Bonvesin della Riva

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Bonvesin della Riva, parfois appelé Bonvesino ou Buonvicino de la Riva (v. 1240-1315), frère du troisième ordre des Humiliés, est un poète italien néolatin, qui est considéré comme le plus grand écrivain lombard du XIIIe siècle.

Biographie et œuvres[modifier | modifier le code]

Le nom Riva semble venir des abords de la Porte Ticinese où, en 1290, le poète séjourna, acquit une habitation et enseigna la grammaire dans une école.

En 1288, Bonvesin della Riva écrivit en latin un traité intitulé De magnalibus urbis Mediolani, œuvre écrite sous le règne des Visconti, parfois nettement élogieuse pour la ville de Milan et dans laquelle sont rapportées de nombreuses anecdotes et curiosités. Le manuscrit, longtemps perdu, fut retrouvé à la Bibliothèque Nationale de Madrid en 1898 dans un état de décomposition avancée.

Il est également l'auteur de Disputatio mensium, pittoresque représentation allégorique de la vie politique milanaise de son époque. Il y décrit la révolte des mois, épuisés et opprimés par la fatigue et le travail, contre l'odieux despote Janvier, accusé de passer son temps à ne rien faire. Mais une fois destitué le vieux roi, les rebelles ne savent rien faire de mieux que de se disputer entre eux. À la fin, fatigué de leurs disputes inutiles, Janvier ressort son bâton noueux et les réduit tous à l'obéissance, réaffirmant leurs devoirs et son droit de premier mois de l'année. Le poème se termine par un épilogue grotesque, presque dramatique, où semble résonner, dans la transparente forme allégorique, l'incapacité du peuple à garantir une paix sociale satisfaisante.

On doit encore à Bonvesin De quinquaginta curialitatibus ad mensam, un bref petit manuel sur la bonne tenue à table. Ses autres œuvres, les Contrastes, les discours et les textes moraux, sont toutes de nature religieuse.