Bomba

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bomba (homonymie).

La bomba est un genre musical et une danse qui s'est développée à la fin du XVIIe siècle à Porto Rico, dans des régions où des esclaves de l'Afrique occidentale et leurs descendants ont vécu et travaillé, typiquement sur les plantations coloniales qui étaient courantes le long des plaines côtières, et en particulier la ville de Loiza.

Histoire et description[modifier | modifier le code]

Il était interdit à ces communautés africaines d'adorer leurs dieux africains, ils ont donc fusionné leur culte à celui de Saint James.

La musique de la bomba était jouée lors des cérémonies dédiées à Saint James où l'on portait le masque traditionnel, appelé vejigante en espagnol, pour faire peur aux mauvais esprits et aux pirates.

La bomba a été une forme d'expression très importante pour les esclaves, leur force spirituelle. C'est une famille de rythmes et des danses mentionnées par leurs noms qui reflètent une origine africaine : babú, belén, cunyá, yubá et d'autres.

La Bomba est plutôt un événement : il implique le chant, la danse et la musique. Typiquement une bomba commence par un solo de voix féminine appelée laina qui chante une expression évoquant un appel primitif. Le chœur fait une réponse antiphonale à cet appel, soutenu par les musiciens qui fournissent le rythme 2/4 ou 6/8 avec divers instruments de percussion. En attendant, les danseurs continuent leurs mouvements, par deux (mais pas en couple). Les chants reposent sur la mélodie, l'harmonie n'est pas utilisée. Les paroles improvisées parlent des événements de la communauté.

Les danseurs sont essentiels à la bomba : ils défient les tambours, et leur mouvement crée un dialogue avec le solo des percussions ; le chanteur principal et le chœur répondent suivant un modèle d'appel et réponse.

Typiquement, un des danseurs s'approche des musiciens et danse une série de pas rapides appelés floretea piquetes auquel un tambour répond, d'autres danseurs, à leur tour, feront de même.

Les instruments utilisés dans la bomba sont des tambours; typiquement le buleador (grave) fournit le soutien rythmique, et le subidor (aigu) dialogue avec les danseurs et fournit la base du rythme. Il y a en outre des bâtons (palitos), appelés cuá, et une maraca (pas une paire) souvent jouée par un des chanteurs, généralement une femme.

Liens externes[modifier | modifier le code]