Bolitoglossa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Bolitoglossa

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Bolitoglossa dofleini

Classification selon ASW
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Amphibia
Ordre Caudata
Famille Plethodontidae
Sous-famille Hemidactyliinae

Genre

Bolitoglossa
Duméril, Bibron & Duméril, 1854

Synonymes

  • Oedipus Tschudi, 1838
  • Eladinea Miranda-Ribeiro, 1937
  • Magnadigita Taylor, 1944
  • Palmatotriton Smith, 1945
  • Nanotriton Parra-Olea, García-París & Wake, 2004
  • Oaxakia Parra-Olea, García-París & Wake, 2004
  • Pachymandra Parra-Olea, García-París & Wake, 2004
  • Mayamandra Parra-Olea, García-París & Wake, 2004

Bolitoglossa est un genre d'urodèles de la famille des Plethodontidae[1].

Distribution[modifier | modifier le code]

Les 129 espèces de ce genre se rencontrent au Mexique, en Amérique centrale, en Colombie, au Venezuela, en Équateur, dans le Nord du Brésil et dans le centre de la Bolivie[1].

Liste des espèces[modifier | modifier le code]

Selon Amphibian Species of the World (6 novembre 2014)[2] :

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Le genre Oedipus[3] est préoccupé par Oedipus Berthold, 1827 dans les Orthoptera et Palmatotriton[4] n'a pas été publié selon les règles[5]. Eladinea[6] a été placé en synonymie avec Bolitoglossa par Myers et de Carvalho en 1945[7] et Magnadigita[8] par Wake et Brame en 1963[9]. Nanotriton[10], Oaxakia[10], Pachymandra[10] et Mayamandra[10] ont été créés en tant que sous-genres de Bolitoglossa.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom de ce genre, du grec βωλίτης, bolitos, « champignon », et γλωσσα, glossa, « langue », a été choisi en référence à la forme particulière de leur langue. Dans leur description, les auteurs écrivaient « [une] langue formant un disque arrondi, libre dans son pourtour, supportée en dessous et au centre par un pédicule grêle, musculeux et protractile, simulant une sorte de champignon... ». La référence à cet organe se retrouve dans le nom vernaculaire anglais de plusieurs de ces salamandres appelées mushroom-tongue salamander, « salamandres à la langue champignon ».

Publication originale[modifier | modifier le code]

  • Duméril, Bibron & Duméril, 1854 : Erpétologie Générale ou Histoire Naturelle Complète des Reptiles. Tome neuvième, p. 1-440 (texte intégral).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Amphibian Species of the World, consulté lors d'une mise à jour du lien externe
  2. Amphibian Species of the World, consulté le 6 novembre 2014
  3. Tschudi, 1838 : Classification der Batrachier, mit Berucksichtigung der fossilen Thiere dieser Abtheilung der Reptilien, p. 1-99 (texte intégral).
  4. Smith, 1945 : Herpetological collecting in banana fields of Mexico. Ward's Natural Science Bulletin, no 19, p. 3-6.
  5. Opinion 425. Addition to the Official Index of Rejected and Invalid Generic Names in Zoology of the name Palmatotriton Smith (H. M.), 1945 (Class Amphibia). Bulletin of Zoological Nomenclature, 1956, vol. 14, p. 243–256.
  6. Miranda-Ribeiro, 1937 : Uma salamandra no Baixo-Amazonas. Eladinea estheri gen. & sp. nov. O Campo. no 8, p. 42.
  7. Myers & de Carvalho, 1945 : Notes on some new or little-known Brazilian amphibians, with an examination of the history of the Plata salamander, Ensatina platensis. Boletim do Museu Nacional. Nova Serie, Zoologia. Rio de Janeiro, vol. 35, p. 1–24.
  8. Taylor, 1944 : The genera of plethodont salamanders in Mexico, Pt. I. University of Kansas Science Bulletin, vol. 30, no 12, p. 189-232 (texte intégral).
  9. Wake & Brame, 1963 : The status of the plethodontid salamander genera Bolitoglossa and Magnadigita. Copeia, vol. 1963, p. 382–387.
  10. a, b, c et d Parra-Olea, García-París & Wake, 2004 : Molecular diversification of salamanders of the tropical American genus Bolitoglossa (Caudata: Plethodontidae) and its evolutionary and biogeographical implications. Biological Journal of the Linnean Society, vol. 81, p. 325-346 (texte intégral).