Bloc Ioulia Tymochenko

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cyrillic letter Dzhe.svg Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Блок Юлії Тимошенко
Bloc Ioulia Tymochenko
Image illustrative de l'article Bloc Ioulia Tymochenko
Logo officiel
Présentation
Chef Ioulia Tymochenko
Fondation 9 février 2001
Siège Kiev
Ukraine Ukraine
Députés (2002)
21 / 450
Députés (2007)
100 / 450
Idéologie Social-libéralisme
Solidarisme
Pro-européisme
Affiliation internationale Parti populaire européen (observateur)
Couleurs Pourpre
Site web byut.com.ua

Le Bloc Ioulia Tymochenko (BIouT) est un parti politique ukrainien de centre droit. L'actuel chef du BIouT est Ioulia Tymochenko, ancienne Premier ministre.

Création[modifier | modifier le code]

Le BIouT naît en novembre 2001, lors de la présidence de Leonid Koutchma. Ce parti est né de l'union de cinq partis démocrates :

Le but de ce parti était de former une opposition unie et organisée contre le régime Koutchma, qui dirigeait l'Ukraine depuis 1994. En outre, le BIouT accusait le président Koutchma et son gouvernement de corruption, et de crimes à l'égard de la liberté d'expression (affaire Gueorgui Gongadzé).

Lors des élections législatives de 2002, le BIouT est crédité de 7,26 % des voies, et acquis 21 députés sur 450 (en Ukraine, les élections législatives sont proportionnelles). Ce score ne lui a pas permis d'acquérir une majorité, ni de peser dans les décisions politiques.

Historique du parti[modifier | modifier le code]

Révolution Orange[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Révolution orange.

Lors de l'élection présidentielle ukrainienne de 2004, les partis d'opposition au gouvernement décident de s'unir. Le candidat choisi par l'opposition est Viktor Iouchtchenko. Durant la campagne présidentielle, Ioulia Tymochenko sera le second de Viktor Iouchtchenko, et l'accompagnera dans chacune de ses manifestations.

Lorsque la Révolution Orange réussie, et amène Viktor Iouchtchenko au pouvoir, la leader du BIouT, Ioulia Tymochenko, est nommée Premier Ministre le 24 janvier 2005.

La rupture du BIouT avec Iouchtchenko[modifier | modifier le code]

Lorsque Ioulia Tymochenko est nommée au poste de Premier Ministre, des discordances avec le groupe parlementaire Notre Ukraine (parti présidentiel) apparaissent dans les mois qui suivent. Le BIouT accuse le président de corruption, et de ne pas assez s'investir dans les privatisations. En outre, ce dernier point provoque la rupture définitive entre les deux groupes, et Ioulia Tymochenko est limogée le 8 décembre 2005. C'est le début de la traversé du désert de Ioulia Tymochenko, qui décide de mener campagne seule.

Les élections législatives de juin 2006[modifier | modifier le code]

Lorsque les résultats des élections sont connus, le BIouT remporte à la surprise générale 23 % des voix (soit seize points en plus par rapport à 2002), et devient le second groupe parlementaire après le Parti des régions. A contrario, Notre Ukraine fait un faible score, ce qui fragilise beaucoup la position du président. Portant toujours son étiquette de parti pro-occidental, Ioulia Tymochenko se résout à former une nouvelle coalition entre le BIouT , Notre Ukraine, et le Parti Socialiste d'Ukraine. Malheureusement, les tensions persistent entre les membres de la coalition, et plusieurs problèmes internes empêchent la nomination de Ioulia Tymochenko comme Premier ministre. Après seulement quelques semaines d'existence, la nouvelle coalition orange s'effondre. Par la suite, Viktor Ianoukovytch redevient Premier Ministre, et le BIouT entre à nouveau dans l'opposition. Le BIouT soutiendra la mise en place d'élections législatives anticipées présentées par le président en mai 2007.

Les élections législatives de septembre 2007, et le retour du BIouT dans la majorité[modifier | modifier le code]

Lorsque les résultats définitifs sont connus, le BIouT a encore fait une très grande percée dans le parlement. Le BIouT est crédité de 30,7 % des voix (soit huit points de plus par rapport à 2006), et talonne de seulement trois points le parti pro-russe de Viktor Ianoukovitch.

Une nouvelle coalition est formée entre la BIouT et Notre Ukraine, et Tymochenko est désignée comme Premier ministre. Mais lors de sa ratification par les députés le 11 décembre 2007, Ioulia Tymochenko n'obtient pas les voix nécessaires pour redevenir Premier ministre. Il faudra attendre une deuxième élection, le 18 décembre, pour que la leader du BIouT redevienne de nouveau Premier ministre d'Ukraine. La nouvelle coalition comporte 156 députés du BIouT, et 72 députés de Notre Ukraine, soit une majorité très mince (228 députés sur 450).

Résultat du BIouT lors des élections législatives anticipées de septembre 2007.

Doctrine politique du BIouT[modifier | modifier le code]

Ioulia Tymochenko en 2008 avec l'ancien président américain George W. Bush.

Programme politique[modifier | modifier le code]

Le BIouT s'inscrit dans la lignée des partis politiques ukrainiens dits pro-occidentaux, ou oranges.

Le programme du BIouT comporte plusieurs points clés :

  • La lutte contre la corruption d'État. En effet l'Ukraine, comme tous les pays de l'ancien bloc communiste, souffre aujourd'hui de manière très préoccupante de la corruption au sein de l'État. Ce thème permanent de campagne a été dirigé tout d'abord contre le régime Koutchma, puis contre la gouvernance du pays de l'ancien président d'Ukraine, Viktor Iouchtchenko.
  • La transparence politique. Le BIouT veut rompre avec l'ancienne habitude communiste qui plaçait les dirigeants politiques dans une sorte d'aura intouchable, où chaque décision était soumise au secret d'État.
  • Libéralisation de l'économie. D'appartenance de centre-droit, le BIouT a d'ores et déjà lancé de grandes réformes de libéralisations et de privatisations. Ces projets sont vivement critiqués par l'opposition pro-russe qui préfère que l'économie ukrainienne reste sous le contrôle partiel de l'État.
  • Intégration à l'Union européenne et à l'OTAN. Le BIouT, tout comme Notre Ukraine, souhaite que l'Ukraine soit membre de l'UE et de l'OTAN à long terme, et à court terme, un membre privilégié des deux alliances.
  • Indépendance énergétique vis-à-vis de la Russie. La crise gazière avec Gazprom de janvier 2006 a montré à quel point l'Ukraine devait faire attention à ses relations avec la Russie. Outre la diversification du marché énergétique ukrainien (privilégier l'achat du gaz turkméne), le BIouT propose en parallèle de faire pression sur la Russie en y augmentant le coût du transit du gaz par l'Ukraine.
  • Rompre définitivement avec l'ingérence russe. Le BIouT souhaite avoir une Ukraine politique forte, et plus indépendante des décisions de Moscou. Par-exemple, cela s'est déjà montré par le non-positionnement de l'Ukraine dans l'indépendance du Kosovo, alors que la Russie y était farouchement contre.

Différences politiques entre Notre Ukraine et le BIouT[modifier | modifier le code]

Électorat[modifier | modifier le code]

Il est intéressant de regarder dans quelles régions de l'Ukraine le BIouT y est majoritaire. À l'heure actuelle[Quand ?], le BIouT est le premier parti (entre 60 % et 80 % des voix) au Centre, au Nord, et à l'Ouest de l'Ukraine (cependant, la Galicie appartient toujours à Notre Ukraine). Les grandes villes, comme Lviv ou Kiev sont acquises au parti (à Kiev, Timochenko obtient 70 % des voix au second tour à la présidentielle de 2010, contre 25 % pour Ianoukovitch). Cependant, le BIouT fait un score de plus en plus faible plus on s'approche de l'Est et du Sud de l'Ukraine. Ses votants sont originaires de toutes classes sociales. Néanmoins, le BIouT reste minoritaire dans la classe des ouvriers métallurgistes et des mineurs du Donbass, qui ont peur des effets de la privatisation sur l'industrie ukrainienne.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]