Bohal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bohal
L'église Saint-Gildas.
L'église Saint-Gildas.
Blason de Bohal
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Vannes
Canton Malestroit
Intercommunalité Communauté de Communes du Val d'Oust et de Lanvaux
Maire
Mandat
André Piquet
2008-2014
Code postal 56140
Code commune 56020
Démographie
Gentilé Bohalais, Bohalaise
Population
municipale
813 hab. (2011)
Densité 96 hab./km2
Population
aire urbaine
16 453 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 46′ 56″ N 2° 26′ 10″ O / 47.7822222222, -2.43611111111 ()47° 46′ 56″ Nord 2° 26′ 10″ Ouest / 47.7822222222, -2.43611111111 ()  
Altitude 60 m (min. : 17 m) (max. : 90 m)
Superficie 8,45 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte administrative du Morbihan
City locator 14.svg
Bohal

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Bohal

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bohal

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bohal

Bohal [boal] est une commune française, située dans le département du Morbihan en région Bretagne.

Le nom breton de la commune est Bohal.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Bohal (Morbihan).svg

Les armoiries de Bohal se blasonnent ainsi :

Échiqueté d’azur et d’or, au franc-quartier de gueules chargé de quatre besants d’or.

Blason ville fr Bohal 1 (Morbihan).svg

Les armoiries de Bohal (famille) se blasonnent ainsi :

Cinq points d’or équipolés de quatre d’azur, au chef de gueules chargé d’une croix pattée d’argent. (Famille de Bohal.)

Administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 André Piquet    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 813 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
290 290 286 310 310 355 335 334 333
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
314 321 352 320 350 392 413 407 443
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
420 483 473 460 436 442 406 390 396
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
387 360 349 344 457 501 697 750 813
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Bohal est constitué de différents sites architecturaux comme :

Église Saint-Gildas

Cette église est constituée de granit et de pierre taillée qui date d’avant le XVIe au XVIe siècle. L’église est vouée à saint Gildas, illustre moine qui arrive de Bretagne insulaire en 1527. Il meurt à Houat en 1570. Ses restes sont conservés dans l’église de Saint-Gildas-de-Ruys. Une première église, aujourd’hui disparue, est signalée sur un acte de donation à l’abbaye de Marmoutier. L’édifice actuel est antérieur au XVIe siècle. En 1612 un clocher est monté sous le parrainage du recteur Guillaume Guého. Un siècle plus tard des travaux de reconstruction sont entrepris. L’église dispose aujourd’hui d’un beau mobilier, dont une patène, un calice et une toile de Paul-Marc-Joseph Chenavard (1807-1895), figurant la résurrection des morts.

Château de l’abbaye

Ce château est constitué de granit et schiste de Rocaran, qui date du XVIe siècle. Le nom de l’abbaye, associé à celui du château de Rocaran, évoque l’époque ancienne où la paroisse fut concédée à l’abbaye de Marmoutier. L’orientation très simple du manoir originel a été modifiée : la tour de l’escalier, autrefois à l’arrière du bâtiment, décore désormais la façade. Un toit polygonal coiffe cette tour circulaire selon un mode de construction traditionnel dans la région. Au sommet, protégé par le coyau, une petite ouverture carrée laisse entrer les pigeons.

Croix de Saint-Gildas

Perchée sur un haut socle, la croix-bannière de Saint-Gildas est richement décorée : sur l’une des faces, un Christ en croix qu’entourent sainte Marie et saint Jean, sur l’autre une pietà. Aux quatre coins du dais qui couronne la bannière, reposent quatre petits angelots.

Chapelle Saint-Charles

Cette chapelle est constituée de schiste, granit, grès et pierre taillé, qui est située à Trébiguet. Cette petite chapelle faisait probablement partie de l’ancien manoir du Portal, dont il ne reste désormais que les quatre piles d’un mur de clôture. Le 2 décembre 1656, Pierre Aubin, seigneur de Boicouart, s’y marie avec Mlle Catherine Bernard, fille du premier lit de Mathurine Allix, dame de la Bourdonnaye, dont l’époux, messire Jan Desprez, est seigneur du Portal. La petite construction est dominée par un modeste clocher en bâtière, couvert d’ardoises que surplombe une croix. Le toit est doté de longs pans débordants. Les murs, un peu de guingois, sont recouverts d’enduit et percés par des portes en anse de panier soulignées par un grand appareil. Quant à l’unique vaisseau, il est couvert de lambris.

Moulin de la Béraudaie

C’est à partir de 1887 que la famille Lanoé habite le moulin ; jusqu’en 1960. En 1942, le moulin est modernisé. Cette modernisation se traduit par l’apport de matériels performants et par l’adjonction d’un bâtiment, plus haut. Le moulin a désormais l’allure d’une grande bâtisse soigneusement appareillée, scindée en deux. Sa façade est rigoureusement scandée de larges et nombreuses ouvertures qui, jusque sur les combles, rythment la construction. Il est maintenant voué à l’habitation et est partiellement rénové en gîte et chambres d’hôtes.

Four à pain de la Gras d’en bas

Ce four à pain a été désolidarisé de la ferme de la Gras lors du goudronnage du chemin creux, effectué vers 1950. Depuis il appartient à la commune. Il y a quelques années ce four a été rénové par les jeunes de la commune de Bohal ainsi qu’une association d’insertion.

Croix-Josse

Elle est monolithe sur piédestal, la hauteur du fût est de 1,15 m, les arêtes sont fortement chanfreinées. La Croix-Josse est située à l’entrée du bourg quand on vient de la Béraudaie à l’angle formé par la D151 et le petit chemin qui monte à droite vers l’église.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :