Bogoljub Karić

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Caractères cyrilliques Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

Bogoljub Karić, en serbe cyrillique Богољуб Карић (né le 17 janvier 1954 à Peć, Kosovo), est un homme d'affaires et un homme politique serbe. Il a créé le Mouvement Force de la Serbie, dont il est le président. Il est également considéré comme l'homme le plus riche de Serbie[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études primaires et secondaires effectéées à Peć, Bogoljub Karić suivit des études de géographie à l'Université de Priština puis il obtint un master d'économie à l'Université de Niš. En 1971, à Peć, avec ses trois frères, Streten, Dragomir et Zoran, et sa sœur Olivera, il reprit les anciens ateliers metallurgiques qui appartenaient à sa famille et créa l'usine des « Frères Karić » (en serbe : Braća Karić, souvent abrégé en BK), qui connut un développement rapide. En 1979, les Karić créèrent la Fondation Karić, avec le but d'« aider les autres mais aussi de promouvoir notre culture et notre tradition nationales »[2]. Dans les années 1980, le siège de BK fut transféré à Belgrade et l'usine devint un véritable empire économique, bénéfiant notamment du soutien de Slobodan Milosevic[1]. Bogoljub Karić fonda et présida la première banque privée de Yougoslavie, les deux premières télévisions privées, le plus important fournisseur d'accès à Internet du pays et il introduisit la téléphonie mobile en Serbie, avec la société Mobtel, créée en 1994. Il créa aussi l'Université des frères Karić (Univerzitet "Braća Karić"), la première université privée de Yougoslavie[3].

En 2004, Bogoljub Karić a créé le Mouvement Force de la Serbie et s'est présenté à l'élection présidentielle. Il a exprimé l'idée que l'économie primait sur la politique et, selon son slogan, il voulait « mettre la Serbie au travail »[4]. Il affirmait par ailleurs : « Je relancerai tous les secteurs économiques du pays, je créerai des emplois, j’améliorerai les conditions de vie et j’élèverai la productivité à un niveau proche de celui des économies européennes. Je peux rendre la Serbie heureuse et faire d’elle un pays riche »[1]. À la surprise générale[4], Karić est arrivé en troisième position, derrière Tomislav Nikolić et Boris Tadić, en obtenant 602 342 voix, soit 19,3 % des suffrages[5].

En 2005, à la suite d'un scandale, le gouvernement de Vojislav Kostunica retira sa licence d'opérateur à Mobtel[6].

Aux élections législatives serbes de 2007, le Mouvement Force de la Serbie a obtenu 73 273 voix, soit 1,8 % des suffrages, ce qui lui pas permis d'envoyer un député au Parlement de Serbie[7]. À l'élection présidentielle serbe de 2008, Bogoljub Karić, placé sous mandat d'arrêt[réf. nécessaire], avait dû quitter le pays. Sa femme Milanka a été désignée par le Mouvement ; elle a obtenu 40 372 voix, soit 0,98 % des suffrages[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Corinne Deloy, « Élection présidentielle 13 juin 2004 », sur http://www.robert-schuman.eu, Site de la Fondation Robert-Schuman (consulté le 1er février 2008)
  2. (sr)(en) « The Karic Foundation », sur http://www.karicfoundation.com, Site officiel de la Fondation Karić (consulté le 1er février 2008)
  3. (sr)(en) « Univerzitet Braća Karić », sur http://www.uni-bk.ac.yu, Site officiel de l'Université des frères Karić (consulté le 1er février 2008)
  4. a et b Jean-Arnault Dérens, « Premier tour inattendu des présidentielles », sur http://www.rfi.fr, Site de RFI (consulté le 1er février 2008)
  5. (sr) « Predsednički izbori u Srbiji 2004 », sur http://www.cesid.org, Site du CeSID (consulté le 1er février 2008)
  6. « Scandale Karic : le gouvernement serbe saisit la licence de l’opérateur Mobtel », in B92, sur http://balkans.courriers.info, Le Courrier des Balkans,‎ 30 décembre 2005 (consulté le 1er février 2008)
  7. (sr)(en) « Predsednički izbori u Srbiji, 20. januar 2008. », sur http://www.cesid.org, CeSID (consulté le 1er février 2008)
  8. (sr)(en) « Parlamentarni izbori u Srbiji, 21. januar 2007. », sur http://www.cesid.org, CeSID (consulté le 1er février 2008)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]