Bois (cervidé)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Bois (cerf))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bois (homonymie) et Panache.
Table illustrant différents bois

Les bois sont des organes osseux ramifiés de grande taille présents sur la tête d'animaux tels que le cerf et la plupart des représentants de sa famille, les cervidés.

Principales caractéristiques[modifier | modifier le code]

Chez la plupart des cervidés, seul le mâle porte des bois. Chez le renne, le mâle et la femelle portent des bois ; toutefois, les bois du renne mâle sont beaucoup plus grands que ceux du renne femelle. L'hydropote est le seul cervidé dépourvu de bois. Le cervidé ayant porté les bois de plus grande taille était le Megaloceros, maintenant éteint. L'espèce actuelle portant les bois les plus importants est l'élan (ou orignal).

Velours sur un bois de cerf élaphe

Les bois tombent et repoussent chaque année pour atteindre leur plein développement durant la période de rut. Ils jouent un rôle de caractère sexuel secondaire.

De récentes recherches conduites par George et Peter Bubenik tendent à prouver que les bois des orignaux ont une fonction d'amplification des sons. Dans un article publié au mois de mars 2008 dans le European Journal of Wildlife [1], ces chercheurs ont montré que les orignaux portant des bois avaient une meilleure audition que ceux qui en étaient dépourvus. Les bois agiraient comme une sorte de réflecteur parabolique.

Bois caractéristiques de l'élan

Du point de vue anatomique, les bois sont très différents des cornes : il s'agit d'organes osseux vascularisés et caducs, qui tombent et repoussent chaque année, et non de gaines cornées recouvrant une cheville osseuse. La croissance se déroule de façon continue sur un an. Au cours de leur croissance qui débute au printemps, les bois sont d'abord recouverts d'un tissu tégumentaire (le velours) qui assure la protection, la vascularisation et l'innervation de ces organes. Ce tissu se dessèche et tombe lorsque la croissance osseuse est achevée (vers la fin de l'été). Les bois, devenus un tissu mort, resteront à nu pendant toute la période de rut. Après la période de rut, à la fin de l'hiver, le bois se détache du crâne et son emplacement reste marqué par un pédicule jusqu'à la croissance des nouvelles pousses. Les nouveaux bois sont appelés des refaits[2]. En cynégétique une paire de bois est appelée « trophée » (y compris sur l'animal vivant) ou « massacre » (uniquement tirée de l'animal mort, et généralement montée sur support). Le produit de la mue (les bois morts délaissés) s'appelle la « mue »[3].

Terminologie[modifier | modifier le code]

On appelle cors et andouillers les branches des bois de cervidés. Contrairement à une croyance répandue, le nombre de cors n'a pas de rapport direct avec l'âge de l'animal (puisqu'en effet, les bois tombent et repoussent chaque année)[4].

Situés sur la tête du cerf, sur la zone appelée pivot :

  • les premiers bois sont des dagues, vers 1 an et demi ;
  • à partir de 2 ans et demi, les bois seront des merrains, comportant des embranchements : les andouillers ou cors ;
  • à partir de 3 ans et demi, les andouillers seront, dans l’ordre en partant du crâne, l’andouiller de massacre comme première ramification ; le surandouiller comme deuxième ramification ; la chevillure comme troisième ramification ; la trochure comme quatrième ramification ; et l’époi comme dernière ramification, qui fait partie de l’enfourchure si la perche se termine en forme de fourche à deux dents, ou bien de l’empaumure si la perche se termine en forme de main à plusieurs doigts.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Le bois de cerf a été un matériau important dès le Paléolithique supérieur. Du fait de sa dureté, il a d'abord servi à la fabrication d'outils tranchants et perforants (pointe de sagaies, harpons, aiguilles à chas…). Au Néolithique, on s'en servait pour fabriquer des pics, des marteaux, des manches pour les lames en silex, des éléments intermédiaires pour emmancher les haches polies, etc. On continua de l'utiliser jusqu'au Moyen Âge, notamment pour la fabrication de peignes.

Cernunnos est une divinité gauloise dont la tête est ornée de bois de cerf.

Représentations[modifier | modifier le code]

Blason de Komárno, Slovaquie

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Moose's sharp hearing is attributed to antlers
  2. Encyclopédie pratique de la chasse, Georges Cortay, Pascal Durantel, De Borée Éditions, 2006
  3. Photos de mues de chevreuil sur Le Solitaire Ardennais, forum de la chasse en Wallonie.
  4. (en) How to tell the age of deer

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]