Bleuet à feuilles étroites

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Vaccinium angustifolium • Airelle à feuilles étroites, Bleuet à feuille dentelée, Bleuet nain

Page d'aide sur les redirections Cet article concerne la plante. Pour pour le fruit, voir bleuet (fruit).

Le Bleuet à feuilles étroites (Vaccinium angustifolium Aiton), aussi connu sous divers autres noms, est une espèce d'arbuste à petits fruits comestibles, de la famille des Ericaceae. C'est un arbuste de 30 cm, étalé et très ramifié croissant dans l'est de l'Amérique du Nord. Le fruit de l'arbuste, le bleuet, est le symbole de Dolbeau-Mistassini, dans la région du Lac-Saint-Jean au Québec, ville considérée comme la « capitale mondiale du bleuet ». Il est aussi le fruit symbole de l'État du Maine aux États-Unis. Il ne faut pas confondre l'airelle à feuilles étroites (bleuet) avec la myrtille. Le nom bleuet se réfère aux espèces qui ne poussent qu'en Amérique du Nord, alors que le nom de myrtille s'applique aux espèces qui poussent en Europe et en Asie[1]. Au Canada, les espèces proches sont Vaccinium myrtilloides ou airelle fausse-myrtille, et Vaccinium corymbosum ou airelle en corymbe[2], dont les cultivars constituent aussi les variétés à gros fruits cultivées au Canada et aux États-Unis.

Véritable tradition culinaire québécoise, l'usage des bleuets pour des fins alimentaires remonte aux Amérindiens. On trouve des bonbons, du thé, des biscuits, des chocolats[3] et des tartes préparés avec des bleuets.

Dénominations[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Vaccinium angustifolium

Les feuilles caduques de 2 à 4 cm de long sont angustifoliées, finement dentées, luisantes, vert foncé et deviennent rouges en automne.

Au printemps, apparaissent les fleurs campanulées de 5 à 10 mm, blanches ou rosées, parfois réunies en grappes pendantes de 3 à 5 cm de long.

Les baies sphériques (bleuet) de 0,5 à 2 cm de diamètre sont noir bleuté et sucrées.

Cette espèce est résistante au feu et se développe en masse après des incendies de forêt, mais ne résiste pas à une température de moins de -32 °C.

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Cette espèce a été décrite pour la première fois en 1789 par le botaniste britannique d'origine écossaise William Aiton (1731-1793).

Liste des variétés et formes[modifier | modifier le code]

Selon Tropicos (24 juin 2013)[12] (Attention liste brute contenant possiblement des synonymes) :

  • variété Vaccinium angustifolium var. angustifolium
  • variété Vaccinium angustifolium var. hypolasium Fernald
  • variété Vaccinium angustifolium var. integrifolium Lepage
  • variété Vaccinium angustifolium var. laevifolium House
  • variété Vaccinium angustifolium var. myrtilloides (Michx.) House
  • variété Vaccinium angustifolium var. nigrum (Alph. Wood) Dole
  • forme Vaccinium angustifolium fo. angustifolium
  • forme Vaccinium angustifolium fo. chiococcum (W. Deane) B. Boivin
  • forme Vaccinium angustifolium fo. leucocarpum (W. Deane) Rehder
  • forme Vaccinium angustifolium fo. nigrum (Alph. Wood) B. Boivin

Culture[modifier | modifier le code]

Il affectionne les sols froids, très acides, tourbeux, sablonneux et humides. Il adore le soleil. Le plant du bleuet sauvage entre en floraison au mois de juin, et ses fruits atteignent leur maturité début août.

Intérêt médical[modifier | modifier le code]

Le bleuet arrive en tête de l'indice ORAC[13] des fruits et légumes aux effets antioxydants. De sérieuses études ont constaté des effets positifs sur la mémoire. Le bleuet préviendrait aussi la fatigue oculaire, améliorerait la vision et réduirait le cholestérol dans certains cas.

Cancer[modifier | modifier le code]

Selon les docteurs Richard Béliveau et Denis Gingras, l'efficacité du bleuet pour lutter contre le cancer a été soulignée par des recherches scientifiques très récentes[Lesquelles ?]. Selon ces derniers, « les données scientifiques récentes suggèrent qu'une classe de molécules particulièrement abondantes dans les bleuets et myrtilles, les anthocyanidines, pourrait être responsable des effets antiangiogéniques de ces fruits et, de ce fait, contribuer à limiter la croissance des tumeurs. »[réf. souhaitée]

Diabète[modifier | modifier le code]

Les travaux d'une équipe de chercheurs canadiens[14] semblent confirmer les propriétés antidiabétiques du bleuet. Dans le cadre de ces travaux menés en laboratoire, les bleuets sauvages ont été transformés en extraits à partir de quatre parties, soit les feuilles, le fruit, la tige et les racines.

Le fruit aurait la propriété de stimuler la production d'insuline en régénérant les cellules du pancréas. Un résultat intéressant puisque aucun médicament sur le marché ne produit cet effet.

Au Canada, l'extrait de bleuet est déjà utilisé, sous forme de supplément, comme traitement complémentaire du diabète de type 2.

Importance économique[modifier | modifier le code]

Cette espèce a une grande importance économique dans l'est de l'Amérique du Nord et notamment dans la région du Lac Saint-Jean au Québec, où l'on récolte les bleuets à l'état sauvage.

Les exportations du bleuet vers le Japon ont explosé depuis que des études confirment ses effets antioxydants. Selon Jean-Eudes Senneville, responsable des Bleuets sauvages du Québec, « les Japonais mangeaient entre 4 et 5 millions de livres de bleuets par année en 1990. Ils en ont consommé 10 fois plus en 2006 et considèrent le fruit comme un alicament ».

Production[modifier | modifier le code]

L'exploitation du bleuet.

En 2006, la production de bleuets sauvages du Québec a atteint 70 millions de livres[15]. De cela, 55 millions ont été produites à partir de bleuetières spécialement aménagées, et 15 millions ont été récoltées en forêt. La grande majorité de ces bleuets, soit 67,5 millions de livres, a été mise en marché sous diverses formes transformées, et notamment sous forme de bleuets sauvages surgelés.

Transformation[modifier | modifier le code]

Les bleuets sont récoltés soit par des producteurs dans des bleuetières ou par des citoyens qui les récolteront en forêt. Par la suite, les bleuets sont acheminés à un point d'achat puis envoyés à l'usine de transformation, communément appelée usine de congélation. On en trouve à Mistassini, Dolbeau, Saint-Félicien et Saint-Bruno, les trois dernières appartenant à l'entreprise de commercialisation Bleuets Sauvages du Québec. Ils sont entreposés, puis transformés en moins de trois jours pour être finalement congelés, en vue d'une autre transformation pendant l'hiver ou emballés frais et vendus sur les marchés canadiens et américains.

La transformation comporte plusieurs étapes différentes selon l'usine en usine mais le procédé reste toujours le même, dans un premier temps on retire les feuilles et insectes, puis les bleuets sont nettoyés à l'eau ce qui permet d'en enlever des impuretés comme le sable. Puis, les bleuets sont séparés en catégories de couleur et grosseur, les bleuets sont congelés dans un tunnel de congélation rapide puis entreposés dans des chambres froides à l'aide de bennes de cartons. Les bleuets de couleur blanche et rouge seront entreposés séparément dans les chambres froides en attendant leur traitement qui se fera au cours de l'hiver. Ce traitement servira à séparer tous les autres bleuets bleus qui pourraient subsister. Par la suite, les bleuets sont expédiés aux différents acheteurs partout dans le monde, en particulier au Japon où le bleuet est considéré comme un alicament, mais aussi en Allemagne ou en France, où le bleuet est commercialisé sous le nom de myrtille sauvage[16].

Il existe trois classes de bleuets : le conventionnel, le boréal et le biologique. Les bleuets sont récoltés, transformés et congelés séparément en fonction de leur classe.

  • Le bleuet conventionnel est un bleuet cultivé en forêt ou en bleuetières qui peut contenir des traces de pesticides.
  • Le bleuet boréal est un bleuet naturel répondant à des normes de production sévères (le champ de bleuet ne doit avoir été exposé à aucun pesticide depuis au moins deux ans pour être classé comme boréal selon les normes privées de BSQ)
  • Le bleuet biologique ne contient aucun pesticide et a été cultivé dans un espace clos comme une serre ou un laboratoire.

Une saison de bleuet commence vers le début août et se termine vers la mi-septembre, les bleuets sont récoltés jusqu'à ce que la terre gèle, soit lors de la première pleine lune de septembre. Par la suite, lorsque tous les bleuets auront été transformés, un grand ménage est effectué de toute la machinerie puis, de nouvelles installations sont montées pour repasser les bleuets qui ont été congelés pendant la saison dans une ligne de production qui enlèvera la tige des bleuets et séparera les bleuets qui ont été congelés ensemble. Le produit nettoyé sera par la suite envoyé aux différents acheteurs.

Statistiques[17][modifier | modifier le code]

Année concernée Bleuets de bleuetière Bleuets de la forêt Bleuet frais Total de la récolte
2011 55 638 139 lb 13 136 537 lb 91 393 lb 68 866 069 lb
2010 10 629 407 lb 1 722 616 lb 336 401 lb 12 688 424 lb
2009 59 872 621 lb 4 888 451 lb 376 491 lb 65 137 563 lb
2008 49 085 482 lb 14 076 749 lb 682 547 lb 63 845 138 lb

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Entrée « bleuet » », sur Grand dictionnaire terminologique, Office québécois de la langue française.
  2. Le bleuet sauvage au Canada sur le site du gouvernement du Nouveau-Brunswick
  3. Découvrir — Des forêts et des lacs. Consulté le 14 août 2008.
  4. ITIS, consulté le 24 juin 2013
  5. a, b, c, d et e Vaccinium angustifolium sur le site Vascan de Canadensys, consulté le 19 avril 2013
  6. a, b, c et d Nom vernaculaire en français d’après Termium plus, la banque de données terminologiques et linguistiques du gouvernement du Canada
  7. Voir définition donnée par le Grand dictionnaire terminologique de l’Office québécoi de la langue française.
  8. Michel Leboeuf, Arbres et Plantes forestières du Québec et des Maritimes, Waterloo (Québec), Éditions Michel Quitin,‎ 2007, 391 p. (ISBN 978-2-89435-331-8), p. 218.
  9. Parmi les espèces de bleuets nains récoltés, citons Vaccinium angustifolium[1]
  10. « Espèce d'airelle d'Amérique du Nord, à feuilles coriaces, qui produit le bleuet. » Larousse
  11. « Le terme bleuet, qui désigne couramment le fruit du bleuetier, est également utilisé pour désigner l'arbuste lui-même ».GDT
  12. Tropicos, consulté le 24 juin 2013
  13. (en) Article sur les teneurs en ORAC de plusieurs fruits sur le site (en) http://www.wilblueberries.com
  14. (en) Martineau LC, Couture A, Haddad, P, et al.Anti-diabetic properties of the Canadian lowbush blueberry Vaccinium angustifolium, Ait, Phytomedecine, 2006 Nov.,13(9-10):612-623.
  15. Source : Syndicat des producteurs de bleuets du Québec.
  16. Site d'information francophone sur les myrtilles sauvages
  17. http://www.spbq.ca/index.php?searchword=statistique&ordering=&searchphrase=all&option=com_search

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :