Boeung Kak

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Boeung Kak
Deux martin-pêcheurs du lac (avant 2006)
Deux martin-pêcheurs du lac (avant 2006)
Administration
Pays Drapeau du Cambodge Cambodge
Géographie
Coordonnées 11° 34′ 40.8″ N 104° 54′ 41.84″ E / 11.578, 104.9116222 ()11° 34′ 40.8″ Nord 104° 54′ 41.84″ Est / 11.578, 104.9116222 ()  
Superficie 1,33 km2

Géolocalisation sur la carte : Cambodge

(Voir situation sur carte : Cambodge)
Boeung Kak

Le Boeung Kak était un étang situé au nord de la ville de Phnom-Penh. C'était le reste d'un ancien bras du Mékong[1].

Le lac en octobre 2011. Au premier-plan, une guesthouse rasée.

Les pêcheurs locaux y ramassaient des liserons d'eau.

Il était peu profond et contenait une grande quantité de déchets provenant des maisons environnantes ; malgré cela de beaux poissons survivaient. C'était un endroit prisé des touristes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Un projet immobilier destiné à faire construire des hôtels et résidences de luxe, a été adopté en 2007. Il a eu pour conséquence dans un premier temps de réduire la superficie du lac de 90 à 10 hectares et d'expulser un grand nombre de riverains[2]. De nombreuses habitations ont été détruites par les autorités locales lors des heurts. Les travaux d'assèchement ont commencé en 2008 ; les parties sud et centrale ont été comblées. La zone restée en eau avait alors la forme d'une banane ; c'est ainsi qu'elle apparaissait sur les cartes de la ville en 2010.

Les terrains ainsi créés ont été alloués pour 99 ans à un consortium composé de deux compagnies chinoises et de la société Shukaku, proche de Lao Meng Khin, un tycoon sénateur du Parti du peuple cambodgien[3] au pouvoir.

Les expulsions ont provoqué des manifestations, notamment de femmes, qui ont été brutalement réprimées[4] et ont mené à des condamnations pour occupation illégale de terrain et rébellion aggravée[5].

La mosquée Al-Serkal et le quartier des maisons d'hôtes (guesthouses) prisé des routards se trouvaient encore sur les rives.

En 2012, l'assèchement est total. Il ne reste plus rien de l'étang.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. traveljournals, « Beng Kok, Cambodia » (consulté le 21 novembre 2009)
  2. Zineb Dryef et Chan Soratha, « Boeung Kak : les jours du plus grand lac de Phnom Penh sont comptés », Ka-Set,‎ 19 août 2008 (lire en ligne)
  3. (en)Sebastian Strangio, « Cambodia carve-up under the spotlight », sur Asia Times,‎ 10 juillet 2012 (consulté le 18 décembre 2012)
  4. (fr)Pierre Selger, « Au Cambodge, les résistantes du Boeung Kak recouvrent la liberté », Asie Info,‎ 27 juin 2012 (consulté le 18 décembre 2012)
  5. (fr)Arnaud Roux, « La pasionaria du Cambodge n’abandonne pas le combat »,‎ 30 juin 2012 (consulté le 18 décembre 2012)