Bombus terrestris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Bourdon terrestre

Bombus terrestris, le bourdon terrestre, est un insecte hyménoptère de la famille des Apidae (de Apis : abeille), du genre Bombus et du sous-genre Bombus. Il recrée de nouvelles colonies tous les ans, établies sous la terre.

Habitat et aire de répartition[modifier | modifier le code]

Il a colonisé presque tous les milieux terrestres de plaine et moyenne montagne. C'est le bourdon le plus commun en Europe.

Il est essentiel en région tempérée où il est plus efficace que les abeilles car il pollinise dès l'aube, au printemps à des températures inférieures à 15°C, par temps couvert, pluvieux et même venteux. Il présenterait une importance croissante en matière de pollinisation, en raison notamment du recul des populations d'abeilles sauvages et domestiques.

Il est aujourd'hui élevé pour la pollinisation et on trouve dans le commerce des petits nichoirs et des ruches à bourdons. Il est notamment utilisé en culture sous serre où son comportement très peu agressif et ses aptitudes à faire vibrer les fleurs des plants de tomates ou à polliniser uniformément les fleurs des fraisiers sont très appréciées.

Description[modifier | modifier le code]

C’est un insecte de 11 à 23 mm caractérisé par son abdomen à l'extrémité blanche (parfois teintée de roux) ce qui lui vaut le surnom de "cul blanc". Le collier et le 2e segment abdominal sont orange ou jaune d'or.

Alimentation[modifier | modifier le code]

Le bourdon est végétarien, il ne se nourrit que de nectar de fleurs et les larves se nourrissent de pollen récolté par les ouvrières.

Prédateurs[modifier | modifier le code]

L'un de ses prédateurs dans le milieu naturel est la bondrée apivore. Des campagnols pillent ses nids. Il est également parasité par des acariens.

Statut et menaces[modifier | modifier le code]

Il semble mieux résister que l'abeille aux modifications anthropiques de son environnement.

Il est régulièrement élevé comme pollinisateur[1], notamment sous serre, où son comportement peu agressif et sa capacité à travailler dès l'aube et par temps froid est très appréciée. Les bourdons sont vendus dans des ruches à bourdons contenant une ou plusieurs colonies. Les boites ne durent qu'une saison; il faut renouveler le couvain chaque année.

Tout comme l'abeille domestique touchée par le syndrome d'effondrement des colonies d'abeilles, les pesticides peuvent nuire considérablement aux bourdons dans le monde développé[2]. L'étude Chronic sublethal stress causes bee colony failure publiée dans Ecology Letters le 6 octobre 2013 a permis de démontrer que l'exposition des bourdons terrestres à un insecticide à une dose comparable aux doses les plus élevées mesurées dans du nectar de plante traité peut provoquer la mort des colonies[3].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.beekeeping.com/articles/fr/gtico.htm
  2. (en) Penelope R. Whitehorn et al., « Neonicotinoid Pesticide Reduces Bumble Bee Colony Growth and Queen Production », Science, vol. 336, no 6079,‎ 20 avril 2012, p. 351-352 (ISSN 0036-8075 et 1095-9203, DOI 10.1126/science.1215025, résumé)
  3. John Bryden, « Chronic sublethal stress causes bee colony failure », Ecology Letters, vol. 16,‎ 6 octobre 2013, p. 1463–1469 (DOI 10.1111/ele.12188)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Vincent Albouy, Le bourdon, Belin, Éveil nature 2005 -zoom sur les bourdons de France.
  • Michael Chinery, Insectes de France et d'Europe occidentale, Paris, Flammarion,‎ août 2012, 320 p. (ISBN 978-2-0812-8823-2), p. 250-251.