Bodaiji

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tombeau de Tokugawa Iemochi à Zōjō-ji, un des deux bodaiji Tokugawa

Dans le Bouddhisme japonais, un bodaiji (菩提寺, lit. « temple bodhi »?) est un temple qui, génération après génération, prend en charge les morts d'une famille en leur donnant l'inhumation et organisant des cérémonies en faveur de leur âme[1]. Le nom vient de ce qu'au Japon le terme bodai (菩提?), qui à l'origine signifie seulement éveil bouddhiste (satori), en est également venu à signifier soit la prise en charge de ses défunts pour assurer leur bien-être après la mort, soit le bonheur dans l'au-delà lui-même[1]. Plusieurs familles de samouraïs ont leur bodaiji construit sur commande, par exemple les Tokugawa, tandis que d'autres font comme fait le commun et adoptent simplement un temple existant en tant que temple familial. Les familles peuvent avoir plus d'un bodaiji. Le clan Tokugawa par exemple en a deux tandis que le clan Ashikaga en possède plusieurs, dans le Kantō comme dans le Kansai.

Quelques bodaiji renommés[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Iwanami Kōjien (広辞苑?) Japanese dictionary, 6e édition (2008), version DVD

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Iwanami kojien