Bob Richards

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bob Richards Portail athlétisme
Informations
Disciplines Saut à la perche, décathlon
Période d'activité Années 1950
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance 20 février 1926 à Champaign
Surnom le Pasteur volant
Distinctions
Élu au Temple de la renommée de l'athlétisme des États-Unis en 1975
Palmarès
Jeux olympiques 2 0 1
Jeux panaméricains 2 0 0

Robert "Bob" Eugene Richards, né le 20 février 1926 à Champaign dans l'Illinois, est un révérend et athlète américain qui s'est illustré dans l'épreuve du saut à la perche en remportant deux titres olympiques consécutifs dans les années 1950.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bob Richards fait ses débuts sur la scène internationale lors des Jeux olympiques de 1948 à Londres et obtient la médaille de bronze du concours du saut à la perche avec 4,20 m. En 1951, lors du meeting en salle de New-York, il franchit 4,69 m, bénéficiant notamment des nouvelles perches en métal remplaçant progressivement celles en bambous. Il devient le deuxième athlète à franchir la barre des 15 pieds, après son compatriote Cornelius Warmerdam, grand spécialiste de la discipline dans les années 1940[1]. La même année, il remporte la finale des Jeux panaméricains de Buenos Aires. Richards remporte son premier titre majeur à l'occasion des Jeux olympiques d'Helsinki de 1952, établissant avec 4,55 m un nouveau record olympique de la spécialité.

Lors des Jeux olympiques de 1956 à Melbourne, il abandonne dans l'épreuve du décathlon, mais conserve son titre à la perche avec un saut à 4,56 m, après avoir livré un duel acharné avec son compatriote Robert Gutowski. Surnommé le « pasteur volant » (The Vaulting Vicar en anglais), Bob Richards est à ce jour le seul perchiste de l'histoire à avoir remporté deux titres olympiques.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques d'été[modifier | modifier le code]

Jeux panaméricains[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Robert Parienté et Alain Billouin, La fabuleuse histoire de l'Athlétisme, page, 586, Paris, Minerva 2003 (ISBN 2830707273)