Bodhgaya

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bodhgaya
Temple de la Mahabodhi
Temple de la Mahabodhi
Administration
Pays Drapeau de l'Inde Inde
État ou territoire Bihar
District Gaya
Démographie
Population 30 883 hab. (2001)
Géographie
Coordonnées 24° 41′ 42″ N 84° 59′ 29″ E / 24.695102, 84.991275 ()24° 41′ 42″ Nord 84° 59′ 29″ Est / 24.695102, 84.991275 ()  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bihar

Voir sur la carte administrative de la zone Bihar
City locator 14.svg
Bodhgaya

Géolocalisation sur la carte : Inde

Voir la carte administrative d'Inde
City locator 14.svg
Bodhgaya

Géolocalisation sur la carte : Inde

Voir la carte topographique d'Inde
City locator 14.svg
Bodhgaya

Bodhgaya, en hindi बोधगया, est une ville indienne, située dans l'État du Bihar, à une centaine de kilomètres au sud de Patna.

Bodhgaya est particulièrement connue pour être le lieu où Siddharta Gautama a atteint l'illumination et l'état de Bouddha. Le site est à ce titre considéré comme l'un des quatre lieux saints du bouddhisme[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville se trouve sur la rive occidentale de la rivière Phalgu.

Histoire[modifier | modifier le code]

Bodhgaya est l'endroit où Siddhartha Gautama a atteint l'illumination et par là-même l'état de Bouddha[2].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le site historique comporte un complexe bouddhiste, comprenant le temple de la Mahabodhi, avec le trône de diamant (appelé le Vajrasana) et l'arbre de la Bodhi (pipal ou ficus religiosa dit « figuier des pagodes »). Le site du temple de la Mahabodhi a été inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO en 2002.

Le premier temple de la Mahabodhi doit sa construction à l'empereur Ashoka, mais le bâtiment connaîtra plusieurs reconstructions, en particulier au Ier siècle av. J.-C., puis fin IIe siècle et finalement au IVe siècle. Il subira aussi deux restaurations, la première par les Birmans au XIIIe siècle, puis une nouvelle par l'archéologue Alexander Cunningham en 1844.

Les communautés bouddhistes du monde entier y ont construit des temples ou des monastères dans le style respectif de leur pays. On y trouve ainsi un monastère tibétain, un temple et un monastère thaï, des temples japonais, birmans, un temple et un monastère chinois.

La ville possède aussi un musée archéologique.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir


Références[modifier | modifier le code]

  1. Les trois autres lieux sont : Lumbinî au Népal, ainsi que Sārnāth et Kusinâgar en Uttar Pradesh. [1]
  2. http://www.sundayobserver.lk/2012/04/22/spe03.asp Article du Sunday Observer (Sri Lanka) du 22 avril 2012

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]