Bonheur d'occasion (roman)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bonheur d'occasion.
Bonheur d'occasion
Image illustrative de l'article Bonheur d'occasion (roman)
La maison en coin du roman

Auteur Gabrielle Roy
Genre roman
Pays d'origine Drapeau du Canada Canada
Éditeur Éditions Pascal
Date de parution 1945
Nombre de pages 414

Bonheur d'occasion est un roman urbain écrit par Gabrielle Roy et publié en juin 1945. C'est le premier roman de l'écrivaine, pour lequel elle a reçu, à Paris, le , le prix Femina, une première pour un écrivain canadien dans un grand prix littéraire français. L'œuvre a aussi été choisie, en mai de la même année, livre du mois par le Literary Guild of America (Literary Guild (en)).

Résumé[modifier | modifier le code]

Florentine Lacasse, une jeune femme de 19 ans qui aide ses parents à subsister en travaillant comme serveuse au restaurant le Quinze Cents et qui rêve d'une vie meilleure, tombe amoureuse de Jean Lévesque. Voulant satisfaire son égo, Jean propose des rendez-vous à Florentine, qui ne veut point refuser. Se lassant rapidement de cette relation et voulant évoluer à travers sa propre vie, Jean Lévesque lui présente un ami, Emmanuel Létourneau, un soldat en permission, qui tombe amoureux de Florentine. Or, l'attirance de Florentine envers Jean aura d'importantes conséquences sur sa vie. Parallèlement, l'histoire présente Rose-Anna et Azarius, les parents de Florentine, et leur vie de famille difficile en raison de leur pauvreté.

Thèmes[modifier | modifier le code]

Les personnages, selon des méthodes différentes, représentatives de leurs personnalités, tentent de trouver le bonheur. Florentine, par exemple, vit un dilemme. Elle hésite entre Jean ou Emmanuel, chacun étant issu d'un milieu très différent. Elle ignore ce qu'elle veut vraiment, car il faut d'abord qu'elle se connaisse elle-même avant de choisir l'homme avec lequel elle veut vivre.

L'œuvre semble, malgré plusieurs analyses biaisées faites à ce sujet, teintée de pessimisme. Plusieurs personnages s'accrochent à l'espoir d'un monde meilleur. Toutefois, ce monde ne peut être atteint. L'auteure maintient ses personnages dans le moule de la misère. Le bonheur est impossible et la dernière phrase de l'œuvre va dans ce sens: «Très bas dans le ciel, des nuées sombres annonçaient l'orage.»

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • Étudié dans les pays francophones à travers le monde, Bonheur d'occasion est considéré comme le roman québécois de la guerre.
  • En 1983, un film basé sur le livre a été produit pour le cinéma.
  • Le roman a été traduit en une quinzaine de langues.
  • Un extrait du roman est inscrit au mur de la Chapelle du Souvenir, au rez-de-chaussée de la Tour de la Paix, au Parlement du Canada.
La station de métro Place-Saint-Henri immortalise le titre de cette œuvre par une murale en brique oeuvre de Julien Hébert sur la mezzanine.

Éditions[modifier | modifier le code]

  • Montréal, Société des Éditions Pascal, 1945.
  • Montréal, Beauchemin éditeur, 1947.
  • Paris, Éditions Flammarion, 1947
  • Paris, Cercle du bibliophile, « Le Club des grands prix littéraire », 1969.
  • Montréal, Les éditions internationales Alain Stanké, « 10/10 », 1978.
  • Montréal, Éditions Boréal, « Boréal compact » no 50, 1993.
  • Montréal, Hurtubise HMH, 1998
  • Montréal, Éditions Boréal, (texte définitif), 2009.

Notes et références[modifier | modifier le code]


Précédé par La Dame de cœur Suivi par
Le Temps de la longue patience de Michel Robida
Prix Femina
1947
Les Hauteurs de la ville de Emmanuel Roblès