Boléro (Chopin)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boléro (homonymie).

Le Bolero en la mineur, op. 19, a été composé par Frédéric Chopin en 1833 et publié l'année suivante. C'est l'une de ses pièces les moins connues, bien que de nombreux enregistrements en aient été faits.

Il n'est pas aisé de déterminer une tonalité pour l'ensemble du morceau. En effet, l'œuvre débute sur trois accords d'octaves en Sol fortissimo, se poursuit sur une longue introduction en Do Majeur, puis passe en La mineur pour le boléro en lui-même. Des passages en La Majeur, La bémol Majeur et Si bémol Mineur sont insérés dans cette partie, qui se termine de manière triomphante en La Majeur. Il demeure que ces différentes tonalités gravitent autour de La Mineur, tonalité principale.

L'œuvre a été dédiée a la jeune mademoiselle la Comtesse Émilie de Flahaut[1], d'origine écossaise, âgée seulement de 14 ans. Cette jeune fille devait par la suite devenir la Comtesse de Shelburne.

L'inspiration de Chopin pour le boléro a probablement été due à l'amitié qui le liait à la soprano française Pauline Viardot, dont le père, le ténor reconnu Manuel Garcia, avait introduit le boléro à Paris, à peu près dans le même temps où Chopin y était arrivé. Son biographe, Frederick Niecks, supposait de son côté que l'œuvre de Chopin était inspirée du boléro de La Muette de Portici de Daniel Auber (1828)[2].

Malgré la touche espagnole incontestable du morceau, il a été écrit comme une polonaise dissimulée, ou un boléro à la polonaise[2], étant donné que les rythmes évoquent plus la danse nationale du pays natal de Chopin qu'une quelconque danse espagnole. Cette œuvre a été composée cinq ans avant le premier voyage de Chopin en Espagne (1838).

Source[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]