Bobby Few

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Bobby Few

Description de cette image, également commentée ci-après

Bobby Few

Informations générales
Naissance
Cleveland (Ohio)Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre musical Jazz, free jazz
Instruments Piano
Site officiel bobby-few.com

Bobby Few, né le à Cleveland (Ohio), est un pianiste de jazz américain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bobby Few est né à Cleveland, dans l'Ohio, aux États-Unis. Il est issu d'une famille très religieuse. Son grand-père était pasteur d'une église baptiste et son enfance se passe entourée de chorales de gospel qui ont certainement nourri la spiritualité de sa musique. À 7 ans, Bobby étudie le piano, techniques classique et jazz[1], puis poursuit l'étude de la théorie musicale et de la composition au Cleveland Institute of Music. À 16 ans, il commence à jouer dans des clubs de jazz de Cleveland. Ella Fitzgerald le remarque et l'encourage chaleureusement[2].

Très vite, Bobby crée son propre trio, un groupe qui devient extrêmement populaire à Cleveland et dans le Midwest[1]. Au début des années 1960, sur les conseils de son ami d'enfance, Albert Ayler[2], il part pour New York[1]. C'est là qu'il enregistre son premier disque avec Booker Ervin, The In Between[1], puis un second avec Albert Ayler intitulé Music Is The healing Force of The Universe. Il joue également avec Brook Benton[3], un chanteur de rhythm and blues, qu'il accompagne à travers le monde et dont il devient le directeur musical.

Ensuite, concert après concert, la kyrielle d'artistes avec lesquels il travaille est impressionnante : Archie Shepp[4], Kenny Clarke, Frank Wright[5], Joe Lee Wilson[6], Alan Silva[7], Woody Shaw, Sunny Murray, Roland Kirk[3], Nat Adderley, Frank Foster, David Murray, Bill Dixon, et Albert Ayler bien sûr.

Il est installé à Paris depuis 1969. Il y a trouvé son équilibre artistique et intellectuel[1]. Ses premières années d'expatrié ont été marquées par son appartenance au quartette de Frank Wright (Bobby Few au piano, Muhammad Ali à la batterie, Howard puis Alan Silva à la basse)[5]. Une formation rayonnant dans les festivals en Europe[1], et très active politiquement, jouant par exemple au profit du Black Panther Party[5]. Leurs disques étaient gérés par un collectif : The Center of the World[5]. Il a été ensuite associé pendant des années avec Steve Lacy[8] qu'il a accompagné à travers l'Europe, les États-Unis et le Japon de 1980 à 1992.

Bobby Few dirige, depuis 1993, ses propres formations qui vont du trio au quintet. Durant sa longue et riche carrière, Bobby Few a également collaboré à plus de 70 enregistrements dont le dernier en date, Heavenly Places, en duo avec Avram Feffer et produit par Box Holder Records (New York).

Discographie[modifier | modifier le code]

Comme leader ou co-leader[modifier | modifier le code]

  • 1973 : More or Less Few, Center of the World
  • 1975 : Solos and Duets, avec Alan Silva et Frank Wright Sun Records
  • 1975 : Solos and Duets, Vol. 2 avec Alan Silva et Frank Wright Sun Records
  • 1977 : Few Comin' Thru, Sun Records
  • 1979 : Continental Jazz Express, Vogue
  • 1979 : Diom Futa, avec Cheikh Tidiane Fall et Jo Maka, Free lance
  • 1983 : Rhapsody in Few', Black Lion
  • 1992 : Mysteries, Miss You Jazz
  • 1997 : Expatriate Kin, avec Kali Fasteau et Noah Howard, CIMP
  • 2000 : Few and Far Between, avec Avram Fefer et Wilber Morris, Boxholder
  • 2000 : Continental Jazz Express, Boxholder
  • 2002 : Let It Rain
  • 2004 : Kindred Spirits, avec Avram Fefer, Boxholder
  • 2004 : Heavenly Places, avec Avram Fefer, Boxholder
  • 2004 : Lights and Shadows, Boxholder
  • 2005 : Sanctuary, avec Avram Fefer, CIMP
  • 2007 : True Wind, avec Sonny Simmons, Hello World!

Au sein d'une autre formation[modifier | modifier le code]

Avec Booker Ervin
Avec Marzette Watts
Avec Albert Ayler
  • 1969 : Music is the Healing Force of the Universe, Impulse!
  • 1969 : The Last Album, Impulse!
Avec Frank Wright
  • 1969 : One for John, BYG Actuel
  • 1970 : Church Number Nine, Calumet
  • 1970 : Uhuru Na Omoja, Emarcy
  • 1972 : Center of the World, Center of the World
  • 1972 : For Example - Workshop Freie Musik 1969 - 1978, Free Music Production
  • 1973 : Last Polka in Nancy?, Center of the World
  • 1974 : Unity, ESP-Disk
Avec Noah Howard
  • 1969 : Space Dimension, America
  • 1977 : Red Star, Mercury Records
  • 1980 : Traffic, Frame
  • 1997 : In Concert, Cadence
  • 1997 : Live at the Unity Temple, Ayler
Avec Hans Dulfer
  • 1970 : El Saxofón, Catfish
Avec Archie Shepp
  • 1970 : Pitchin Can, America
  • 1970 : Coral Rock, America
Avec Joe Lee Wilson
Avec Sunny Murray
  • 1979 : Aigu-Grave, Marge
...
Avec Steve Lacy
  • 1981 : Ballets, hat Art
  • 1981 : Songs, avec Brion Gysin, hat Art
  • 1982 : The Flame]], Soul Note
  • 1983 : Blinks, hat Art
  • 1983 : Lift the Bandstand DVD
  • 1983 : Prospectus, hat Art
  • 1985 : The Condor, Soul Note
  • 1986 : The Gleam, Silkheart
  • 1987 : Momentum, RCA Novus
  • 1988 : The Door, RCA Novus
  • 1989 : Anthem, RCA Novus
  • 1990 : Itinerary, hat Art
  • 1991 : Live At Sweet Basil, RCA Novus
  • 1992 : Associates, Felmay
  • 1992 : Clangs, hat Art
  • 1993 : Vespers, Soul Note
  • 1994 : Findings, CMAP
Avec Mike Ellis
  • 1985 : What Else is New?, Alfa
Avec Talib Kibwe
  • 1986 : Egyptian Oasis, Cryonic
Avec Zusaan Kali Fasteau
  • 1994 : Sensual Hearing, Flying Note
  • 1997 : Comraderie, Flying Note
  • 2004 : Making Waves, Flying Note
Avec David Murray
  • 1995 : Flowers Around Cleveland, Bleu Regard
Avec Alan Silva
  • 2001 : Treasure Box, Eremite
Avec Ricky Ford
  • 2001 : Songs for My Mother, Jazz Friends Production

Filmographie[modifier | modifier le code]

Il apparaît dans le film L'Écume des jours de Michel Gondry (2013).

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Ouvrages ou articles de journaux[modifier | modifier le code]

  • (en) David Meyers, Candice Watkins, Arnett Howard et James Loeffler, Ohio Jazz : A History of Jazz in the Buckeye State, The History Press,‎ 2012, 189 p..
  • Dominique Queille, « Bobby Few, la ferveur free », Libération,‎ 31 juillet 2008 (lire en ligne).
  • Serge Loupien, « Frank Wright », Libération,‎ 11 novembre 2006 (lire en ligne).
  • Romain Grosman, « Bobby Few - Let it rain », Les Inrocks,‎ 31 décembre 2002 (lire en ligne).
  • Thomas Ferenczi, « Bobby Few et Steve Lacy », Le Monde,‎ 29 décembre 1978.
  • Paul-Étienne Razou, « Jazz Joe Lee Wilson », Le Monde,‎ 30 décembre 1977.
  • Francis Marmande, « Jazz Bobby Few et Alan Silva », Le Monde,‎ 6 décembre 1977.

Sources web[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :