Bogdan Borusewicz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bogdan Borusewicz
Portrait de Bogdan Borusewicz.
Portrait de Bogdan Borusewicz.
Fonctions
6e président du Sénat polonais
En fonction depuis le 20 octobre 2005
(9 ans, 2 mois et 2 jours)
Réélection 5 novembre 2007
8 novembre 2011
Législature VIe, VIIe et VIIIe
Prédécesseur Longin Pastusiak
Président de la République de Pologne
(intérim)
88 juillet 2010
(0 jour)
Président du Conseil Donald Tusk
Prédécesseur Bronisław Komorowski (intérim)
Lech Kaczyński
Successeur Grzegorz Schetyna (intérim)
Bronisław Komorowski
Biographie
Nom de naissance Bogdan Michał Borusewicz
Date de naissance 11 janvier 1949 (65 ans)
Lieu de naissance Lidzbark Warmiński (Pologne)
Parti politique Plate-forme civique
Diplômé de Université catholique de Lublin
Religion Christianisme

Bogdan Borusewicz
Présidents de la République de Pologne

Bogdan Michał Borusewicz, né le 11 janvier 1949 à Lidzbark Warmiński (Pologne), est président du Sénat polonais depuis le 20 octobre 2005.

Farouche opposant au régime communiste, il est membre de Solidarność et est élu député en 1991. Il rejoint ensuite l'Union pour la liberté et devient, en 1997, secrétaire d'État au ministère de l'Intérieur.

Il se place en retrait de la politique en 2001 et hors de tout parti en 2005. Cette année-là, il est élu membre, puis président du Sénat. Reconduit dans ces fonctions en 2007 puis 2011, il adhère cette même année au parti de la Plate-forme civique (PO). Premier président de la chambre haute reconduit par ses pairs, il fut également président de la République par intérim pendant quelques heures le 8 juillet 2010.

Biographie[modifier | modifier le code]

Études et jeunesse[modifier | modifier le code]

Bogdan Borusewicz a effectué ses études secondaires au lycée d'arts plastiques de Gdynia-Orłowa.

Il a fait des études d'histoire à l'université catholique de Lublin.

Dans les années 1970 et 1980, il a été très engagé dans les mouvements d'opposition au régime communiste, notamment le Comité de défense des ouvriers (KOR), puis Solidarność.

Député[modifier | modifier le code]

Aux élections législatives de 1991, il est élu député à la Diète sous les couleurs de Solidarność. Il adhère ensuite à l'Union démocratique (DU) et est réélu en 1993. L'année suivante, la DU et le Congrès libéral-démocrate (KLD) fusionnent pour former l'Union pour la liberté (UW).

Il obtient un troisième mandat avec l'UW à l'occasion des élections législatives de 1997. Son parti forme alors une coalition avec l'Alliance électorale Solidarité (AWS) de Jerzy Buzek et Borusewicz se voit nommé secrétaire d'État au ministère de l'Intérieur. Il démissionne en 2000, avec le retrait de l'UW du gouvernement.

Traversée du désert[modifier | modifier le code]

Il échoue à remporter un nouveau mandat parlementaire aux élections législatives de 2001, mais siège jusqu'en 2005 au conseil exécutif de la voïvodie de Poméranie. Avec 16,4 % des suffrages, il échoue à être élu maire de Gdańsk en 2002 et appartient brièvement au conseil municipal.

Lorsque l'UW se dissout pour créer le Parti démocrate (DP) en mai 2005, il se refuse à y adhérer car plusieurs de ses fondateurs proviennent de l'Alliance de la gauche démocratique (SLD). Lors de l'élection présidentielle de l'automne suivant, il soutient Lech Kaczyński, du parti Droit et justice (PiS).

Président du Sénat[modifier | modifier le code]

Indépendant de tout parti politique, il est élu au Sénat polonais lors des législatives de septembre 2005. Avec 101 541 voix, il remporte l'un des trois sièges de la vingt-quatrième circonscription sénatoriale, qui correspond aux districts de Gdańsk et Sopot. À l'ouverture de la sixième législature, le 20 octobre, il est désigné président de la chambre haute, dominée par le PiS et ses alliés, avec également l'appui de la Plate-forme civique (PO).

Aux élections législatives anticipées de 2007, il reçoit l'investiture de la PO et conserve son mandat avec 267 066 suffrages exprimés, soit le meilleur résultat de la circonscription. Il est réélu président du Sénat le 5 novembre, sur recommandation du groupe de la Plate-forme civique, alors majoritaire à elle seule. C'est la première fois depuis 1989 qu'un sénateur enchaîne deux mandats à la tête de la chambre haute du Parlement polonais.

En 2011, il adhère à la PO, puis se voit réélu dans la nouvelle soixante-cinquième circonscription, découpée à partir de son ancien territoire d'élection. Il remporte 147 909 voix, soit 85 000 de plus que son adversaire le plus proche, du PiS. Il est reconduit, le 8 novembre, pour un troisième mandat à la présidence de la chambre haute.

Président de la République par intérim[modifier | modifier le code]

Conformément à la Constitution, Bogdan Borusewicz assure pendant quelques heures l'intérim de la présidence de la République de Pologne le 8 juillet 2010, à la suite de la démission de Bronisław Komorowski, jusque là président de la Diète et président par intérim à la suite du décès tragique du président polonais Lech Kaczyński, en conséquence de son élection à la présidence de la République.

Il transmet dès l'élection de celui-ci les pouvoirs présidentiels au nouveau président de la Diète, Grzegorz Schetyna, qui reprend l'intérim jusqu'à la prise de fonction effective du président élu, Bronisław Komorowski.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Il est titulaire des plus hautes décorations polonaises : Ordre de l'Aigle blanc, Virtuti Militari, Polonia Restituta, etc.

Parmi les distinctions étrangères décernées à Bogdan Borisewicz on peut relever la croix de commandeur de la Légion d'honneur qu'il a reçue le 17 mars 2012 à Paris[1] et celle de commandeur de l'ordre de Saint-Charles décernée par le prince Albert II de Monaco le 20 novembre 2012[2].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il était marié à Alina Pienkowska (pl), infirmière de formation, également militante de l'opposition puis sénatrice de 1991 à 1993, morte en 2002.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]