Piment habanero

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Bondamanjak)
Aller à : navigation, rechercher
Chile Habanero.jpg

Le piment habanero (Capsicum chinense Jacq.) originaire du Mexique est une espèce de piment de la famille des Solanaceae. Il est cultivé pour ses fruits à la saveur particulièrement piquante. Il est aussi appelé piment antillais ou piment cabri à La Réunion.

À l'origine appelé Javanero (de l'île de Java - réputée pour sa cuisine hautement relevée) fut ensuite erronément appelé habanero (La Habana) à cause de la prononciation hispanophone.

Ce piment est extrêmement fort (y compris pour les amateurs de piments) : sur l'échelle de Scoville, il est noté de 100 000 jusqu'à 577 000 pour certaines variétés (la sauce Tabasco habanero — la plus forte — est notée seulement de 7 000 à 8 000). Une seule goutte de celui-ci suffit à brûler les lèvres et la langue. Il faut protéger ses mains et ses yeux en le préparant. Des fortes brûlures apparaissent sur les doigts quelques heures après la préparation. De même, sa préparation a tendance à irriter l'appareil respiratoire, provoquant l'effet d'une bombe lacrymogène.

En France métropolitaine, ce piment semble plus indiqué à la culture ornementale. Aux Antilles, il est très communément consommé : découpé, on frotte les aliments avec le piment, sans le manger directement. À La Réunion, il entre comme ingrédient dans la préparation du rougail (condiment pimenté à base de fruits ou de légumes) mais se mange aussi tel quel. Son parfum typique est irremplaçable dans la cuisine antillaise. À Madagascar, où il est appelé « tsilandimilahy » (approximativement : « cinq hommes ne peuvent le finir »), il est aussi apprécié comme condiment, cru ou sous forme de purée, mangé avec le « vary sy laoka » (riz avec des accompagnements).

Cultivar[modifier | modifier le code]

Produits dérivés[modifier | modifier le code]

Noms populaires[modifier | modifier le code]

Dans les Antilles françaises (Guadeloupe et Martinique), ce piment est nommé Bondamanjak. La version au fruit marron foncé tirant sur le lie-de-vin est appelé « sept-court-bouillon » (il peut assaisonner sept court-bouillons, le court bouillon étant une préparation de poisson à la tomate). L'étymologie s'explique comme suit :

  • Bonda, les fesses, le postérieur
  • Man, Maman, Madame
  • Jak, Jacques

La tournure Man Prénom est courante, et sert à nommer l'épouse de la personne désignée par le prénom. Finalement, lorsqu'on connait la sensation de chaleur dégagée par le piment antillais, on devine la légèreté de mœurs et l'insatiabilité en la matière que pouvait avoir l'épouse de Jacques. Ou selon d'autres sources, la forme disgracieuse du piment rappellerait les « fesses de Mme Jacques. »

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :