Bonnœuvre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bonnœuvre
Image illustrative de l'article Bonnœuvre
Blason de Bonnœuvre
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Ancenis
Canton Saint-Mars-la-Jaille
Intercommunalité Communauté de communes du Pays d'Ancenis
Maire
Mandat
Jean-Yves Ploteau
2014-2020
Code postal 44540
Code commune 44017
Démographie
Gentilé Bonnœuvriens
Population
municipale
562 hab. (2011)
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 31′ 42″ N 1° 14′ 05″ O / 47.5283333333, -1.23472222222 ()47° 31′ 42″ Nord 1° 14′ 05″ Ouest / 47.5283333333, -1.23472222222 ()  
Altitude Min. 22 m – Max. 78 m
Superficie 15,66 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte administrative de Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Bonnœuvre

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte topographique de Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Bonnœuvre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bonnœuvre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bonnœuvre
Liens
Site web http://www.pays-ancenis.fr/

Bonnœuvre est une commune de l'Ouest de la France, située dans le département de la Loire-Atlantique (région Pays de la Loire).

Surplombant la vallée de l'Erdre, la commune a la particularité d'avoir eu dans son histoire pour seigneurs des religieux. Le domaine des moines est une baronnie, les hommes d'église disposent des droits féodaux jusqu'à la Révolution. Après avoir connu un déclin démographique d'un siècle, Bonnœuvre a enrayé l'érosion vers les années 1960. Son économie est dominée par l'agriculture et l'élevage.

La commune fait partie de la Bretagne historique et du Pays nantais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Bonnœuvre dans le département de la Loire-Atlantique.

Bonnœuvre se situe à 18 km au nord d'Ancenis, à 42 km au nord-est de Nantes, à 51 km à l'est d'Angers et à 72 km au sud-est de Rennes[1]. Les communes limitrophes de Bonnœuvre sont Saint-Mars-la-Jaille, Pannecé, Riaillé et Saint-Sulpice-des-Landes.

Communes limitrophes de Bonnœuvre
Saint-Sulpice-des-Landes
Riaillé Bonnœuvre Saint-Mars-la-Jaille
Pannecé

Relief[modifier | modifier le code]

La commune est située à l'extrémité est du Massif armoricain, dans la zone Bretagne centrale. Le sud et le nord-est de la commune est relativement plat. Au centre, dans un axe est-ouest, le territoire est creusée par la vallée de l'Erdre. Au nord-ouest, la partie du territoire couverte par la forêt de Saint-Mars-la-Jaille est légèrement vallonnée[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Vallée de l'Erdre en contrebas du bourg de Bonnœuvre.

La commune est traversée par l'Erdre[3], qui coule d'est en ouest et qui traverse le bourg. Le ruisseau des grandes fontaines, à la limite avec la commune de Saint-Mars-la-Jaille, coule du nord au sud et se jette dans l'Erdre. Le hameau du Coudray au sud de la commune est traversé par le ruisseau de l'étang du Vau. Les dépressions de la partie bonnœuvriennne de la forêt de Saint-Mars-la-Jaille sont occupées par des étangs[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat de la Loire-Atlantique.

Avec sa façade océanique orientée vers l'Ouest et un relief peu accentué, le climat de la Loire-Atlantique est de type tempéré océanique[4]. Les hivers y sont doux (5 °C en moyenne), les étés faiblement chauds (18 °C en moyenne). Les précipitations sont fréquentes (surtout en hiver et au printemps) mais rarement violentes. Les données concernant le climat de Bonnœuvre qui suivent sont extraites d'une source basant le site de relevé des données météorologiques aux coordonnées 47°09'N - 1°37'O[5], ce qui correspond à la position de l'Aéroport Nantes-Atlantique situé sur la commune de Bouguenais.

Climatologie de Bouguenais sur la période 1961 - 1990 :
Températures moyennes
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2,4 2,8 4 5,9 9 11,9 13,9 13,5 11,8 8,9 5,1 3 7,7
Température moyenne (°C) 5,4 6,2 8,1 10,4 13,6 16,9 19,1 18,7 16,8 13,1 8,6 6 11,9
Température maximale moyenne (°C) 8,4 9,6 12,2 14,9 18,2 21,9 24,4 24 21,8 17,3 12 9 16,1
Ensoleillement (h) 72 99 148 187 211 239 267 239 191 140 91 70 1 956
Précipitations (mm) 86,6 70,2 69,1 49,9 64,1 45 46,4 44,8 62,2 79,2 86,9 84,1 788,5
Source : Infoclimat, relevés 1961-1990[5]


Toponymie[modifier | modifier le code]

Pour d'autres[Qui ?], le nom de Bonnœuvre vient du gaulois Banno-Briga « Place forte de Banna », de Banna, nom propre, et de briga : « place forte ». Le nom de la commune a été traduit Banvre en breton, nom sans valeur historique : le breton n'y a jamais été parlé, et l'on y a toujours parlé le gallo, puis le français[6]. Le nom de la ville est souvent présenté avec la graphie Bonnoeuvre, mais le code officiel géographique donne Bonnœuvre[7].

Bonœuvre possède un nom en gallo, la langue d'oïl locale : Bonoevr (écriture ELG, prononcé [bõ.nəv ])[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Bonnœuvre est dans la zone de peuplement celte, et comme toute la région est passée sous domination gallo-romaine. À partir du IXe siècle, le territoire fait partie du royaume puis duché de Bretagne, avant que celui-ci ne soit uni à la France en 1532.

La première mention écrite conservée concernant Bonnœuvre date de 1013. Un prieuré baptisé Saint-Martin-de-Bonnœuvre est mentionné comme appartenant à l'abbaye de Saint-Florent-le-Vieil. En 1073 cette propriété est confirmée par Quiriac, évêque de Nantes. Lorsque le dernier moine meurt en 1742, ce sont des prêtres qui prennent le relai. Ils portent le titre de prieur-baron. En effet le domaine lié au prieuré est une baronnie. Les détenteurs du lieu ont donc droit de moyenne et basse justice, bénéficient de rentes féodales, disposaient d'une garenne et d'un pigeonnier. C'est donc l'administration cléricale qui gérait la paroisse de Bonnœuvre[F 1].

Une bataille oppose à Bonnœuvre les Chouans aux Républicains en 1794, lors de la Révolution. Les Royalistes, retranchés dans le bois de la Renardière, subissent l'assaut de 2 000 soldats, mais ne subissent que peu de pertes, alors que leurs ennemis perdent une centaine d'hommes[F 1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Bonnœuvre est située dans le canton de Saint-Mars-la-Jaille, arrondissement d'Ancenis, dans le département de la Loire-Atlantique (région Pays de la Loire)[9]. Comme pour toutes les communes françaises comptant entre 500 et 1 500 habitants, le Conseil municipal est constitué de quinze membres en 2011[10].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

L'article histoire des maires de France retrace l'évolution des modalités d'élection ou de nomination des maires de la commune.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Jean-Yves Ploteau[Note 1] Divers gauche agriculteur, conseiller général
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Bonnœuvre est membre de la communauté de communes du Pays d'Ancenis, qui est constituée de vingt-neuf communes regroupées autour d'Ancenis. La commune est représentée au conseil intercommunal par le maire et deux élus communautaires[11].

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon le classement établi par l’Insee en 1999, Bonnœuvre était une commune rurale non polarisée[12].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 562 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
485 482 532 640 780 759 803 795 854
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
874 892 910 934 947 1 010 933 898 858
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
826 801 785 683 663 672 635 555 513
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
575 566 524 521 532 505 554 562 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2004[14]. , pour le recensement de 1836, archives départementales de la Loire-Atlantique[15])
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (21,9 %) est en effet inférieur au taux national (22,7 %) tout en étant toutefois supérieur au taux départemental (20,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,6 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,9 %).

Pyramide des âges à Bonnoeuvre en 2009 en pourcentage[16]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,3 
7,4 
75 à 89 ans
10,3 
12,9 
60 à 74 ans
12,8 
28,7 
45 à 59 ans
20,7 
17,6 
30 à 44 ans
19,7 
12,9 
15 à 29 ans
14,5 
20,6 
0 à 14 ans
21,7 
Pyramide des âges du département de la Loire-Atlantique en 2009 en pourcentage[17]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
1,0 
5,6 
75 à 89 ans
9,1 
12,1 
60 à 74 ans
13,4 
20,1 
45 à 59 ans
19,7 
21,3 
30 à 44 ans
20,1 
20,1 
15 à 29 ans
18,5 
20,5 
0 à 14 ans
18,3 

Économie[modifier | modifier le code]

Au 1er janvier 2009 l'Insee recensait 25 entreprises dans la commune, dont une dans l'industrie, trois dans la construction, onze dans le commerce, les transports et les services divers et cinq dans le secteur administratif et de l'éducation. Selon la même source, il y avait cette année-là 40 emplois salariés à Bonnœuvre[16].

L'agriculture est un domaine important de l'activité économique bonnœuvrienne. La superficie totale des exploitations est passée de 1 438 ha en 1988 à 1 365 ha en 2000, le nombre d'exploitations passant de 46 à 26 dans cette période. Le nombre d'exploitations pratiquant l'élevage bovin est passé de 31 à 19 entre 1988 et 2000, pour un nombre de tête équivalent (1 323 en 2000). Par contre l'élevage de la volaille a nettement progressé. Alors que 27 élevages disposaient de 27 529 bêtes en 1988, les 6 existantes en 2000 en comptaient 89 638[16].

Équipements et services[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas de médecins ni d'infirmiers à Bonnœuvre, les plus proches sont situés à Saint-Mars-la-Jaille[18]. Un centre hospitalier est installé à Ancenis[19].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Bonnœuvre dépend de l'académie de Nantes. Il n'y a pas d'école publique dans la commune. L'école privée Sainte-Marie fait partie du réseau de l'enseignement catholique[20]. Le collège le plus proche se trouve à Saint-Mars-la-Jaille, et les lycées se situent à Ancenis[21],[22],[23],[24],[25],[26].

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Les fondations du prieuré datent du XIIe et XVe siècles. En 1668 un nouveau bâtiment est construit, qui est rénové et rehaussé en 1860. C'est un édifice en forme de L, à ouvertures étroites. Son pigeonnier, privilège aristocratique dénotant le rôle seigneurial des moines locaux de l'époque, surplombe l'Erdre. Un blason de cuivre datant de la période autour de l'année 1753 est conservé[F 1].

Le manoir de La Chèze est construit au XVe siècle. Il dispose alors d'une tourelle et d'une cour fermée. Le bâtiment est rénové au XVIIIe siècle, la tourelle est démolie à cette occasion[F 2].

Moulin à eau sur l'Erdre.

Sur l'Erdre sont bâtis[F 3] :

  • un pont de pierre et baux[Note 4] en 1748, ouvrage asymétrique, une des arches étant séparée des trois autres ;
  • un moulin à eau en 1820, alors situé près d'un étang servant de réserve de pêche.

L'église Saint-Martin date de 1863, elle est bâtie en pierre et tuffeau[F 2].

Le monument aux morts de la Première Guerre mondiale est coiffé de la statue d'un poilu. Le modèle est Henri de La Ferronnays (1876-1946), officier durant la guerre, maire de Saint-Mars-la-Jaille, député, président du Conseil général de la Loire-Inférieure[F 4].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Bonnœuvre

D'azur à trois croissants d'or couchés.

Blason adopté par le Conseil de Fabrique en 1753.

Devise[modifier | modifier le code]

La devise de Bonnœuvre, « Auxilium Meum A Domino. » (« Mon secours vient du Seigneur »), est tirée d'un passage de la Bible (Psaumes 121:2).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en mars 2008.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.
  4. Un bau est une traverse en bois.

Références[modifier | modifier le code]

  • Jean-Luc Flohic (dir.) et Gilbert Massard, Le Patrimoine des communes de la Loire-Atlantique,‎ 1999 (voir en bibliographie).
  1. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Flohic_p1125.
  2. a et b p. 1126
  3. p. 1126-1127
  4. p. 1127
  • Autres références.
  1. « Bonnooeuvre », sur Localisation interactive, orthodromie et navigation (consulté le 8 avril 2011)
  2. a et b Carte IGN de Bonnœuvre sur Géoportail.
  3. « Les cours d'eau français », sur site du Sandre.Eaufrance (consulté le 8 avril 2011)
  4. « Carte France - Climat », sur site CartesFrance.fr (consulté le 21 mars 2010)
  5. a et b Relevés 1961-1990 « Normale et records - Nantes, Loire-Atlantique (44), 26 m - 1961-1990 », sur site infoclimat,‎ 21/03/2010 (consulté le 8 avril 2011)
  6. Atlas linguistique de la France, Gilliéron, Edmont, 1902-1910
  7. « Code officiel géographique - Bonnœuvre », sur insee.fr (consulté le 1er avril 2011)
  8. « Villes bretonnes, noms gallo », Geobreizh (consulté le 18 mars 2013)
  9. « Fiche de la commune de Bonnœuvre », sur insee.fr (consulté le 8 avril 2011)
  10. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales
  11. « Maumusson », sur Communauté de commune du Pays d'Ancenis (consulté le 7 mars 2011)
  12. « Carte thématique », sur Insee (consulté le 8 avril 2011) ; cheminement : sur la petite carte de France, onglet Départements, puis choisir le département, puis menu déroulant Couches d'aide à la sélection
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  15. « Bonnoeuvre 1836 », sur Archinoë, portail d'indexation collaborative, archives départementales de la Loire-Atlantique (consulté le 9 janvier 2013).
  16. a, b et c « Résultats du recensement de la population - Bonnoeuvre - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté le 10 décembre 2012).
  17. « Résultats du recensement de la population de la Loire-Atlantique - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté le 10 décembre 2012).
  18. « Recherche », sur Les pages jaunes (consulté le 8 avril 2011)
  19. « Liste des hôpitaux et cliniques de la Loire-Atlantique », sur Annuaire sanitaire et social (consulté le 8 avril 2011)
  20. « Les écoles de l'académie », sur Académie de Nantes (consulté le 7 mars 2011)
  21. « Les collèges publics de la Loire-Atlantique », sur Académie de Nantes (consulté le 8 avril 2011)
  22. « Les collèges privés de la Loire-Atlantique », sur Académie de Nantes (consulté le 8 avril 2011)
  23. « Les lycées publics de la Loire-Atlantique », sur Académie de Nantes (consulté le 8 avril 2011)
  24. « Les lycées privés de la Loire-Atlantique », sur Académie de Nantes (consulté le 8 avril 2011)
  25. « Les lycées publics professionnels publics de la Loire-Atlantique », sur Académie de Nantes (consulté le 8 avril 2011)
  26. « Les lycées professionnels privés de la Loire-Atlantique », sur Académie de Nantes (consulté le 8 avril 2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article..

  • Jean-Luc Flohic (dir.) et Gilbert Massard, Le Patrimoine des communes de la Loire-Atlantique, vol. 2, Charenton-le-pont, Flohic éditions,‎ 1999, 1383 p. (ISBN 2-84234-040-X), p. 1125-1127 Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]