Blood Falls

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

77° 43′ 20″ S 162° 16′ 18″ E / -77.722094, 162.271543

Les Blood Falls en 2004.

Les Blood Falls – littéralement, « cascades de sang » – sont une coulée d'oxyde de fer en marge du glacier Taylor, dans les vallées sèches de McMurdo, en terre Victoria, dans l'Antarctique oriental.

Ce dépôt rougeâtre est découvert par le géologue Thomas Griffith Taylor en 1911 dans la vallée qui porte son nom, la vallée de Taylor[1].

Explication du phénomène[modifier | modifier le code]

Les hydroxydes de fer, peu solubles, se déposent après que les ions ferreux, présents dans l'eau riche en sel, se sont oxydés au contact de l'oxygène atmosphérique. Ces ions proviennent de l'ancienne poche d'eau de mer de l'océan Austral qui fut piégée dans le fjord par le glacier au Miocène, il y a cinq millions d'années, lorsque le niveau de la mer était plus haut qu'aujourd'hui[1].

Écosystème[modifier | modifier le code]

Le glacier Taylor cache un lac où s'est développé un écosystème isolé du reste du monde. Cet écosystème est constitué de bactéries autotrophes qui métabolisent les ions sulfates et ferreux[2],[3]. La géomicrobiologiste Jill Mikucki du Dartmouth College y a isolé pas moins de 17 types de microbes[2]. Cet endroit particulier offre une vue sur un écosystème extrême sans nécessiter de forage coûteux et sans risque de contamination.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Explanation Offered For Antarctica's 'Blood Falls' », ScienceDaily,‎ 5 novembre 2003 (lire en ligne)
  2. a et b Jackie Grom, « Ancient ecosystem discovered beneath antarctic glacier »,‎ 16 avril 2009 (consulté le 8 mai 2010)
  3. Jill A. Mikucki, « A contemporary microbially maintained subglacial ferrous "ocean" », Science, vol. 324, no 5925,‎ 2009, p. 397 à 400 (PMID 19372431, DOI 10.1126/science.1167350, lire en ligne)