Bobo Shanti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bobo et Shanti.

Bobo Shanti est un ordre du Mouvement rastafari. Ce mouvement est également appelé Bobo Dread ou mouvement Emmanuellite ou encore Edwardiste.

Historique[modifier | modifier le code]

Cet ordre a été créé par Prince Emmanuel après la Convention rasta de 1958. Lorsque le camp de Back'O'Wall est détruit par le JLP, les Emmanuellites vont fonder un village sur les collines de Bull Bay. Les règles de cette communauté sont restées pendant de longues années inconnues du monde extérieur.

Jusqu'à la mort de Prince Emmanuel en 1994, les bobos sont les plus méprisés des rastas. Les autres communautés ne les fréquentent que très peu. Puis ils deviennent les "saints" des ghettos de Kingston.

Organisation[modifier | modifier le code]

À l'inverse du Pinnacle de Howell, le camp Bobo est géré très strictement : les femmes sont tenues à l'écart des hommes (elle respecte le principe de 21 jours par mois de purification), "la pollution est une affaire sérieuse" ; le Sabbat est bibliquement observé et la prière se fait trois fois par jour, et tourné vers l'est[réf. nécessaire]. Une des factions se met à incendier les maisons de l'autre, et finira en prison.[réf. nécessaire]

La silhouette du vendeur de balais emmanuellite avec son turban et son costume kaki (quelques dizaines d'entre eux traversent le pays de long en large) était tout ce que l'on connaissait de l'ordre.

Musique[modifier | modifier le code]

Le mouvement est, de nos jours, représenté par les artistes bobos comme Sizzla, Anthony B et Capleton même s'il semblerait que Prince Emmanuel ne tolérait pas le reggae dans sa communauté, n'acceptant que les percussions Nyahbinghi.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Hélène Lee, Le Premier rasta, Flammarion, coll. "Étonnants Voyageurs". Paris, 1999.