Bonaventura Cavalieri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cavalieri.

Bonaventura Francesco Cavalieri

alt=Description de l'image Bonaventura Cavalieri.jpeg.
Naissance 1598
Milan (Drapeau du Duché de Milan Duché de Milan)
Décès 30 novembre 1647
Bologne (Flag of the Papal States (pre 1808).svg États pontificaux)
Domicile Bologne
Champs Mathématiques, astronomie
Institutions Université de Bologne
Diplôme Université de Pise
Renommé pour Méthode des indivisibles

Bonaventura Francesco Cavalieri (en latin, Cavalerius) (né en 1598 à Milan et mort le 30 novembre 1647 à Bologne) était un mathématicien, un géomètre, un astronome et un universitaire italien du XVIIe siècle.

Connu surtout pour le principe de Cavalieri, qui établit que les volumes de deux objets sont égaux si les secteurs des sections transversales correspondantes sont, dans tous les cas, égaux. Deux sections transversales correspondent si elles sont des intersections de l'objet avec des plans équidistants d'un plan de base donné. Ceci annonçait, en quelque sorte, le calcul intégral.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans le duché de Milan, Bonaventura Cavalieri a étudié la théologie au monastère de San Gerolamo et la géométrie à l'université de Pise. Il a publié onze livres, son premier, en 1632. Il a travaillé sur les problèmes du système optique et du mouvement. Son travail astronomique et astrologique est demeuré marginal à côté de ses principaux intérêts, bien que son dernier livre, le Perpetua de planetaria de ruota de della de Trattato (1646), leur ait été consacré. Il a été présenté à Galilée au travers de contacts universitaires et ecclésiastiques. Cavalieri a écrit au moins 112 lettres à Galilée. Celui-ci a dit de Cavalieri : « peu ou nul, depuis Archimède, a vu aussi profondément dans la science de la géométrie. »[1] Il se lia avec Galilée et obtint par sa recommandation une chaire de mathématiques à Bologne en 1629.

Il faisait grand cas des découvertes de Fermat, ce dont témoignent ses lettres à Gianantonio Rocca

Beaugrand mi disse che da un tal Senatore de Tolose (Fermat) gli era stato proposto questo problema, cioé :Descrivere una parabole che passi per quattro dati punti (vogliono pèro esser talmente posti che se ne possi formare un quadrilatero, due de lati del quale almeno non sieno paralleli) et che l'aveva sciolto.[2]

Il passa la plus grande partie de sa vie dans les souffrances de la goutte. Cavalieri a créé la géométrie des indivisibles, dont Roberval lui disputa cependant l'invention : il concevait les lignes comme formées d'un nombre infini de points; les surfaces, d'une infinité de lignes, et les solides, d'une infinité de surfaces, et il réussit, à la faveur de cette méthode si simple, à résoudre un grand nombre de problèmes. Cavalieri a construit une pompe hydraulique pour son monastère et a publié des tables des notations, soulignant leur utilisation pratique dans les domaines de l'astronomie et de la géographie. Il est mort à l'université de Bologne.

Gilles-Gaston Granger mentionne Cavalieri aux côtés de Newton, Leibniz, Pascal, Wallis, MacLaurin, comme l'un de ceux qui, aux XVIIe et XVIIIe siècles, « redéfinissent l'objet mathématique »[3].

Hommages[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Statue de Bonaventura Cavalieri à Milan, sa ville natale

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (la) Angelo Fabroni, « Bonaventura Cavalerius », Vitae Italorum doctrina excellentium qui saeculis XVII. et XVIII. floruerunt, Pise, vol. I,‎ 1778, p. 262—301 (lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sur le Galileo Project
  2. The mathematical career of Pierre de Fermat, 1601-1665 Par Michael Sean Mahoney [1].
  3. Gilles-Gaston Granger, Formes, opérations, objets, Vrin, 1994, p. 365 lire en ligne