Bobby Timmons

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Timmons.

Bobby Timmons

Nom de naissance Robert Henry Timmons
Naissance 19 décembre 1935
Décès 1er mars 1974 (à 38 ans)
New York
Activité principale Pianiste, vibraphoniste, compositeur
Genre musical Jazz, hard bop, bebop, gospel
Instruments piano
Années actives 1949-1974
Labels Blue Note, Riverside

Robert Henry dit Bobby Timmons (né le 19 décembre 1935 à Philadelphie, et mort le 1er mars 1974 à New York), est un pianiste, vibraphoniste[1] et compositeur de jazz américain. On lui doit notamment les standards Moanin’, Dat Dere, et This Here.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bobby Timmons naît en 1935 en Philadelphie et est élevé par son grand-père, responsable dans une église. Timmons commence le piano à l’âge de 6 ans, prend des cours à 8 ans avec un oncle professeur de musique classique[1], et joue bientôt dans en tant qu’organiste dans l’église de son grand-père, ce qui explique les fortes influences Gospel de son jeu[2]. Il commence sa carrière à l’âge de 19 ans, se fait rapidement remarquer et arrive sur le devant de la scène jazz à la fin des années 1950. En effet, après des périodes avec Kenny Dorham puis Chet Baker il se joint aux Jazz Messengers d'Art Blakey en 1958, le début d’une période prolifique. Il y écrit sa célèbre composition Moanin’ qui deviendra non seulement le morceau phare des Messengers et du pianiste mais aussi un standard de jazz souvent repris[3].

Il rejoint ensuite le quintet de Cannonball Adderley pour de nouveaux succès critiques et commerciaux. C’est au sein de cette formation qu’il composera ses deux autres morceaux célèbres, Dat Dere et This Here[4]. De retour chez les Jazz Messengers, il décide sous peu d’entamer sa propre aventure en trio et commence à enregistrer dans ce format. Le succès commercial ne sera pas au rendez-vous malgré la qualité musicale des albums et Timmons continuera à enregistrer à droite à gauche avec Lee Morgan ou Johnny Griffin, anciens camarades du groupe d'Art Blakey. En 1966, il enregistre au vibraphone.

Petit à petit sa carrière déclinant, Timmons tombe dans l’alcoolisme et meurt d’une cirrhose du foie en 1974 à l’âge de 38 ans. Son influence sur les pianistes des générations suivantes se retrouve chez Ramsey Lewis ou encore Benny Green et son style ancré dans le blues est apprécié par de nombreux amateurs de jazz.

Style[modifier | modifier le code]

Le jeu de Bobby Timmons est très influencé par le bebop, le blues et le gospel. Il joue régulièrement en Block chords et en octaves, même sur tempo rapide.

Son manque d'imagination relatif (ses chorus sont souvent similaires d'un enregistrement à l'autre) est compensé par un swing et une énergie efficace[1].

Discographie[modifier | modifier le code]

En tant que leader ou coleader[modifier | modifier le code]

En tant que sideman[modifier | modifier le code]

Avec Chet Baker
  • 1956 : Chet Baker Quintette
    • Chet Baker & Crew
    • Chet Baker Big Band
Avec Kenny Dorham
  • 1956 : 'Round About Midnight at the Cafe Bohemia, vol. 1, 2 et 3
  • 1962 : Matador
Avec Anthony Ortega
  • 1956 : Jazz for Young Moderns
Avec Maynard Ferguson
  • 1957 : Boy with Lots of Brass
Avec Curtis Fuller
  • 1957 : The Opener
Avec Hank Mobley
  • 1957 : Hank
Avec Lee Morgan
  • 1957 : The Cooker
  • 1960 : Lee-Way
Avec Sonny Stitt
  • 1957 : Personal Appearance
Avec Pepper Adams
  • 1958 : 10 to 4 at the 5 Spot
Avec Art Blakey
  • 1958 : Moanin'
    • 1958 - Paris Olympia
    • Au Club St. Germain, vol. 1, 2 et 3
  • 1959 : At the Jazz Corner of the World, vol. 1 et 2
  • 1960 : The Big Beat
    • Like Someone in Love
    • Meet You at the Jazz Corner of the World, vol. 1 et 2
  • 1961 : Tokyo 1961
    • Pisces
    • The Witch Doctor
    • The Freedom Rider
    • Roots & Herbs
    • Art Blakey!!!!! Jazz Messengers!!!!!
Avec Kenny Burrell
  • 1958 : Blue Lights, vol. 1 et 2
  • 1958 : On View at the Five Spot Cafe
Avec Benny Golson
  • 1958 : Benny Golson and the Philadelphians
Avec Cannonball Adderley
  • 1959 : The Cannonball Adderley Quintet in San Francisco
  • 1960 : Them Dirty Blues
Avec Art Farmer
  • 1959 : Brass Shout
Avec Nat Adderley
  • 1960 : Work Song
Avec Joe Alexander
  • 1960 : Blue Jubilee
Avec Arnett Cobb
  • 1960 : More Party Time
    • Movin' Right Along
Avec Johnny Griffin
  • 1960 : The Big Soul-Band
Avec Sam Jones
  • 1959 : The Soul Society
Avec Dizzy Reece (en)
  • 1960 : Comin' On!
Avec The Young Lions (en)
  • 1960 : The Young Lions
Avec The Riverside Jazz Stars
  • 1961 : A Jazz Version of Kean
Avec Johnny Lytle (en)
  • 1961 : Nice and Easy

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Philippe Carles, André Clergeat, Jean-Louis Comolli, Dictionnaire du Jazz, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1994.
  2. (en) James Nadal, « Biographie de Bobby Timmons », sur allaboutjazz.com (consulté le 14 octobre 2014).
  3. (en) « Fiche de Moanin' », sur jazzstandards.com (consulté le 14 octobre 2014).
  4. (en) Scott Yanow, « Biographie de Bobby Timmons », sur allmusic.com (consulté le 14 octobre 2014).