Blitz Wolf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Blitz Wolf

Titre original Blitz Wolf
Réalisation Tex Avery
Scénario Rich Hogan
Acteurs principaux
Sociétés de production Metro-Goldwyn-Mayer cartoon studio (en)
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Animation Comédie
Sortie 1942
Durée 9 minutes 50

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Blitz Wolf (parfois titré Der Gross méchant loup en français) est un court-métrage d'animation américain produit par la Metro-Goldwyn-Mayer en 1942 et un film de propagande anti-nazi de la Seconde Guerre mondiale parodiant Adolf Hitler. Il fut réalisé par Tex Avery et produit par Fred Quimby. Il fut nommé dans la catégorie Oscar du meilleur court-métrage d'animation.


Synopsis/Résumé[modifier | modifier le code]

Ce dessin animé est une parodie de l'histoire bien connue Les Trois Petits Cochons, produit dans le ton de la propagande anti-allemande de la Seconde Guerre mondiale. Dans ce dessin animé, les cochons partent en guerre contre Adolf le Loup (sous les traits d’Adolf Hitler), qui menace d'envahir Cochonland (Pigmania dans la version américaine). Les deux cochons qui construisent leurs maisons en paille et en bois déclarent qu'ils n'ont pas besoin de prendre des précautions contre le loup puisqu'ils ont signé un Pacte de non-agression avec lui. Le cochon qui construit sa maison en pierre, le Sergent Pur Porc (Sergeant Pork dans la version américaine), prend ses précautions et renforce sa maison avec un puissant dispositif de défense composés de barbelés, de bunkers, d'obusiers et de tranchées.

Adolf le Loup envahit Cochonland, malgré les deux cochons lui rappelant qu'il a signé un traité avec eux. Il détruit leurs maisons jusqu'à ce que les cochons se replient sur la maison du Sergent Pur Porc. C'est alors que débute la bataille entre le Loup et les cochons. À la fin du cartoon, Adolf le Loup est éjecté hors de son bombardier par les obus remplis d'obligation de guerre des cochons et chute vers le sol où une bombe qui explose l'envoie en enfer. Se rendant compte qu'il est mort il dit: « Où suis-je ? Ai-je été envoyé en… ? », ce à quoi un groupe de démons répond : « Aaaah, ça est possible! », en référence à la Réplique culte de Jerry Colonna.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

  • Pinto Colvig : Sergeant Pork (voix, non crédité), Sergent Pur Porc dans la version française.
  • Frank Graham : Le narrateur (voix, non crédité).
  • Bill Thompson : Adolf Wolf (voix, non crédité), Adolf le Loup dans la version française.

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Il s'agit du premier cartoon de Tex Avery pour la MGM, et également le premier court-métrage pour les animateurs Preston Blair et Ed Love (Love est arrivé à la MGM avec Kenneth Muse juste après la grève des studios Disney de 1941).
  • Le rugissement du Lion de la MGM est sur la musique de "Hold That Tiger".
  • La version française du court-métrage a été censurée de la partie faisant référence au raid de Doolittle sur Tokyo (lorsque le très long canon des trois petits cochons a tiré un obus qui atteint et pulvérise Tokyo, une pancarte où est écrit "Doolittle Dood It!" s'est planté dans l'eau.)
  • Dans la version américaine du court-métrage, la voix d'Adolf le Loup fut doublé par Bill Thompson, qui fera par la suite la voix de Droopy.
  • Au début, les deux petits cochons chantent au Sergent Pur Porc:

Ça y est t'es un soldat,
Fini de gambader,
Tu creuses des tranchées,
(pause et image figée),
Ça y est t'es dans l'armée!

Ce qui dans la version américaine donne:
You're in the Army Now,
You're Not Behind the Plow,
You're Diggin' a Ditch,
(pause et image figée),
You're in the Army Now!

La pause fut insérée pour remplacer la réplique You, son of a bitch, ce qui aurait été inapproprié pour un court-métrage à l'époque. Cela ressemble à un gag du carton The Draft Horse de la Warner Bros.

  • La plupart des scènes ne ressemblent pas toutes à celles de la Seconde Guerre mondiale. Les tranchées, par exemple, rappellent la Première Guerre mondiale.
  • Alors que les chars d'assaut déferlent sur Cochonland un petit engin blindé, avec inscrit Good Humor sur les flancs (ce qui fut prononcé "Crème glacée" dans la version française par le narrateur) et ayant la musique d'un camion de marchand de glace, traverse le champ de bataille. Il s'agit là d'un gag similaire à celui employé dans le court métrage Bugs Bunny Nips the Nips.
  • Alors qu'un groupe de chars d'assaut équipés de lance-flamme avance, l'un lançant une toute petite flamme ouvre son écoutille pour laisser sortir une pancarte avec écrit: I Don't Want to Set the World on Fire, ce qui fut prononcé dans la version française par un narrateur imitant l'accent allemand et disant:"Je ne veux pas mettre le monde à feu et à sang".
  • Quand la maison de paille est soufflée, une pancarte apparaît avec écrit Gone with the wind (ce qui fut prononcé "Autant en emporte le vent" par le narrateur dans la version française) suivi par une autre pancarte en forme de flèche pointée vers la première avec écrit "Corny gag, isn't it?" (ce qui fut prononcé "Ringard le gag, non?" par le narrateur dans la version française).
  • Lorsque les deux petits cochons se réfugient chez le Sergent Pur Porc on peut lire sur la plaque à gauche de la porte "No dogs allowed" où le mot dog fut rayé et remplacé par Japs, allusion très claire à la Guerre du Pacifique. Dans la version française la plaque fut floutée, de sorte que l'on voit pas la rectification, et prononcée par le narrateur "Interdit aux chiens gammés".
  • Vers le milieu du cartoon, le Sergent Porky parvient à empêcher un obus de s'abattre sur sa position en lui montrant le contenu (non visible par les spectateurs) d'un exemplaire du magazine Esquire avec en couverture une Pin-up.

Lien externe[modifier | modifier le code]