Bois-du-Luc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bois-du-Luc
La cité ouvrière du "Bois-du-Luc"
La cité ouvrière du "Bois-du-Luc"
Présentation
Protection Icône du bouclier bleu apposé sur un immeuble classé de la Région wallonne Patrimoine classé (1996, no 55022-CLT-0005-01)
Icône du bouclier bleu apposé sur un immeuble classé de la Région wallonne Patrimoine exceptionnel (2013, no 55022-PEX-0001-02)
 Patrimoine mondial (2012, Sites miniers majeurs de Wallonie)
Géographie
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Localité La Louvière
Localisation
Coordonnées 50° 28′ 14″ N 4° 09′ 00″ E / 50.470461, 4.149881 ()50° 28′ 14″ Nord 4° 09′ 00″ Est / 50.470461, 4.149881 ()  

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Bois-du-Luc

Bois-du-Luc est l'un des plus anciens charbonnages de Belgique se situant à Houdeng-Aimeries, actuelle commune de La Louvière, et dont l'activité a cessé en 1973. La cité ouvrière a été construite entre 1838 et 1853. Le site a fait l'objet d'une réhabilitation et d'une mise en valeur culturelle.

Le site est inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO en 2012 lors de la 36e session du Comité du patrimoine mondial[1].

Le châssis à molettes du "Bois-du-Luc"

Site minier du Bois-du-Luc, lieu d’implantation[modifier | modifier le code]

Classé Patrimoine exceptionnel de Wallonie, le site minier du Bois-du-Luc, est implanté au cœur du bassin du Centre dans la Province du Hainaut. Entre Mons et Charleroi, ce bassin ponctue le centre du sillon charbonnier qui court du Borinage à la Basse Sambre. La Louvière est considérée comme le centre de cette région. Surgie du néant en 1869, La Louvière est une de ces villes-champignons, qui ont proliféré sous l’impulsion de l’industrialisation. La fusion de plusieurs facteurs, dont la prédominance du charbon, le développement de voies de communication (chaussées, chemin de fer, canal du Centre), l’alliance avec le capital, la consolidation des mutations technologiques de la Révolution industrielle et l’essor démographique, conduit le bassin du Centre vers un intense rayonnement industriel qui s’amorce dans la première moitié du XIXe siècle pour s’étioler dans la seconde moitié du XXe siècle. Une concentration d’entreprises assure à ce bassin un développement hétérogène. Verreries, faïenceries, entreprises de construction métallique et mécanique, industries alimentaires et vestimentaires entre autres s’installent autour des charbonnages.

Historique de l'exploitation[modifier | modifier le code]

La maison du gérant.

Sur les deux rives du Thiriau du Luc, Bois-du-Luc couvre l’ensemble des réalisations techniques et sociales de l’une des plus anciennes Mines de charbon de Belgique. Née le 14 février 1685 pour résoudre des problèmes d’exhaure liés à l’approfondissement des travaux d’extraction, la Société du Grand Conduit et du Charbonnage de Houdeng constitue un des exemples les plus lointains de structure capitaliste qui réunit des mineurs pour résoudre des problèmes techniques et des bourgeois pour soutenir financièrement les premiers. La Société du Bois-du-Luc condense à elle seule l’épopée charbonnière qui sillonne le bassin du Centre. En 1973, la fermeture de son siège du Quesnoy (Trivières) scelle définitivement l’extraction du charbon dans la région.

L’utilisation de conduits en bois à une trentaine de mètres de profondeur permet à la Société de multiplier les fosses (Sainte-Barbe, Estrefagne, d’En Bas, du Petit Bois…) pour répondre à la demande croissante de charbon. La Société équipe en 1779 la fosse du Bois d’une machine à feu, mise au point par l’anglais Thomas Newcomen et actionnée par la vapeur, pour élever l’eau à 112 mètres de profondeur.

L’introduction de cette machine inaugure la voie empruntée par la Société du Bois-du-Luc vers une modernisation constante de ses équipements : machine de Watt, cages d’ascenseurs, marteaux pics, électricité…

Au début du XIXe siècle, la Société crée de nouveaux sièges sur le territoire, dont les traces effacées du paysage hennuyer.

En 1846, la Société ouvre la fosse Saint-Emmanuel sur la rive gauche du Thiriau. Cette fosse est l’une des plus prospères et représente un des témoignages les plus accomplis du paternalisme en Europe.

La Cité ouvrière, les équipements et le paternalisme[modifier | modifier le code]

Pour assurer une professionnalisation de la main-d’œuvre et pour l’attacher au charbonnage, la Direction fusionne les lieux de production et les lieux de vie. Elle entreprend en 1838 la construction d’une cité pour attirer par l’appât du logement une main-d’œuvre devenue indispensable avec l’ouverture prometteuse du puits Saint-Emmanuel. La cité reprend l’idée du complexe urbanistique au service de l’industrie fondé par Henri-Joseph Degorge au Grand-Hornu. Des conceptions utopistes (amélioration de la condition ouvrière, communautarisme) et utilitaires (rendement et surveillance) s’allient dans les manœuvres des capitaines de l’industrie qui regorgent d’inventivité dans la gestion des ressources humaines. Des complexes similaires s’érigent dans les bassins industriels européens (Familistère de Godin à Guise, chocolaterie de Menier à Noisiel, filatures d’Owen à New Lanark…) ou parfois, ne dépassent pas les frontières de l’imaginaire de quelques utopistes (Morris, Charles Fourier, certaines parties du projet de Claude-Nicolas Ledoux…).

Les équipements du site[modifier | modifier le code]

L'hôpital.

L’ensemble social comprend des logements de toutes les catégories professionnelles (du mineur au directeur), des infrastructures religieuses, sanitaires, éducatives et culturelles. Il dialogue avec les lieux du travail de surface (bureau du directeur et des employés et ateliers) et du travail de fond cantonné à la fosse Saint-Emmanuel. Celle-ci comprend dès 1846 les puits d’extraction (558 mètres de profondeur) et d’exhaure où se loge à partir de 1921 les bains-douches des femmes. Entre ces deux puits est construit, au début du XXe, un bâtiment qui abrite la salle des porions, la lampisterie et les bains-douches des hommes. La salle du ventilateur et la sous-station électrique (1920) équipent complètement la fosse. Le triage lavoir et les fours à coke ont été détruits. Plusieurs terrils ceinturent le site et toisent l’élégant châssis à molettes (1913) intégré dans le puits d’extraction.

La cité ouvrière[modifier | modifier le code]

162 maisons ouvrières sont construites entre 1838 et 1853. Les corons affectent la forme d’un trapèze divisé en quatre parties par deux axes perpendiculaires. À l’intérieur de chaque carré, l’espace laissé libre est divisé en jardins. La brique et la pierre (couronnements des pilastres, impostes et appuis de fenêtres) sont les principaux matériaux. Les quatre points cardinaux désignent les rues et évoquent directement le travail minier (galeries). Ce type d’urbanisme permet de construire un maximum de logements dans un espace limité et aussi, d’exercer une surveillance permanente sur ceux-ci. Cette surveillance est renforcée par la présence de la maison du gérant (1844) qui est partiellement intégrée à la cité via l’axe nord-sud. Pour soigner la vue du directeur sur ses installations, on décide d’embellir la rue du Midi. Des pilastres qui isolent chaque maison, deux allées d’arbres et une largeur doublée signalent l’importance du directeur. La transition de la rue du Midi à la rue du Nord s’effectue par les façades de l’épicerie et du café.

L'église Sainte-Barbe

Les équipements sociaux[modifier | modifier le code]

La Direction équipe la cité de services qui assurent à la fois le bien-être et la docilité des ouvriers. Les ouvriers se nourrissent (épicerie, moulin brasserie, boucherie), se délassent (café, somptueuse salle des fêtes en 1923, parc et kiosque en 1900), se soignent (hospice en 1861, hôpital en 1909), s’éduquent (écoles et bibliothèques entre 1849 et 1921) et prient (église Sainte Barbe en 1905) dans une cité isolée du tissu urbain et de ses influences « délétères» (syndicats, recrutement…).

Un arsenal de loisirs (fanfare, balle pelote, gymnastique, football, ligue horticole…) et de services (première cité à recevoir l’éclairage électrique en Belgique, distribution de l’eau, mutualité Sainte Barbe, caisse d’épargne…) complètent l’œuvre urbanistique.

Le kiosque.

L’autosuffisance oriente le mode de vie de la cité et aussi le mode d’organisation du travail : les ateliers (de mécanique, menuiserie, fonderie et divers petits artisanats) répartis autour d’une cour fabriquent et réparent l’outillage nécessaire à l’exploitation minière ainsi que le mobilier des habitations.

Des portes à guillotines (1896) assurent une fermeture rapide et hermétique des espaces du travail : fosse Saint-Emmanuel, bureaux et ateliers. L'installation de ces portes fait suite aux mouvements sociaux de 1893, notamment lorsque les ouvriers du Bois-du-Luc se joignent à la grève générale visant à obtenir le suffrage universel[2].

Architecture des bâtiments[modifier | modifier le code]

La cité, les deux puits et les ateliers s’expriment dans le style néo classique. Les volumes sont simples : cercles, triangles et carrés (baies en plein cintre, frontons triangulaires…). La symétrie crée une ordonnance et une homogénéité, translation dans l’espace de la fusion du travail avec la vie privée. Le néo classicisme, qui naît vers 1750 en opposition à l’exubérance du rococo et du baroque tardif, satisfait les exigences des industriels qui veulent construire des bâtiments fonctionnels, solides et simples. La première machine d’extraction à deux cylindres (1842) est insérée dans un triple portique en fonte cannelée dont le traitement esthétique est semblable à celui de la cité. L’attachement à la tradition rurale est tenace : les ateliers se répartissent autour d’une cour sur le modèle d’une bâtisse agricole.

L’appareillage est modeste et s’autorise à créer de subtils effets esthétiques pour desservir une symbolique notamment dans la rue du Midi avec les pilastres en saillie qui ponctuent la perspective d’autorité du centre de la cité à la maison du directeur.

L’église, l’hospice, l’hôpital (conçu par l'architecte Nicolas Pourbaix), la sous-station électrique et les portes à guillotines optent pour un style éclectique, plus ou moins attiré par l’esthétique médiévale (architecture défensive), qui utilise aussi les ressources de l’industrialisation (colonnes en fonte, sheds, fac-similés des matériaux etc.). Les références à un style du passé (antiquité gréco romaine et Moyen Âge) répondent à des exigences fonctionnelles ainsi qu’à des désirs d’une représentation sobre et ponctuelle. On est loin du triomphalisme qu’exaltent les Salines de Chaux conçues par Claude Nicolas Ledoux en 1773. À Bois-du-Luc, l’expression architecturale, plus conventionnelle, hérite de la rupture entre la science et la technique et les arts : l’auteur présumé des corons et des deux puits, Victorien Bourg, est un ingénieur qui se préoccupe avant tout de l’utilisation rationnelle de l’espace et les Hommes.

Restauration et valorisation du site : l'écomusée[modifier | modifier le code]

En 1973, la Société du Bois-du-Luc s’arrête après une genèse de 300 ans. La fosse Saint-Emmanuel est fermée en 1959 sur décision de la Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier (CECA). Les habitants obtiennent le rachat des Corons par la Région wallonne et leur restauration par l’Institut National du Logement. La partie industrielle en ruines frôle l’oubli.

Grâce aux efforts de sensibilisation menés par l’abbé Robert Pourbaix (descendant de deux « comparchonniers » cosignataires du contrat de constitution de la mine signé le 14.02.1685),

Pierre sculptée avec un cartouche au nom d'Auger Pourbaix et millésime 1685.

l’initiateur du Groupe d’animation culturelle ayant fondé le musée de la mine, et au Cercle hennuyer d’Histoire et d’Archéologie industrielles (CHAI), cette partie est rachetée par l’État en 1979 et est ensuite restaurée. Le premier écomusée belge prend ses quartiers dans les bureaux du charbonnage et assure une valorisation du site minier et plus largement, de la mémoire industrielle avec la participation de la population locale. La collecte des témoignages matériels et oraux irrigue cette mission fondamentale avec notamment la réalisation d’expositions temporaires qui mettent en exergue les entreprises qui furent les fers de lance de la Wallonie ainsi que les relations entre l’art et la mine (cycle Extraire). Bois-du-Luc accueillera prochainement le SAICOM (Sauvegarde des Archives Industrielles du Couchant de Mons) assurant ainsi une indispensable complémentarité des archives charbonnières et industrielles. Depuis 2000, le visiteur peut découvrir tous les rouages du charbonnage, depuis l’austère bureau du directeur jusqu’à sa remontée des entrailles de la terre, à travers le parcours « Entre Homme et Machine ». Au fil du récit d’un mineur, vous découvrez les bureaux, les ateliers, la fosse Saint-Emmanuel et vous terminez au cœur de la cité dans une maison ouvrière exceptionnellement conservée.

Accès en transports en commun[modifier | modifier le code]

Le site est desservi par le bus 37 (gare de La Louvière-Sud - Houdeng), arrêt TRIVIERES Bois du Luc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les sites miniers wallons classés au patrimoine mondial
  2. Freddy Joris et Corinne Boulangier, Ils ont bâti des montagnes, Namur, Institut du Patrimoine wallon, coll. « Ma terre » (no 3),‎ 2011, 211 p. (ISBN 978-2-87522-067-7, présentation en ligne), p. 74-79

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pourbaix Robert (Abbé R.), Découvrir Bois-du-Luc, Souvenir vivant de l'industrie charbonnière, Éditions du Babos, s. l., s. d.
  • Pourbaix Robert (Abbé R.), La grande histoire d’un petit peuple – Les charbonniers de Bois-du-Luc, Fédération de Tourisme du Hainaut, 1983.
  • Bois-du-Luc, un écrin majestueux où la vie des mineurs se raconte, Guide - Ecomusée régional du Centre, 2004, 98 p.
  • Jacques Liébin et Evelyne Masure-Hannecart, Bois-du-Luc : un site charbonnier du XIXe siècle, éd. Pierre Mardaga, coll. "Musées vivants de Wallonie et de Bruxelles", 1987

Liens internes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]