Deezer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis BlogMusik)
Aller à : navigation, rechercher

Deezer (prononcer [di:zœʁ]) est un service d'écoute de musique en streaming à la demande permettant d’écouter des artistes, titres, et albums, ainsi que de créer et d'échanger des sélections grâce à un catalogue de 35 millions de titres, issus de tous les genres musicaux.

Lors de sa création en août 2007, le site était entièrement gratuit ; il se met à proposer deux services payants à partir de novembre 2009. Désormais le service gratuit a des publicités audio toutes les quinze minutes selon Jonathan Benassaya (cofondateur) début mars 2009. Depuis le 9 février 2009, l'écoute sans limite nécessite une authentification. En février 2010, 46 personnes y sont salariées[1],[2] et une centaine en octobre 2011[3]. À partir du 6 juin 2011, l'écoute de titres en étant connecté à son compte gratuit est limitée en durée d'écoute[4]. Le catalogue de la version payante est plus grand qu'en gratuit mais l'abonnement ne donne pas accès à toutes les musiques commercialisées. En décembre 2011, il rassemblait 20 millions d'utilisateurs dont 1,4 million d'abonnés à Deezer Premium[5]. En septembre 2011, Deezer lance son déploiement à l'international avec l'ouverture de Deezer UK et signe un partenariat mondial avec Facebook pour l'intégration de Deezer au sein de ce réseau social. En octobre 2012, avec un catalogue de 20 millions de titres, il rassemble 26 millions d'utilisateurs dont 2 millions d'abonnés[6].

Deezer s'est très internationalisé en 2012. Le 15 mai 2013, Deezer est présent dans 221 territoires[7]. Deezer est absent en Chine, en Inde, au Japon[7]. Il est disponible en 9 langues : français, anglais, allemand, espagnol, russe, indonésien, coréen, portugais et italien[8],[9],[10],[11]. Il utilise l'HTML5[12].

Le groupe a annoncé le 10 septembre 2014 qu'il se lançait à partir du 15 septembre aux États-Unis[13]. Il lance l'offre "Deezer Elite" en partenariat avec Sonos, le leader mondial des systèmes audio sans fil connectés[14]. Il s'agit de la première proposition du groupe français d'un son en très haute résolution (HRA).

Historique[modifier | modifier le code]

Création[modifier | modifier le code]

Deezer.com est né le 22 août 2007[15]. Faisant suite à Blogmusik.net, créé par Daniel Marhely en juin 2006[16], Deezer est cofondé par Jonathan Benassaya, alors étudiant à l'ESSEC. Blogmusik ferme volontairement en avril 2007[16], sous la pression croissante de la SACEM, SDRM, société de gestion des droits des auteurs dans le multimédia, société civile des producteurs de phonogrammes en France, pour des raisons de violation des droits d'auteur[17]. Le projet Deezer est alors développé au sein d'ESSEC Ventures, incubateur de l'école de commerce parisienne.

Il est le premier site français d'écoute gratuite de musique en ligne à avoir trouvé un accord légal avec une société de gestion des droits d'auteur, en l'occurrence avec la SACEM. Les revenus publicitaires tentent de rémunérer les artistes et l'ensemble des ayants droit[18]. Le lendemain de l'ouverture, la société Free annonce son implication dans le lancement de Deezer en l'appelant même sur sa page d'accueil « son » service de musique à la demande illimitée. Free, qui indiquait jusque-là ne pas vouloir lancer elle-même une offre en liaison directe avec une maison de disques à la manière de Neuf ou d’Orange, aura donc préféré s’appuyer sur cette nouvelle solution clef en main[19]. Cependant, selon Jonathan Benassaya, la société peut envisager un réel partenariat avec Free dans le futur. Le 25 août 2007, un communiqué d'Universal déclare qu'« aucun accord d'utilisation de son catalogue n'a été signé avec le site Deezer.com. […] En conséquence, le répertoire Universal Music présent sur le site est exploité de façon illégale. »[20].

Partenariat pour le développement[modifier | modifier le code]

Durant le mois d'août 2007, 773 000 visiteurs uniques sont recensés[21]. Le succès populaire du site permet à Deezer de signer des contrats avec des labels. Le 10 octobre 2007, suite à un accord avec Sony BMG, Deezer propose 165 000 titres supplémentaires[22], puis à partir du 10 janvier 2008[16] et la signature avec Believe et Because, le total est de un million et demi de titres disponibles[23]. En mai 2008, Deezer ne propose certains titres que sous forme d'extraits. La signature de contrats continue avec le label Universal Music Group, le 14 mai 2008, qui propose près d'un million[16] de titres supplémentaires[24],[25],[26]. Cet accord européen porte sur trente-cinq pays. Au cours de l'année 2008, la requête Deezer sur Google est dans le top 10[27] des mots les plus recherchés.

Au 18 juin 2008, le répertoire couvert par le site s'élève à deux millions et demi de morceaux[28] et en juillet 2008, trois millions de personnes sont inscrites sur le site[réf. à confirmer][29]. Depuis août 2008, grâce à un accord passé avec YouTube, de nombreuses vidéos deviennent accessibles avec la fonction recherche de Deezer. Le 3 septembre 2008, il lance sa régie publicitaire « Deezer média »[16].

Le 11 septembre 2008, Deezer conclut un accord pour mettre en écoute sur son site le catalogue de Warner Music Group : « Deezer mettra à disposition, dans un premier temps, les titres de Warner Music sur la France et prochainement sur le Royaume-Uni et l’Allemagne, après ouverture de ses bureaux », précise le communiqué officiel. La semaine suivante, un communiqué du blog officiel de Deezer indique que le répertoire du site est de 3,7 millions de titres[30]. Il indique aussi que l'accord avec Warner Music Group est mondial.

Diversification des moyens d'écoute[modifier | modifier le code]

Le 23 octobre 2008, Deezer lance son application pour iOS. Gratuite, celle-ci permet d'écouter les webradios Deezer et permet d'accéder à la Smartradio[31]. Le site attendra quelques mois, jusqu'au 30 mars 2009, pour proposer une application qui permet d'avoir Deezer sur un BlackBerry. En gratuit, il est impossible d'écouter ses playlists. Par contre il est possible d'écouter les webradios Deezer et la « SmartRadio »[32].

Le 14 novembre 2008, 4 millions de membres sont inscrits sur Deezer et ont créé 7 millions de playlists[réf. à confirmer][33]. Jusqu'au 10 décembre 2008, tout membre pouvait charger n'importe quelles chansons sur le site, et pouvait les rendre disponibles à tous par l'intermédiaire de ses playlists. Cette possibilité a été restreinte ensuite : « les MP3 personnels uploadés sur le site ne sont lisibles que sur le compte de celui qui les a uploadés. » Seules les personnes possédant les fichiers peuvent donc y accéder[réf. à confirmer][34],[35]. Cette mesure fait suite à un compromis entre Deezer et une maison de disques[précision nécessaire]. Le 6 février 2009, l'envoi de MP3 sur le site est « désactivé temporairement suite à une surcharge de la solution principale de stockage »[36].

Fin mai 2013, Deezer est disponible sur Xbox 360[37].

Lancement d'une deuxième version[modifier | modifier le code]

Le 9 février 2009, la deuxième version bêta est lancée. Deezer a un seul catalogue pour tous les pays qui est validé par l’industrie. La restriction de la base est permise par la détection de l'adresse IP. Celle-ci permet de connaitre la géolocalisation de l'internaute[38]. Le catalogue pour la planète est non identique à l'écoute tandis que la base textuelle est identique. Les morceaux grisés signifient qu'ils ne peuvent pas être écoutés mais sont présents dans le catalogue. En passant la souris sur le triangle grisé placé à gauche des titres, une popup indique « désolé, vous n'avez pas accès à ce titre depuis votre pays de résidence ». Désormais les utilisateurs doivent se connecter en tant que membres pour accéder au contenu du site à partir d'un nombre de musiques écoutés dépassé en mode non connecté[38]. L'authentification permet à Deezer de rentabiliser les fichiers clients[39]. Ça permet aux messages publicitaires d'être plus efficaces car sélectionnés en fonction du profil issu des quatre mois d’historique. Ceci permet aussi de personnaliser les propositions de découvertes musicales, de suggestions d’amis, de smartradios, etc[38].

Le 2 avril 2009[16], signature avec EMI dont le catalogue est de 450 000 titres[16]. Après les labels, le 14 avril 2009, Deezer obtient un partenariat avec une station de radio : Ouï FM. Nommé Ouï ♥ Deezer, il permet aux utilisateurs de Deezer de présenter une playlist de dix-sept titres. Un créneau horaire est réservé sur la radio pour diffuser les playlists sélectionnées[40]. En avril 2009, selon la page d'accueil, Deezer a atteint les sept millions de membres, et ceux-ci ont créé 9,7 millions de playlists. Le 3 juin 2009, un salarié de Deezer France annonce sur le blog « Pour des questions de droits, nous avons supprimé du site tous les albums dont le numéro est inférieur à 37 784 car nous n’avons pas/plus les droits. »[41].

Troisième version[modifier | modifier le code]

Le 26 juin 2009, la troisième version bêta est lancée. Elle comporte une interface graphique plus claire, plus aérée,[réf. nécessaire] un nouveau lecteur placé en haut de page, ainsi qu'un égaliseur et un réglage des fondus de début-fin des pistes. En juillet 2009, l'application Deezer sort sur Android, d'abord en version bêta[42]. Le 20 août 2009, les chansons identiques sont regroupées afin de n'afficher qu'une seule fois les mêmes titres[43].

Deezer propose quelques exclusivités comme l'album The Resistance de Muse disponible à l'écoute quatre jours avant la commercialisation des CD[44] ou le concert de Mademoiselle K au 118 à Paris qui est diffusé en direct sur Deezer[45] le 17 octobre 2009. Le site développe également son marketing en participant à la Techno Parade[46] en septembre 2009. Dans le même temps, il continue de signer des partenariats avec Domino Records[47] le 14 octobre 2009.

Quatrième version[modifier | modifier le code]

Une nouvelle version bêta du site est proposée aux internautes depuis mai 2011. La disposition des pages diffère, avec l'abandon de Flash au profit du nouveau standard HTML5. Néanmoins, le lecteur garde le même aspect et reste en Flash à cause des lacunes de chiffrement du HTML5[48].

La version est officiellement lancée le 6 juin 2011, avec une limitation d'écoute gratuite de musique fixée à 5 titres par visite pour les internautes non authentifiés, ou bien 5 heures par mois maximum pour les membres inscrits (augmentée à 10 heures par mois aujourd'hui (2014)). Les membres premium ne sont pas concernés par cette restriction[49]. Environ 30 % des utilisateurs atteindront les 5 heures par mois d'écoute (« Vous avez écouté 5 heures ce mois-ci. L'écoute est bloquée à 30 secondes. Votre musique revient dans 10 jours. » )[50].

Le PDG donne son point de vue sur les restrictions lors d'une interview : « L'objectif est de faire payer les gros utilisateurs occasionnels tout en conservant un accès gratuit pour les utilisateurs du dimanche afin qu'ils ne se tournent pas vers YouTube ou le piratage et puissent se tourner vers le payant dans un second temps. »[50].

Il serait possible d'écouter en même temps, la musique écoutée par les amis (partage dynamique)[50].

Chaque semaine l'équipe éditoriale décrypte les nouveautés de douze genres de musique pour mettre en avant la meilleure des musiques, via la « sélection Deezer »[50].

Dès le 3 mai 2012, les développeurs ont accès au code de Deezer afin qu'ils puissent créer des applications. Deezer a 15 millions de titres[51].

Les services payants[modifier | modifier le code]

Le 5 novembre 2009[52], après plus de deux ans d'entière gratuité, Deezer lance deux services payants, avec une meilleure qualité sonore, 320 kb/s. Le site recense sept millions de visiteurs uniques par mois[53] en décembre 2009 (toujours le même chiffre en juin 2011[50]). Deezer continue de s'exporter puisque depuis fin 2009 certains restaurants McDonald's en France ont signé un contrat de diffusion avec Deezer qui remplace les accords avec une radio FM[54]. Le 7 avril 2010, l'enseigne de restauration rapide a 1 161 restaurants en France dont plus de 600 diffusent la musique Deezer sans publicité via un boitier et un abonnement[55].

Fin janvier 2010, Axel Dauchez devient directeur général et l'une de ses missions est d'assurer la monétisation du service. Benassaya reste président[56]. Dix mille membres auraient opté pour l'abonnement mensuel à dix euros et quatre mille pour celui à cinq euros par mois[56]. En mars 2010, trois images publicitaires sont présentes sur chacune des pages « accueil, musique et radios ». On en trouve une sur la page aide.

En juillet 2010, Deezer et Orange annoncent qu'ils vont devenir partenaires. L'entrée d'Orange est à 11 % du capital[57]. Désormais, Orange inclut Deezer Premium à ses offres haut de gamme, le service devenant partie intégrante de ces offres. Ce partenariat a entraîné la fusion de Deezer et de son concurrent WorMee, développé par Orange Vallée. Le nombre d'abonnés à Deezer est de 25 000[58]. En mai 2012, les abonnés Wormee peuvent fusionner leur compte avec un compte Deezer[59].

Le 13 décembre 2010, Deezer ouvre sa boutique en ligne associée à Charmandising. Des produits dérivés de l'univers de la musique sont vendus (t-shirt, casquette, sac, casque audio)[60].

En juin 2011, le nombre d'abonnés est 1,2 million[61], puis passe à 1,4 million en octobre 2011[3]. Le temps moyen d'écoute pour les abonnés est de 60 heures par mois[3]. Il est de 2 millions en octobre 2012[6]. En janvier 2012, Deezer annonce avoir plus de 2,5 millions d'abonnés au service Premium[62].

En octobre 2014 Deezer annonce l'acquisition de Stitcher, un fournisseur américain de podcasts et contenus radios[63].

Fonctionnalités[modifier | modifier le code]

Système de playlists et de radio[modifier | modifier le code]

L'utilisateur peut consulter les dix titres les plus écoutés selon son pays, créer ses playlists, utiliser la fonction recherche, ou encore demander un classement par ordre alphabétique des artistes, titres ou albums. On peut envoyer sur Deezer ses titres encodés en MP3 sans aucune limite de stockage, et les ajouter à ses playlists : ils sont inaccessibles par la fonction de recherche et seul l'auteur de leur envoi peut les écouter ou les incorporer à ses playlists. On peut aussi rendre sa playlist disponible sur son blog ou encore sur son site web. Cette fonction est aussi possible avec une seule chanson, grâce au « lecteur mono-titre ».

En plus des playlists, on peut écouter des « radios » correspondant à un style musical particulier. Celles-ci choisissent aléatoirement des titres, et diffusent des titres par genre, dont on ne choisit pas les titres en particulier, comme une radio classique. Fin juin 2011, l'écoute des radios est illimité même sans être connecté. Le lecteur exportable de ses playlists se comporte comme une radio. Pour la fête de la musique 2008, Deezer s'est associé aux festivals Solidays et Eurockéennes pour créer deux radios avec la programmation de ces manifestations[28]. Il s'est aussi associé aux Trans Musicales 2008, et propose une radio qui leur est dédiée.

Chaque membre peut écouter les playlists des autres inscrits au site, leur donner une note, les copier ou en devenir fan, comme pour les artistes ou les albums. On peut à tout moment entrer en contact avec ses amis possédant un compte sur le site ou avec les fans des mêmes artistes. Il est aussi possible de créer des blind tests et de jouer à ceux d'autres membres pour tester sa culture musicale.

Les playlists peuvent être privées pour n'être accessibles qu'à soi. Elles peuvent être en mode collaboratif pour que les « deezernautes » complètent la liste d'écoute.

Interface et accessibilité[modifier | modifier le code]

La fonction de recherche du site permet de trouver par titre, artiste et album, et affiche des vidéos provenant de YouTube et des places de concert Fnac. L'affichage des recherches offre souvent plusieurs fois la même chanson dans la liste[64]. Le site étant en grande partie conçu en Flash, la fonction de recherche du navigateur (souvent Ctrl + F) ne fonctionne pas. Les parties flash du site sont inaccessibles pour les utilisateurs ne disposant pas de la dernière version du lecteur Flash.

Les utilisateurs de smartphones iOS, Android et Windows Mobile peuvent accéder au service, en cas d’un abonnement Premium+. Contrairement à son concurrent Spotify, l’écoute pour les comptes gratuits demeure limitée à 30 secondes. L’application Deezer est en téléchargement gratuit sur l'AppStore, Google Play et le Windows Store (PC & Mobile). Une version bureau pour ordinateur Mac est à l’heure actuelle en développement et disponible en version bêta à l’adresse suivante : http://www.deezer.com/beta/formac.

La communauté forme un réseau social par le partage des goûts musicaux, les commentaires et la fiche d'utilisateur.

Le morceau une fois téléchargé reste dans l'antémémoire de l'ordinateur ou du smartphone.

Le lecteur « plein écran 3D » fait son apparition à partir du 5 novembre 2009[65] suite à trois mois de travail[65]. Il permet de voir la liste de lecture courante, les playlists, radio et albums. 12 raccourcis clavier fonctionnent[65]. Le développement de ce lecteur a désormais été abandonné.

Selon un salarié de Deezer, au 8 novembre 2009, l'abonnement « HQ » n'est disponible qu'en France[réf. à confirmer][66].

Accords et désaccords avec les majors[modifier | modifier le code]

Conventions[modifier | modifier le code]

Les signatures des conventions entre Deezer et les maisons de disques sont nécessaires à la diffusion légale du contenu musical. Les majors exigent une avance de 2,5 à 3 millions d'euros[67] pour disposer des droits européens. Deezer doit s'engager ensuite à reverser une partie de ses recettes mensuelles aux labels : le tarif est fixé jusqu'à 1,5 eurocent par titre joué[67]. Deezer est licite, grâce à de nombreux accords avec la SACEM, les maisons de disques tel Universal, Naïve, Sony BMG ou Because Music et les artistes indépendants[68]. Deezer diffuse la musique provenant de 1 000 labels indépendants en 2010[69].

Début décembre 2009, Deezer signe un accord avec Jamendo[70]. Les titres ne sont pas en écoute si l'artiste n'a pas fait les démarches de demande à être sur Deezer[70]. Désormais, les deezernautes peuvent écouter et télécharger[70] gratuitement une partie du catalogue de musique libre. Le 6 mars 2010 sur Jamendo, 31 442[71]. (un total d'environ 200 000 titres[70]) dont 7 813[71] albums sont autorisés aux usages commerciaux. Jamendo se reverse 50 %[70] des revenus à proportion des licences vendues, le reste va aux artistes[70]. Des artistes ont choisi de ne pas s'inscrire aux sociétés de gestion et de collecte de droit d'auteur (SACEM, SABAM, SOCAN…)[72].

Les points importants des CGU[73]:

  • La diffusion de la musique Deezer est autorisée uniquement dans un cadre familial. Par exemple, la sonorisation des lieux publics est expressément interdite.
  • Ne pas contourner les mesures techniques de protection afin de télécharger les musiques.

En juin 2011, le développeur de Freezer doit payer 15 000 € et écope de six mois de prison en sursis[74] pour cause d'« incitation du public à l'usage de logiciel manifestement destiné à la mise à disposition non autorisée d’œuvres protégées »[75]. Le jugement de Freezer va dans le sens des CGU de Deezer : « Le membre déclare prendre acte que le fait de porter sciemment atteinte à une mesure technique de protection l'expose, par application des dispositions de l'article L. 335-4-1 du code de la propriété intellectuelle au paiement d'une amende de 3 750 € et que le fait de procurer ou proposer sciemment à autrui, directement ou indirectement, des moyens conçus ou spécialement adaptés pour porter atteinte à une mesure technique de protection étant pour sa part puni d'une peine d'emprisonnement de six mois et de 30 000 € d'amende. »[73].

Désaccords[modifier | modifier le code]

Faute d'accords, certains artistes ne sont donc pas disponibles sur le site, comme AC/DC. D'autres comme Pink Floyd sont uniquement disponibles en compte Premium. Le site autorise les membres à envoyer leurs titres en MP3 sur Deezer, sans limitation, pour pallier l'absence de certains labels. Une limite de 10 Mo[76] par fichier MP3 a été instaurée pour limiter la surcharge des serveurs[réf. à confirmer][77].

En 2009 pour tous les pays, Deezer retire de son catalogue tous les albums de Cat Power qui est signé chez le label Matador Records.

Début février 2010[78] en France métropolitaine, la Warner a décidé de retirer les licences d’exploitation[78] à ce genre de site. Deezer n'a pas encore mis entièrement en place la technique qui empêche l'écoute des albums de Warner. En effet, en cliquant par exemple sur le nom de l'album Jason Derülo, il est possible de l'écouter. Deezer ne met désormais plus en écoute les artistes de ce label, à l'exception de certains s'écoutant aussi sur la bande FM.

Début 2011, Pascal Nègre a déclaré au microphone : « Je pense que le modèle du gratuit pose un problème. Il faut le restreindre, il faut le dégrader. Cela veut dire qu'il faut qu'il y ait beaucoup plus de pub qu'aujourd'hui. Il faut peut-être réfléchir sur le nombre de fois où vous pouvez écouter la même chanson. Quand on voit des gens qui écoutent 35 fois la même chanson, vous vous dites qu'au bout d'un moment, le gars, il faut qu'il aille acheter le titre. »[79].

Lors d'une interview du PDG de Deezer lors du forum e-G8 de fin mai 2011 : « On essaie de construire une logique de partenariat. Ce n’est pas toujours le cas. Il y en a qui refusent de discuter avec moi sur la manière de convertir du gratuit en payant »[80].

En juin 2011, le PDG d’UMG : « Nous sommes d’accord sur les prix, mais pas sur les conditions d’exploitation de notre catalogue. »[80].

L'Adami craint l'avènement d'une licence globale privative résultant de la limitation du temps d'écoute. Mais elle critique aussi iTunes in the Cloud et Match. Les producteurs se « trompent de modèle économique. Imaginez qu'on limite l'écoute de la radio à quelques heures par mois. Les ventes de disques s'en trouveraient elles dopées ? » Un choix qui conduira à une licence sous le contrôle des producteurs, et qui « ouvre la porte à la concentration et nuit à la diversité »[81].

L'Adami défend une gestion collective des droits musicaux ainsi qu'un partage équitable entre les artistes et producteurs avec des revenus prélevés à la source après diffusion[81].

Accusée de contrefaçon par Universal Music, Deezer obtient par voie de référé, le 5 septembre 2011, l'autorisation d'exploiter le répertoire musical de la maison de disques en attendant un jugement sur le fond[82].

Organisation[modifier | modifier le code]

En avril 2014, le directeur général du site de streaming musical, Axel Dauchez, annonce qu'il quittera ses fonctions en septembre[83].

Financement[modifier | modifier le code]

Sources de revenus[modifier | modifier le code]

Courbe retraçant l'évolution du nombre de recherches (en unité arbitraire) du mot « Deezer » sur Google, d'après Google Tendances des recherches[84]

Les revenus sont à 99 %[21] issus de la publicité présente sur le site sous la forme de bandeaux ou incrustée dans le lecteur musical pour les publicités d'envergures (Sony Ericsson, Vivelle Dop, Nissan, Walkman…) et de la publicité sonore. Son montant est de soixante euros pour mille affichages d'une publicité de 300 par 250 pixel sur la page d'accueil Deezer en 2009[85],[86].

De janvier à juin 2008 : les recettes sont de 870 000 €, le site en ayant reversé environ 70 000 €, soit 8 %, à la SACEM[87]. Deezer donne 0,07 eurocent par titre écoutés sur le site[88]. En janvier 2009, Laurent Petitgirard a affirmé que « le titre le plus écouté sur Deezer, 240 000 écoutes, a généré 147 euros de droits d'auteur » soit 0,061 eurocent par titre mis en mémoire cache[89].

En 2008, selon le SNEP, les revenus pour tous les sites de streaming et les abonnements sont de 17 millions d'euros, soit 22 % des revenus du numérique[90]. Le marché global sans les droits voisins est de 606 millions[89] avec 76 millions pour le numérique et 530 millions pour les ventes physiques.

Le fondateur Jonathan annonce avant le 6 mars 2009 des publicités audio tous les quarts d’heure[91]. Elles sont ouvertes aux annonceurs, événements et à la promotion de Deezer[38]. CB News annonce la mise en place en février 2009 des publicités audio[27]. Ces dernières ne sont diffusées qu'à partir du 5 novembre 2009. Le but est d'augmenter le chiffre d'affaires en touchant le public qui ne regarde pas forcément la publicité présente sur le site[92],[93], ou qui utilise des bloqueurs de publicité tels qu'Adblock.

Le 5 novembre 2009[52], deux services payants dont le plus couteux à 9,99 € par mois, permet de télécharger la musique sur téléphone portable et ordinateur.

Fin 2010, le gouvernement français crée la carte musique pour les 12 à 25 ans. Les concernés sont La Banque postale et Deezer. L'abonnement le plus couteux est de 10 € pour trois mois[94]. La carte musique Deezer 12 à 25 ans, offre les mêmes services que les abonnements Deezer destinés à ceux qui n'ont pas 12 à 25 ans.

Fin 2010 Deezer annonce un partenariat avec les deux plateformes de téléchargement, Amazon.fr et Starzik[95].

En 2010 selon le SNEP, le marché total sans les droits voisins est de 554,4 millions d'euros (le maxi est 2002, le marché physique est de 1 302 millions[96], en 1992 : environ 900 millions[97]) dont 88,1 millions pour le numérique. 2002 est l'année record en France avec environ 125 millions d'albums vendus[96]. Tous les revenus augmentent pour le numérique sauf une chute de 21 % par rapport à 2009, des sonneries pour mobile. Les téléchargements ont rapporté 48,7 millions d'euros (27 millions pour les 35 millions de titres téléchargés et 21,7 millions pour les 4 millions d'albums téléchargés). Les abonnements à un service de musique ont rapporté 14,5 millions. Le streaming financé par la publicité a rapporté 9,8 millions. L'abonnement ainsi que le streaming publicitaire représentent 28 % (5 % en 2007). Les droits perçus en gestion collective (SCPP, SPPF) sont de 88 millions et d'autres revenus sont de 27,3 millions[98].

En 2011, le marché total avec les droits voisins de 94,0 millions est de 617,2 millions d'euros (523,2 millions sans les droits voisins) dont 110,6 millions pour le numérique[99].

Recettes[modifier | modifier le code]

En octobre 2009, Deezer annonce avoir collecté 6,5 millions d'euros, soit un total de 12,2 millions d'euros depuis ses débuts. L'entreprise crée un holding « Odyssey Music Group » (téléphonie mobile, les activités de régie et les média)[100].

En novembre 2009, son PDG estime son chiffre d'affaires pour l'année 2009 à 6 millions d'euros, avec un déficit de 3 millions[21]. Deezer reverse aux maisons de disques 60 % du chiffre d'affaires, au prorata de leur part de marché et 8 % du chiffre d'affaires à la SACEM[21].

En 2009, le prix d'un titre en téléchargement coûte 0,69 €, 0,99 € ou 1,29 €[101].

Le plus important accord d'affiliation d'iTunes en France est Deezer[21].

Les actionnaires en 2009 sont[53] : Benassaya qui détient plus de 10 % de la société, Marhély directeur technique qui possède plus de 35 %, le fondateur de Free, Pixmania et l'entrée au capital en octobre 2009 d'AGF et CIC.

La publicité a rapporté 9 millions en 2009 et 9,8 millions en 2010[80]. Le SNEP dit qu'il est : « fondamental d’augmenter le volume de publicité sur ces sites »[80].

UMG pense que Deezer a reversé 4 millions d’euros sur l’année 2010 aux auteurs, artistes et producteurs[80].

La conversion du gratuit vers le payant est en grande partie lié au partenariat avec Orange[80]. Le nombre d’abonnés Deezer - Orange est de 1,25 million en novembre 2011 et 0,95 million à fin mai 2012 dont environ deux cent mille actifs[102]. Le partenariat est renouvelé en juillet 2012 pour une durée de trois ans[102]. Ce contrat permet à Deezer d'obtenir 24 millions d'euros HT par an[102].

À partir de 2011 l'entreprise devient non déficitaire avec un CA d'environ 50 millions d'euro[51].

En octobre 2012, Deezer annonce avoir levé 100 millions d'euros auprès du fonds « Access Industries » du milliardaire Len Blavatnik (en) qui détient désormais 30 % du capital de l'entreprise, collecte de fonds qui a pour but d'internationaliser le service d'écoute de musique dans 200 pays, dont beaucoup d'émergents en Amérique latine, en Asie et en Afrique, et ce afin de pouvoir concurrencer son rival Spotify qui a levé la même somme en 2011 grâce à la société d'investissement russe Digital Sky Technologies (en)[103].

Techniques[modifier | modifier le code]

La direction du site précisait le 28 août 2007[104], devoir au moins doubler le nombre de ses serveurs à la suite de l'annonce de Free.

Les morceaux sont encodés à 128 kbit/s[105] mais des sites de streaming gratuits proposent du 128 à 320 kbit/s à l'écoute. Avec un abonnement l'écoute est à 320 kbit/s. La gestion des droits numériques[106] est utilisée afin de bloquer l’écoute des téléchargements suite à l'arrêt de l’abonnement[107]. Les publicités sonores sont en 96 kb/s[108]. En 2011, le streaming gratuit est toujours en 128 kb/s.

La fréquence de chute de l'intensité sonore en kHz en fonction du débit[109]
1 411 kb/s (CD stéréo à 44 100 échantillons par seconde en 16 bits par échantillon) 320 kb/s 192 kb/s 160 kb/s 128 kb/s 32 kb/s Perception humaine
22 kHz 19,5 kHz 18 kHz 17 kHz 16 kHz kHz 20 kHz[110]

Le procédé d'envoi des musiques oblige le site à laisser les navigateurs placer les morceaux en mémoire cache. Deezer complique constamment ses procédures pour contrer les enregistreurs (MP3 encapsulés dans des FLV et découpage de chaque musique en plusieurs fichiers FLV), mais les logiciels d'enregistrement sont adaptés en fonction des contre-mesures[111]. D'autres logiciels sauvegardent directement le son joué par l'ordinateur, indépendamment de la manière dont Deezer configure sa diffusion[112].

La découverte de cette possibilité de télécharger remet en cause la crédibilité du site qui se prétend respectueux des droits d'auteur et fut d'ailleurs approuvé par la SACEM[113]. Cependant Catherine Kerr-Vignale, membre du directoire de la SACEM, a indiqué que l'on peut enregistrer Deezer comme on peut déjà le faire avec une radio classique, les ayants droit étant rémunérés pour cela grâce à la rémunération pour copie privée perçue sur les supports de stockage[114].

De nombreux logiciels permettent d'enregistrer le streaming mais ont un nom qui n'évoque pas Deezer. Début 2008, Freezer est créé, dont le nom ressemble à Deezer. En juin 2009 est créé Beezik.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jiwa perd le catalogue de Warner et en appelle à ses visiteurs Publié le 10 février 2010.
  2. Grooveshark, la future alternative à Deezer ? Stream-actu.com, publié en avril 2008.
  3. a, b et c Chronique « Patron, chef d'entreprise » d'Olivier de Lagarde sur France Info
  4. Deezer évolue Blog Deezer.com, publié le 6 juin 2011
  5. http://www.numerama.com/magazine/20854-deezer-sera-present-dans-200-pays-d-ici-l-ete-2012-maj.html
  6. a et b Nil Sanyas, « Deezer compte multiplier par 13 son nombre d'abonnés Premium », sur Pc Impact,‎ 10 octobre 2012
  7. a et b Deezer is now available in a lot of countries. The list below is updated with all the countries live developers.deezer.com consulté 15 mai 2013
  8. http://www.deezer.com/en/
  9. http://www.deezer.com/ru/
  10. http://www.deezer.com/it/
  11. http://www.deezer.com/de/
  12. http://www.b2bweb.fr/shared-items/decouvrez-la-future-version-deezer-en-html5/
  13. Deezer lance “Deezer Elite” avec Sonos aux Etats-Unis : http://blog.deezer.com/fr/deezer-lance-deezer-elite-avec-sonos-aux-etats-unis/
  14. Deezer se lance aux Etats-Unis en se positionnant sur le haut de gamme
    En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/0203764837909-deezer-se-lance-aux-etats-unis-en-se-positionnant-sur-le-haut-de-gamme-1041083.php?uS7qypSgCgohTPhK.99
  15. Lucie Piriou, « Deezer : partagez votre musique », sur Infos du net,‎ 22 août 2007 (consulté le 7 janvier 2009).
  16. a, b, c, d, e, f et g deezer de bonne aventure… le dossier de presse Consulté en mars 2010.
  17. La Sacem fait fermer Blogmusik.net Clubic.com 8 mars 2007
  18. Information sur le site Deezer.
  19. Marc Rees, « Musique illimitée : Free ouvre un portail avec Deezer.com », sur PC INpact,‎ 23 août 2007.
  20. Marc Rees, « Universal : nos titres sont exploités illégalement sur Deezer », sur PC INpact,‎ 25 août 2007.
  21. a, b, c, d et e Comment Deezer gagne de l'argent Publié le 5 novembre 2009
  22. « Deezer signe avec Sony BMG », communiqué de presse de Deezer, 10 octobre 2007.
  23. Marc Rees, « Nouvelle version de Deezer, 1,5 million de titres au catalogue », sur PC INpact,‎ 10 janvier 2008.
  24. La rédaction, « Deezer ajoute Universal Music à son catalogue de musique en ligne », sur ZDNet.fr,‎ 14 mai 2008.
  25. Olivier Levard, « Musique en ligne : Avec Deezer, Pascal Nègre mange son chapeau », sur LCI.fr,‎ 14 mai 2008.
  26. « Deezer signe un accord européen avec Universal Music », communiqué de presse de Deezer, 14 mai 2008.
  27. a et b Deezer : de la publicité audio dans sa musique en ligne Publié le 15 janvier 2009
  28. a et b « Deezer fête la musique tout l'été », communiqué de presse de Deezer, 18 juin 2008.
  29. D'après la page d'accueil.
  30. Sophie, « Deezer signe avec Warner Music International », blog de Deezer,‎ 18 septembre 2008.
  31. Jacinthe, « Deezer enfin sur iPhone et iPod Touch ! », blog de Deezer,‎ 23 octobre 2008.
  32. « Deezer, premier service musical disponible sur BlackBerry », communiqué de presse de Deezer, 19 février 2009.
  33. page d'accueil Deezer
  34. L'équipe Deezer, « Blocage du partage des MP3 : NON ! Deezer n’est pas responsable », blog de Deezer,‎ 12 décembre 2008.
  35. INFO: Deezer et la V3
  36. Sujet UPLOAD DE MP3 DÉSACTIVÉ TEMPORAIREMENT Forum officiel, page supprimée.
  37. Grâce à Dotscreen, Deezer transforme la Xbox 360 en jukebox bfmtv.com 23 mai 2013
  38. a, b, c et d Deezer s'explique sur les restrictions d'accès territoriales Publié le 10 février 2009.
  39. Jiwa : « La pub audio, c’est un tue-l’amour », le 20 mai 2009.
  40. Sophie, « Ouï ♥ Deezer, l'émission de radio qui vous appartient », blog de Deezer,‎ 14 avril 2009.
  41. Footeuz, « Info sur vos albums favoris », blog de Deezer,‎ 3 juin 2009.
  42. Deezer disponible sur l’Android Market
  43. Améliorations sur la discographie et les résultats de recherche Publié le 20 août 2009
  44. Le nouvel album de MUSE en écoute exclusive sur Deezer
  45. Mademoiselle K : Album en préécoute sur Deezer les 3 et 4 octobre 2009
  46. Deezer à la techno parade
  47. Intégration du catalogue de Domino Records sur Deezer. Publié le 14 octobre 2009
  48. Mr Xhark, « Deezer en HTML5 : inutilisable sans flash », Blogmotion,‎ 23 avril 2011.
  49. (en) Sophie, « Face au mécontentement, Deezer vous répond »,‎ 10 juin 2011 (consulté le 10 juin 2011)
  50. a, b, c, d et e Deezer vise le million d'abonnés payants Lefigaro.fr, publié le 10 juin 2011.
  51. a et b Deezer ouvre sa plate-forme pour devenir le « Facebook de la musique » Les Échos.fr 3 mai 2012
  52. a et b http://www.pcinpact.com/actu/news/53984-deezer-premium-hq-smartphones-iphone.htm Rédigé le 5 novembre 2009
  53. a et b http://www.lefigaro.fr/societes/2010/01/27/04015-20100127ARTFIG00675-deezer-repris-en-main-par-ses-actionnaires-.php Publié le 27 janvier 2010.
  54. http://wifeee.fr/?p=807 Publié le 3 novembre 2009.
  55. Deezer s'infiltre dans les McDo grâce à Sound Deezer. Publié sur PC INpact le jeudi 8 avril 2010.
  56. a et b http://www.ecrans.fr/Deezer-pile,9046.html Publié le 26 janvier 2010.
  57. Notre intention n'est pas de racheter Deezer. LeJournalduNet. Publié le 23 juillet 2010.
  58. Orange prend 11 % du capital de Deezer. lexpension.lexpress.fr, publié le 27 août 2010.
  59. [1]Désormais WorMee et Deezer ne font plus qu'un.
  60. Le blog de Deezer, Deezer ouvre son shop, publié le 13 décembre 2010.Consulté le 11 janvier 2011.
  61. Deezer limite désormais le temps d’écoute à 5 heures par mois. Place4geek.com, consulté le 18 juin 2011.
  62. Plaquette présentant le partenariat capitalistique de Deezer et CM-CIC Capital privé - Le chiffre de 3 millions est cité, mais c'est un chiffre arrondi à l'unité du million
  63. Deezer acquiert le fournisseur de podcasts Stitcher, Challenges, 27 octobre 2014
  64. http://www.rue89.com/2009/07/29/musique-sur-spotify-et-deezer-ecoutez-les-differences
  65. a, b et c http://www.deezer.com/blog/fr/
  66. http://www.deezer.com/forum/index.php/topic,920.0.html Publié le 8 novembre 2009.
  67. a et b http://www.lefigaro.fr/medias/2010/03/04/04002-20100304ARTFIG00440-musique-les-sites-de-streaming-menaces-.php
  68. Partenaires de Deezer.
  69. http://www.deezer.com/fr/#legal/press.php Consulté en février 2010.
  70. a, b, c, d, e et f http://www.numerama.com/magazine/14668-musique-libre-jamendo-signe-avec-deezer-un-accord-commercial.html Publié le 8 et 9 décembre 2009.
  71. a et b http://www.jamendo.com/fr/albums?order=ratingmonth_desc&tag_idstr=&location_country=all&license_minrights_c=on Recherche sur Jamendo le 6 mars 2010
  72. http://pro.jamendo.com/fr/ Consulté le 6 mars 2010.
  73. a et b Conditions générales d'utilisation Deezer.com, consulté en juin 2011.
  74. « L'auteur de l'enregistreur deezer condamné », sur numerama.com (consulté le 11 juin 2011)
  75. 6 mois de prison avec sursis pour l'auteur de Freezer Clubic.com, publié le 10 juin 2011.
  76. http://www.deezer.com/fr/legal/help.php Consulté en novembre 2009
  77. http://www.deezer.com/forum/viewtopic.php?f=64&t=5952 Forum Deezer (08/03/09)
  78. a et b http://www.cnetfrance.fr/news/warner-stoppe-site-streaming-39712949.htm Publié le 11 février 2010.
  79. Spotify devient plus limité en gratuit Generation-nt.com, publié le 14 avril 2011.
  80. a, b, c, d, e et f Deezer – Universal Music : deux poids, deux mesures du streaming Itespresso.fr, publié le 14 juin 2011.
  81. a et b Musique : Deezer et Apple, l'Adami critique. Generation-nt.com, publié le 7 juin 2011.
  82. Streaming : Deezer coupe le sifflet d’Universal Music, 5 septembre 2011
  83. Deezer : Dauchez quitte la direction générale, Le Figaro, 29 avril 2014.
  84. « Web Search Volume: deezer » sur Google Tendances des recherches
  85. http://www.deezermedia.com/doc/Deezer_tarifs_2009.pdf.
  86. http://www.numerama.com/magazine/14914-deezer-en-manque-de-rentabilite-chercherait-un-repreneur.html Publié le 23 janvier 2010.
  87. Guillaume Champeau, « Deezer rapporte uniquement 70 000 euros à la Sacem en six mois », sur Numerama,‎ 20 juin 2008.
  88. http://lemusicodrome.canalblog.com/archives/2009/10/05/15297281.html
  89. a et b http://www.actu.ma/streaming-succes_i162269_6.html</ref Publié le 11 mars 2009
  90. http://www.zdnet.fr/blogs/digital-jukebox/carnets-du-midem-2009-2-le-cas-deezer-39602133.htm
  91. http://www.infos-du-net.com/actualite/15295-deezer-confirmation-publicite-audio.html Publié le 5 mars 2009.
  92. Nil Sanyas, « Deezer devrait imposer de la publicité audio dans ses titres », sur PC INpact,‎ 14 janvier 2009.
  93. Guillaume Champeau, « Deezer diffusera des publicités audio avec les chansons », sur Numerama,‎ 14 janvier 2009.
  94. Carte musique.gouv.fr
  95. Deezer signe un partenariat avec Amazon.fr et Starzik.com. Publié le 2 décembre 2010.
  96. a et b Marché international de l'édition musicale 2009, consulté en juin 2011.
  97. Crise des ventes de disques et téléchargements sur les réseaux, figure page 25 « Évolution des ventes de différents biens de loisir en France. » . Consulté en juin 2011.
  98. Conférence de presse du Midem du 24 janvier 2011. Blog.universalmusic.fr, consulté en juin 2011.
  99. Le marché de la musique enregistrée en 2011 Disque en France.com consulté en mai 2012
  100. Deezer annonce une levée de fonds de 6.5 Millions d'Euros et la creation d'Odyssey Music Group
  101. Le 7 avril 2009 signera la fin du tarif unique pour les titres musicaux proposés à l'achat via iTunes. Certains pourront atteindre 1,29 € mais seront dépourvus de DRM Generation - nt.com 27 mars 2009
  102. a, b et c Exclusif : Deezer sauve in extremis ses accords de bundle avec Orange Electron libre.info 20 juillet 2012
  103. Jean-Sébastien Zanchi, « Le Français Deezer lève 100 millions d'euros », sur Metrofrance.com,‎ 8 octobre 2012
  104. La rédaction de BFM dans Good Morning Business, « Jonathan Benassaya : « Deezer.com est une alternative au piratage » », sur 01net.com,‎ 28 août 2007.
  105. Gérald Bouchez, « Musique en ligne : les alternatives légales et gratuites », sur VotreArgent.fr,‎ 29 avril 2009 (consulté le 26 juillet 2009).
  106. Une protection DRM pour le MP3 Clubic.com 2 mars 2004
  107. http://www.itespresso.fr/musique-deezer-fait-le-pari-du-telechargement-et-des-offres-payantes-32264.html Publié le 6 novembre 2009
  108. http://www.deezermedia.com/content/Formats/SpotandClick/DEEZER_SpeTech_FormatAudio.pdf Consulté le 15 novembre 2009
  109. http://pcmig.free.fr/applications/cdex/cdex_tests.html Détail de l'obtention de ces valeurs, mis à jour le 8 juin 2007.
  110. http://www.neuroreille.com/promenade/francais/sound/fsound.htm
  111. Guillaume Champeau, « La protection anti-téléchargement de Deezer à nouveau craquée », sur Numerama,‎ 7 juillet 2008.
  112. http://www.keeg.fr/2009/07/31/telecharger-les-mp3-de-deezer-en-temps-reel/
  113. Damien Bancal, « La musique de Deezer à la merci du piratage », sur 01net.com,‎ 24 août 2007.
  114. Catherine Kerr-Vignale, « Musique gratuite : qui paie ? », sur lesechos.fr,‎ 12 octobre 2007 (consulté le 7 janvier 2009)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]