Blocus de l'Allemagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne le blocus allié de la Première Guerre mondiale. Pour le blocus de la Seconde Guerre mondiale, voir Blocus de l'Allemagne (1939-1945).
Blocus de l'Allemagne (1914-1918)
Navires de la 2e escadre de la Grand Fleet de la Royal Navy vers 1914.
Navires de la 2e escadre de la Grand Fleet de la Royal Navy vers 1914.
Informations générales
Date 1914-1919
Lieu Océan Atlantique nord et sud, mer Méditerranée
Issue Victoire alliée
Belligérants
Alliés :
Drapeau du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande Royaume-Uni
Flag of Italy (1861-1946).svg Royaume d’Italie
Drapeau français France
Drapeau des États-Unis États-Unis
Puissances centrales :
Drapeau de l'Empire allemand Empire allemand
Drapeau de l'Autriche-Hongrie Autriche-Hongrie
Drapeau de l'Empire ottoman Empire ottoman
Première bataille de l'Atlantique
Batailles
Bataille de l'Atlantique

Blocus allié de l'Allemagne · Odensholm (08-1914) · 1re Heligoland (08-1914) · Penang (10-1914) · Coronel (11-1914) · Falklands (12-1914) · Dogger Bank (01-1915) · Gotland (07-1915) · Golfe de Riga (08-1915) · Yarmouth et Lowestoft (04-1916) · Jutland (05-1916) · Funchal (12-1916) · Combat entre le Leopard et le HMS Achilles · Pas-de-Calais (04-1917) · Combat entre le HMAS Sydney et le LZ92 · Détroit de Muhu (10-1917) · 2e Heligoland (11-1917) · Croisière de glace (02/03-1918) · Zeebruges (04-1918) · 1er Ostende (04-1918) · 2e Ostende (05-1918) · Sabordage allemand à Scapa Flow (06-1919)


Bataille de la mer Noire
12 octobre 1914 · Odessa (10-1914) · Novorossiysk · Sébastopol · Feodosia · Cap Sarytch · île Kirpen (1) · île Kirpen (2)


Front italien


Front d'Europe de l’Est


Front d'Europe de l’Ouest


Front du Moyen-Orient


Front africain

Le Blocus de l'Allemagne est un blocus naval mené durant la Première Guerre mondiale par la Royal Navy britannique à partir de 1914 dans le but de stopper le ravitaillement maritime de l'Allemagne et de ses alliés. Il est considéré comme un élément clé de la victoire finale des alliés. Le blocus se poursuivit après la signature de l'armistice le 11 novembre 1918 pour forcer l'Allemagne à signer l'humiliant Traité de Versailles en juin 1919. On estime à 750 000, le nombre de civils allemands morts des suites de la sous-alimentation pendant et après la guerre[1].

L'Allemagne et le Royaume-Uni dépendaient largement des importations pour nourrir leur population et alimenter leur industrie. Les importations de produits alimentaires et de matériel militaire des deux camps provenaient principalement des Amériques, par conséquent, l'Allemagne et le Royaume-Uni ont tous les deux tentés d'imposer un blocus à l'autre. La Royal Navy supérieure en nombre pouvait opérer dans le vaste Empire britannique tandis que la flotte de surface allemande, la Kaiserliche Marine restait confinée aux côtes allemandes. Les Allemands utilisèrent donc les corsaires et les sous-marins pour opérer ailleurs.

Contexte historique[modifier | modifier le code]

Avant la Première Guerre mondiale, une série de réunions furent tenues à Londres concernant une coopération militaire avec la France dans l'éventualité d'une guerre avec l'Allemagne. Le directeur des renseignements navals, Charles Ottley assura que deux fonctions de la Royal Navy dans cette guerre seraient l'interception des navires de commerce allemands et empêcher le blocus des ports britanniques. Un blocus fut considéré comme utile pour deux raisons : cela pourrait forcer la flotte de guerre allemande à combattre et être une arme économique contre l'Allemagne. Le blocus de l'Allemagne apparut formellement dans les plans de guerre britanniques en 1908, les officiers étaient cependant divisés sur la possibilité d'un tel blocus. Les plans étaient constamment révisés et en 1914, la Royal Navy était encore hésitante sur la manière de mettre en place ce blocus.

Le Royaume-Uni, avec sa puissance militaire supérieure, établit le blocus de l'Allemagne immédiatement après le déclenchement de la guerre en août 1914. La mer du Nord fut déclarée zone de guerre en novembre 1914 et les navires y entrant le faisaient à leurs risques et périls[2]. Le blocus fut tellement restrictif que même les produits alimentaires furent considérés comme "contrebande de guerre". Les Allemands considérèrent cela comme une tentative flagrante pour affamer le peuple allemand et voulurent mettre en place des mesures de représailles.

Le blocus se fit également au détriment de l'économie américaine. Sous la pression des lobbys industriels qui souhaitaient marchander avec les deux camps, le gouvernement américain protesta vigoureusement. La Grande-Bretagne souhaitait ne pas se fâcher avec les États-Unis mais considérait que bloquer le commerce avec l'ennemi était prioritaire. Finalement, la campagne sous-marine de l'Allemagne (en grande partie provoqué par le blocus) et l'attaque de paquebots américains fit plus pour provoquer l'entrée américaine que le blocus.

Un rapport du cabinet de guerre britannique du 1er janvier 1917 rapportait que très peu de ravitaillement avait pu atteindre l'Allemagne et ses alliés par la mer du Nord ou par les ports de l'Adriatique (bloqués par la flotte française depuis 1914)[3].

Effets sur l'économie allemande[modifier | modifier le code]

En 1915, les importations allemandes avaient déjà baissé de 55 % par rapport au niveau d'avant-guerre. Le blocus privait également l'Allemagne des engrais nécessaires à son agriculture. Ceci associé à l'effondrement des importations fit que les céréales, la viande et les autres produits alimentaires étaient si rares et réservés aux soldats sur le front que les civils furent obligés de consommer des ersatz comme le Kriegsbrot (pain de guerre). Les pénuries provoquèrent des émeutes en Allemagne mais également en Autriche-Hongrie.

Le gouvernement allemand fit de grands efforts pour contrer les effets du blocus ; Le programme Hindenburg de mobilisation économique lancé le 31 aout 1916 fut conçu pour augmenter l'effort de guerre en embauchant tous les hommes entre 17 et 60 ans et le système de rationnement fut introduit en 1915 pour s'assurer que toute la population pouvait consommer le minimum nutritionnel.

Toutes ces tentatives eurent des succès limités et la ration journalière de 1 000 calories était notoirement insuffisante pour maintenir une bonne santé. Cela provoqua en 1917, une "épidémie" de maladies causées par la malnutrition comme le scorbut, la tuberculose et la dysenterie. Les statistiques officielles allemandes font état de 763 000 morts provoqués par le manque de nourriture causé par le blocus, mais cela excluait les 150 000 morts victimes de la grippe de 1918 dont les effets furent aggravés par l'état de santé des populations.

Le blocus fut maintenu pendant huit mois après l'armistice de novembre 1918 pour forcer le gouvernement allemand à signer le Traité de Versailles en juin 1919.

Le blocus eut une grande influence sur la politique allemande lors de la Seconde Guerre mondiale. Les Nazis se souvenaient que le blocus avait causé une baisse de la productivité et avait participé à l'effondrement de l'Empire allemand. Les Nazis firent donc tout pour fournir à la population allemande ce dont elle avait besoin en pillant les territoires occupés. Le système de rationnement ne fut par conséquent créé qu'en décembre 1944.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. name=dhm>"Die miserable Versorgung mit Lebensmitteln erreichte 1916/17 im "Kohlrübenwinter” einen dramatischen Höhepunkt. Während des Ersten Weltkriegs starben in Deutschland rund 750.000 Menschen an Unterernährung und an deren Folgen. [1]
  2. (en) Spencer Tucker, Priscilla Mary Roberts, World War I, Santa Barbara, ABC-CLIO,‎ 2005 (ISBN 978-1-85109-420-2, LCCN 2005022937), p. 836–837
  3. (en) « Memorandum to War Cabinet on trade blockade », The National Archives

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]