Bloodhound SSC

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bloodhound.

Bloodhound SSC est un véhicule terrestre supersonique, conçu dans l'objectif de battre le record absolu de vitesse terrestre détenu par un autre engin similaire, Thrust SSC, qui avait franchi le mur du son en 1997. La vitesse visée est désormais de 1 000 mph, soit plus de 1 600 km/h ou encore 447 mètres par seconde. Conçu par la même équipe que Thrust SSC[1], Bloodhound SSC est un projet mené par les britanniques Richard Noble et Andy Green ; leur objectif est de tenter d'établir un nouveau record de vitesse terrestre en 2012[2].

Présentation & motorisation[modifier | modifier le code]

Afin d'être en mesure d'atteindre une telle vitesse, Bloodhound SSC est équipé d'une double motorisation, avec d'une part un turboréacteur EJ200 ayant servi au programme de développement de l'Eurofighter qui permettra de lancer l'engin, et d'autre part un moteur-fusée fonctionnant au propergol liquide, qui fournira la poussée nécessaire pour atteindre les 1 000 mph. L'alimentation en carburant de la fusée sera assurée par un moteur « traditionnel » à 12 cylindres de 800 chevaux, qui fera office de pompe pour le propergol[1].

Une fois la postcombustion enclenchée, le turboréacteur – dont le logiciel de régulation numérique intégré Fadec permettra une gestion optimale de la phase d'accélération[1] – délivre environ 90 kN de poussée, auxquels viennent s'ajouter les 212 kN délivrés par le moteur-fusée. Au total, Bloodhound SSC développe ainsi une puissance d'environ 135 000 chevaux, qui devrait lui permettre d'atteindre, selon ses concepteurs, une vitesse maximale de 1 690 km/h[3], soit Mach 1,4.

Déroulement prévisionnel du record[modifier | modifier le code]

L'équipe de Richard Noble a d'ores et déjà établi la séquence de déroulement du run qui devrait permettre d'établir le record prévu, en utilisant les spécificités de chacun des deux moteurs. Dans un premier temps, le turboréacteur EJ200 assurera le lancement de Bloodhound SSC ; une fois la vitesse de 130 km/h atteinte, le pilote enclenchera la postcombustion pour propulser l'engin jusqu'à 515 km/h, vitesse qui constitue le palier de changement de mode de propulsion. À partir de là, le moteur-fusée sera allumé, fournissant à Bloodhound SSC sa puissance maximale pour atteindre 1 690 km/h[3].

La phase de décélération se fera en trois temps. La seule coupure des moteurs permettra de ralentir jusqu'à environ 1 200 km/h grâce à la résistance de l'air, allure à laquelle les aérofreins puis les parachutes seront déployés, procurant une décélération de 3 g. Bloodhound SSC sera enfin arrêté par des freins à disques « traditionnels ». Au total, la course ne durera que 85 secondes, au cours desquelles 16 kilomètres seront parcourus[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (fr) François Julian, « Le retour de la voiture supersonique » dans Air & Cosmos, numéro 2228 du 23 juillet 2010, page 64
  2. (fr) F.G., « Bloodhound SSC - Objectif 1600 km/h », sur Yahoo! France Auto,‎ 23/07/2010 (consulté en 26/07/2010)
  3. a, b et c (fr) François Julian, « Le retour de la voiture supersonique » dans Air & Cosmos, numéro 2228 du 23 juillet 2010, page 65

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]