Bonne d'Artois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Bonne d’Artois

Description de cette image, également commentée ci-après

École flamande, Dame Bonne d'Artois, duchesse de Bourgogne

Titre

Duchesse de Bourgogne

30 novembre 142417 septembre 1425

Prédécesseur Michelle de France
Successeur Isabelle de Portugal
Biographie
Dynastie Maison d'Artois (Capétiens)
Autres fonctions Comtesse de Nevers et de Rethel par alliance
Naissance vers 1396
Décès 17 septembre 1425
Dijon
Sépulture Chartreuse de Champmol
Père Philippe d'Artois, comte d'Eu
Mère Marie de Berry
Conjoint Philippe, comte de Nevers (1413)
Philippe le Bon, duc de Bourgogne (1424)
Enfants Charles (1414-64), comte de Nevers
Jean (1415-91), comte d'Étampes

Bonne d’Artois, née en 1396 et morte à Dijon le 17 septembre 1425, est une princesse française du premier quart du XVe siècle devenue duchesse de Bourgogne par son second mariage avec Philippe le Bon, duc de Bourgogne.

Fille de Philippe d'Artois, comte d'Eu et connétable de France, et de Marie de Berry, elle épouse en premières noces en 1413 Philippe de Bourgogne (1389-1415), comte de Nevers et de Rethel, veuf d'Isabelle de Coucy. Le mariage est célébré au château de Beaumont-en-Artois le 20 juin 1413. Cette union entre le frère cadet de Jean sans Peur et la petite-fille du duc Jean de Berry est considéré comme « le gage de la fragile réconciliation » entre Armagnacs et Bourguignons après l'épisode de la révolte des Cabochiens[1].

Son époux est tué à la bataille d'Azincourt, le 25 octobre 1415, la laissant veuve avec deux très jeunes enfants, Charles, né en 1414 et Jean, né à Clamecy quelques jours avant la mort de son père[2].

Entre 1419 et 1423, elle fonde à Decize, dans le château des comtes de Nevers, un monastère de Clarisses réformées par Colette de Corbie[3].

Elle se remarie le 30 novembre 1424 avec le neveu de son défunt époux, Philippe le Bon, duc de Bourgogne, veuf depuis 1422 de Michelle de France.

Bonne d'Artois meurt l'année suivante, à Dijon, le 17 septembre 1425. Elle est inhumée dans la chartreuse de Champmol, nécropole dynastique des ducs de Bourgogne de la maison de Valois et de leur famille[4].

À l'occasion de sa mort, un noble et poète de la cour de Bourgogne, Guillaume de Vaudrey, composa une complainte[5].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Françoise Autrand, « Une stratégie familiale au féminin : le duc de Berry et le mariage de ses filles », Annuaire-Bulletin de la Société de l'histoire de France, 1999 (2001), p. 5.
  2. Bien que de nombreux généalogistes fixent la naissance de Jean au 25 octobre 1415, soit le jour de la mort du comte de Nevers, les sources comptables bourguignonnes prouvent qu'il était déjà né le 21 octobre, date où Jean sans Peur, son parrain, séjourne à Clamecy : « souper et gister à Clamecy, pour le baptesme du filz du conte de Nevers novellement né ». Ernest Petit, Itinéraires de Philippe le Hardi et de Jean Sans Peur, ducs de Bourgogne (1363-1419), d'après les comptes de dépenses de leur hôtel, Collection de documents inédits sur l'histoire de France, vol. 36, Paris, Imprimerie nationale, 1888, p. 421 [lire en ligne].
  3. Elizabeth Lopez, « Sainte Colette et la maison de Bourgogne », Marie-Thérèse Caron et Denis Clauzel, dir., Le Banquet du Faisan, 1454 : l'Occident face au défi de l'Empire ottoman, Arras, Artois Presses Université, 1997, p. 296.
  4. Murielle Gaude-Ferragu, D'or et de cendres: la mort et les funérailles des princes dans le royaume de France au bas Moyen Age, Villeneuve d'Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2005, p. 72.
  5. Baudot, « Complainte inédite de Guillaume Vaudrey sur la mort de Bonne d'Artois, seconde femme de Philippe le Bon », Mémoires de l'Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon, 1827, p. 194-196. [lire en ligne]