Bonne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bonne (homonymie).
Bonne
Vue aérienne.
Vue aérienne.
Blason de Bonne
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Saint-Julien-en-Genevois
Canton Annemasse-Sud
Intercommunalité Annemasse - Les Voirons Agglomération
Maire
Mandat
Yves Cheminal
2014-2020
Code postal 74380
Code commune 74040
Démographie
Gentilé Bonnois/ Bonnoise
Population
municipale
2 907 hab. (2011)
Densité 339 hab./km2
Population
aire urbaine
212 248 hab.
Géographie
Coordonnées 46° 10′ 10″ N 6° 19′ 17″ E / 46.1694444444, 6.3213888888946° 10′ 10″ Nord 6° 19′ 17″ Est / 46.1694444444, 6.32138888889  
Altitude Min. 459 m – Max. 1 303 m
Superficie 8,58 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Bonne

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Bonne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bonne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bonne
Liens
Site web Bonne.fr

Bonne est une commune française située dans le département de la Haute-Savoie, en région Rhône-Alpes. Le 1er janvier 1973, le village de Loëx est rattaché à Bonne (fusion simple).

Géographie[modifier | modifier le code]

Bonne est située à 8 km d'Annemasse. La commune de Bonne, traversée par la Menoge, est parfois appelée Bonne-sur-Menoge. Elle s’étend sur 858 hectares, du plateau de Loëx jusqu’au sommet des Voirons. Son altitude maximum est de 1 303 m et son minimum de 496 m. Elle est limitrophe des communes de Cranves-Sales, Lucinges, Fillinges, Nangy et Arthaz.

Placée au cœur de la Haute-Savoie, Bonne a le privilège de bénéficier d'un riche patrimoine, d'un climat agréable, mais aussi d'être à proximité de la montagne et des lacs.

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Bonne

Les armes de « Bonne » se blasonnent ainsi : écartelé : au premier d'argent à la fasce de gueules, au chef émanché de sable, au deuxième d'or à la fleur de lys de sable, au troisième d'or au sautoir de sable, au quatrième de gueules à l'arbre d'or planté dans une caisse du même

Faits historiques[modifier | modifier le code]

De par sa position géographique privilégiée, il y a toujours eu des hommes sur la commune de Bonne, et ce, dès la Préhistoire[réf. nécessaire].

Cependant, il faut attendre 1246 pour voir figurer le nom de la commune sur un acte notarial.

Au Moyen Âge, Bonne est une châtellenie ; le village se développe autour de deux pôles, l'un militaire, Haute-Bonne, place fortifiée avec l'église Saint-Nicolas, et l'autre commercial, Basse-Bonne, au pied des fortifications, carrefour entre Genève et Annecy. L'enquête de 1339, précise que la justice y est partagée entre le dauphin, l'évêque de Genève, l'abbaye d'Aulps et la maison de Lucinges qui y détiennent une importante maison forte (château de Lucinges)[1].

Pendant tout le Moyen Âge et une grande partie de l'époque moderne, le village est au cœur des luttes entre troupes de Savoie et de Genève, puis entre Savoie et France. En 1860, la Savoie devient française, et de fait, Bonne également.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires qui se sont succédé à la mairie de Bonne :

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2008 en cours Yves Cheminal ... ...
2001 2008 François-Xavier L'Honen ... ...
1995 2001 Oscar Berthet ... ...
1993 1995 Francois Roguet ... ...
1989 1993 René Ravetta ... ...
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 907 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
460 532 546 650 738 758 702 703 794
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
797 827 852 834 790 734 741 716 637
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
582 570 641 640 583 703 740 907 1 314
1982 1990 1999 2006 2007 2011 - - -
1 598 1 815 2 098 2 538 2 599 2 907 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

À l'origine agricole, l'économie de Bonne est désormais de plus en plus liée au secteur tertiaire français, mais aussi et surtout suisse.

En effet, Genève se situe à environ 15 km, et de nombreux Français traversent tous les jours la frontière pour travailler dans le secteur tertiaire genevois.

Inversement, de nombreux Suisses traversent la frontière pour s'établir à Bonne, le coût de l'immobilier y étant beaucoup plus bas qu'en Suisse, ce qui a eu pour conséquence une flambée de l'immobilier dans tout le Genevois, avec une multiplication par deux ou trois des prix (loyers) en moins de dix ans.

Transport[modifier | modifier le code]

La ville de Bonne est desservie par le réseau de transport en commun de l'agglomération, le réseau des Transports annemassiens collectifs (TAC), dont les lignes 4 et 5 viennent jusqu'à Bonne (arrêts : PAE de la Menoge, Bonne Centre, Fruitière) en se prolongeant (depuis le 20 février 2012) jusqu'au nouvel hôpital de Findrol, commune de Contamine-sur-Arve.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La Menoge, rivière à truites qui passe au bas de Bonne.
  • Nombreux sentiers de randonnée au pied des Voirons.
  • Centre équestre de La Charniaz.
  • Église Saint-Nicolas de Bonne (Haute-Bonne), datant du XIIe siècle. Le clocher fut ajouté au XVIe siècle. Il contient une cloche de 1440.
  • Oratoire du Pralère (point culminant de la commune, à 1 303 m).
  • Château de Lucinges, maison forte des XVe et XVIe siècles.
  • Maison forte de Loëx.
  • Château de la Charniaz, maison forte entre Bonne et la Bergues.
Panorama du Genevois.

Équipements ou Services[modifier | modifier le code]

En 1990, une MFR est aménagée.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Michel Butor est né à Lille et vit à Lucinges, commune voisine de Bonne...

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Élisabeth Sirot 2007, p. 42.
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Élisabeth Sirot, Noble et forte maison - L'habitat seigneurial dans les campagnes médiévales du milieu du XIIe au début du XVIe, Editions Picard,‎ 2007 (ISBN 9782708407701).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]