjoint.
  • André Roecker, 2e adjoint.
  • Michel Baumert, 3e adjoint.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Éric Kléthi[2] UMP  
2001 2008 Pierre Gracient    
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Église protestante de Boofzheim
Église catholique Saint-Étienne

Drapeau de la France Saint-Aubin-de-Cadelech (France) (Dordogne)

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 213 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
607 472 743 749 903 964 987 961 1 020
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
1 010 1 063 1 042 1 045 997 965 984 1 040 1 042
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
966 993 958 850 833 824 835 782 735
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
784 825 899 1 052 1 065 1 030 1 182 1 182 1 227
2011 - - - - - - - -
1 213 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Catholique Saint-Étienne [5][modifier | modifier le code]

L'église Saint-Étienne, située rue de Rhinau, est attestée dès 1211. Cette église, est pour moitié la propriété de l'abbaye Saint-Étienne de Strasbourg et de la paroisse. Elle a depuis été reconstruite en 1522. Depuis cette époque subsistent la tour et des vestiges de la nef reconstruite en 1870. Endettée l'église vend ses droits sur la paroisse à Sébastien Mueg qui introduit la réforme en 1545. En 1622 les protestants de Boofzheim sont chassés par l'évêque qui y installe un curé qui sera remplacé en 1632 lors du retour des protestants, par un pasteur. En 1758, l'abbaye Saint-Étienne récupère ses droits de patronage. Entre 1687 et 1854, l'église sert simultanément aux deux cultes. En 1855, après l'inauguration du temple protestant, le sanctuaire est cédé aux catholiques. Dès 1890 est érigée un nouvel autel qui comporte un retable néogothique, un tabernacle central, une porte sculptée, le tout surmonté d'un tableau peint par Melling, et classé plus tard monument historique, représentant saint Étienne emporté au ciel.La reconstruction du chœur en 1896 permet d'encastrer trois monuments funéraires de la famille Mueg, encore visible à ce jour. La cloche de l'église, fondue en 1818 par Jean Louis Edel est décorée de reliefs représentant le martyr de saint Étienne. Devant la porte de l'église se dresse une croix monumentale de 4,50 mètres de haut, datant de 1897, composée d'un piédestal, d'une faîte à balustre et d'une croix portant le Christ défunt. A son pied on découvre une rosace et le crâne symbolique d'Adam avec le serpent du péché originel.

Pierres tombales des familles nobles[modifier | modifier le code]

À l'intérieur de l'église, scellés dans le mur nord de l'abside on peut apercevoir plusieurs pierres tombales : celle de Paul Jacques Mueg (1618-1684) qui porte les armes de cette famille ; en bas à gauche on aperçoit la tombe de la famille Bock et à droite celles des Rathsamhausen dans les deux autres angles.

Église protestante[modifier | modifier le code]

En 1849, les protestants achète un terrain à la commune pour y construire un temple. À cette occasion les habitants les plus pauvres de la commune sont confiés à la construction de cet édifice, ce qui procure du travail à cette frange de la population. Les travaux avancent assez vite, les fondations, les murs et le toit sont achevés dès 1852. L'orgue fabriqué en 1854 par la maison Stiehr de Seltz ressemble à celui d'Orschwihr, les cloches sont installées la même année et l'horloge installée par l'atelier Schwilgué de Strasbourg. Le temple est inauguré le 18 mars 1855. Les vitraux et les peintures sont rénovés en 1886 et l'intérieur de l'église est restauré en 1905.

École maternelle[modifier | modifier le code]

École élémentaire primaire[modifier | modifier le code]

Le château[modifier | modifier le code]

Écluse (XIXe siècle)[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Didier Six, qui a vécu à Boofzheim

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Paul de Gassowski, « Blasonnement des communes du Bas-Rhin », sur http://www.newgaso.fr (consulté en 24 mai 2009)
  2. [PDF] Liste des maires au 1 avril 2008 sur le site de la préfecture du Bas-Rhin.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  5. Renseignements affichés devant la porte de l'église catholique de Boofzheim