Triptyque Bleu I, Bleu II, Bleu III

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Bleu II)
Aller à : navigation, rechercher
Triptyque Bleu I, Bleu II, Bleu III
Image illustrative de l'article Triptyque Bleu I, Bleu II, Bleu III
Artiste Joan Miró
Date 1961
Type peinture non figurative
Dimensions (H × L) 270 × 355 cm
Localisation Centre national d'art et de culture Georges-Pompidou, Paris (France)

Triptyque Bleu I, Bleu II, Bleu III est un ensemble de trois toiles de Joan Miró, réalisées à partir du 4 mars 1961 à Palma de Majorque dans le grand atelier construit pour le peintre par l'architecte Josep Lluís Sert en 1956[1]. C'est une ensemble de trois grandes huiles sur toile mesurant 270x355 cm chacune et conservées au centre Georges-Pompidou à Paris.

Contexte[modifier | modifier le code]

Miró, à la fois satisfait et désorienté par l'ampleur de ce grand atelier, s'est d'abord employé à l'animer avec toutes sortes d'objets et d'esquisses sorties de ses cartons pour peupler l'espace vide[2]. Il se sent obligé de réorienter sa peinture dans une direction nouvelle. Il lui faut retrouver le « sursaut de la fureur iconoclaste de sa jeunesse[1]. » Son deuxième séjour aux États-Unis est déterminant, la jeune peinture américaine lui ouvre la voie et le libère en lui montrant jusqu'où on peut aller[3].

Après une période d'abondante production, Miró fait le vide, déclare le vide[4] et se lance dans l'exécution de plusieurs triptyques dont Bleu I, Bleu II, Bleu III.

D'autres Triptyques suivront deux ans plus tard, notamment : le Triptyque vert, rouge, orange intitulé : Peintures pour un temple, puis en 1968 : Peinture sur fond blanc pour la cellule d'un condamné (1968), huile sur toile aux mêmes dimensions que les Bleus (Fondation Miró) et L'Espoir du condamné à mort (1974), huile sur toile (Fondation Miró).

Description[modifier | modifier le code]

Les Bleus semblent faits d'un seul geste, inspiré selon Margit Rowell « par les villages catalans où, autrefois, les maisons étaient peintes en bleu, un bleu catalan légèrement violacé, clair, littéralement : le bleu ciel[5] »

Selon le témoignage de son ami Jacques Dupin, qui était à ses côtés pendant la réalisation des œuvres, il a fallu dix mois pour que Miró passe de l'ébauche au fusain à la peinture sur toile. Le peintre a très lentement libéré la tache, la ligne, il a mis du temps à trouver le rythme et la couleur : « J'ai mis beaucoup de temps à les faire. Pas à les peindre, mais à le méditer. Il m'a fallu un énorme effort, une très grande tension intérieure pour arriver au dépouillement voulu[6]. »

Les taches noires constellantes dans le Bleu I sont disposées comme les pierres d'un gué dans le Bleu II, et se réduisent à une seule tache dans le Bleu III. Le bâton rouge de petite taille du Bleu I s'étire dans le Bleu II comme une fusée et disparait en petit point ovoïde rouge-rosée, légèrement entouré de gris-noir, flottant au bout d'une tige comme une fleur d'eau.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Dupin, Miró, Paris, Flammarion,‎ 1961 et 1993 (ISBN 2-08-011744-0)
  • Jean- Louis Prat, Miró, Martigny (Suisse), Fondation Pierre Gianadda,‎ 1997 (ISBN 2-88443-042-3)
  • (en) Margit Rowell, Joan Miró, selected writings and interviews, Boston, J.K.Hall et Da Capo press,‎ 1986, 356 p. (ISBN 0306804859)
    L'ouvrage regroupe les lettres de Miró avec ses amis et les écrits des amis de Miró sur le peintre, ainsi que leur correspondance.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Dupin 1961 et 1993, p. 303
  2. Rowell 1986, p. 161-162
  3. Rowell 1986, p. 58
  4. Dupin 1961 et 1993, p. 313
  5. Rowell 1986, p. 41-49
  6. Anne Bertrand, Libération du mercredi 26 mai 1993, p.35, citation extraite de : Dupin 1961 et 1993, p. 313