Blanquette de Limoux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Blanquette de Limoux
Blanquette de Limoux.jpg
Verre et bouteille de blanquette de Limoux
Désignation(s) Blanquette de Limoux
Appellation(s) principale(s) blanquette de Limoux, crémant de Limoux et Limoux (AOC)
Type d'appellation(s) appellation d'origine contrôlée
Reconnue depuis 18 février 1938
Pays Drapeau de la France France
Région parente Languedoc-Roussillon
Localisation Aude
Superficie totale 7 800 hectares
Superficie plantée 1 420 hectares
Cépages dominants chenin blanc, mauzac et chardonnay
Vins produits Blanc
Effervescent
Production 40 000 hectolitres

La blanquette de Limoux est un vin effervescent, protégé par une AOC. Son terroir viticole se situe dans le département de l'Aude, à 25 kilomètres de Carcassonne. Ce secteur produit aussi un autre vin effervescent, le crémant de Limoux et un vin tranquille le Limoux (AOC).

Histoire[modifier | modifier le code]

Salle de remuage de la blanquette de Limoux

Tite-Live, historien, louait à l'époque de la Rome antique les vins blancs de Limoux qui n'étaient pas encore des vins effervescents ; en effet depuis Tite-Live les « vins de lumière » désignent les blancs tranquilles, fins et fruités[1]. Dès cette époque et tout au long du Moyen Âge, il est constaté, en Italie et en France notamment, que parfois certains vins devenaient spontanément effervescents. Ce phénomène est remarqué à Limoux en 1531 par les moines bénédictins de l'abbaye de Saint-Hilaire (Saint-Hilaire dans l'Aude)[2], ce qui en fait le plus vieux vin effervescent du monde[3].

L'AOC de la blanquette de Limoux est l'une des premières AOC créées en France[4]. L'aire de production est délimitée dès 1929, le décret du 18 février 1938 offre une appellation d'origine contrôlée à la blanquette de Limoux et à la blanquette méthode ancestrale.

Étymologie[modifier | modifier le code]

L'appellation blanquette vient des petites pointes blanches que l'on remarque sur les feuilles de vigne (en occitan, blanc se dit blanquet).

Zone géographique[modifier | modifier le code]

Elle se situe le long de la vallée de l'Aude, à l'extrémité occidentale de la région du Languedoc, entre les plateaux du Chalabrais et de Lacamp, aux pieds des Pyrénées, entre 200 et 450 m d'altitude sur quatre terroirs. Le vignoble, qui compte 7 800 hectares, couvre 41 communes. L'AOC Blanquette de Limoux concerne une superficie de 1 420 hectares et produit 40 000 hectolitres.

Climat[modifier | modifier le code]

Les quatre terroirs sont non hiérarchisés mais définis par leur rapport à leur climatologie

  • Terroir d'Autan: 150 à 200 mètres d'altitude, 570 mm de précipitations par an, situé entre deux massifs montagneux (les Corbières et le Chalabrais), le climat est chaud et sec, il est en deuxième position dans l'ordre des vendanges.
  • Terroir Méditerranéen: 100 à 200 mètres d'altitude, à l'est de Limoux, 650 mm de précipitations par an, le climat est chaud et tempéré par des vents de la mer qui lui confère une hygrométrie ambiante, parfois élevée, favorisant une monté rapide des sucres, il est le premier terroir dans l'ordre des vendanges.
  • Terroir Océanique : 200 à 300 mètres d'altitude, 780 mm de précipitations par an, à l'ouest de Limoux, proche de Toulouse, climat humide et tempéré ouvert aux flux d'ouest par des périodes chaudes, Maturité plus tardive que les terroirs d'Autan et Méditerranéen (2 semaines environ).
  • Terroir Haute Vallée: 300 mètres d'altitude, 750 mm de précipitations par an, proche des Pyrénées en remontant l'Aude, humide et plus froid avec un printemps tardif et un automne frais.

Communes de production[modifier | modifier le code]

Alet-les-Bains, Ajac, Antugnac, Bouriège, Campagne-sur-Aude, Cassaignes, Castelreng, Cépie, Conilhac-de-la-Montagne, Couiza, Cournanel, Coustaussa, La Digne-d'Amont, La Digne-d'Aval, Espéraza, Fa, Festes-et-Saint-André, Gaja-et-Villedieu, Gardie, Ladern-sur-Lauquet, La Serpent, Limoux, Loupia, Luc-sur-Aude, Magrie, Malras, Montazels, Pauligne, Peyrolles, Pieusse, Pomas, Roquetaillade, Rouffiac-d'Aude, Saint-Couat-du-Razès, Saint-Hilaire, Saint-Polycarpe, Serres, Tourreilles, Vendémies, Villar-Saint-Anselme, Villebazy et Villelongue-d'Aude.

Vignoble et paysage[modifier | modifier le code]

Terres de Limoux

Afin de permettre aux promeneurs de savoir dans quel terroir ils se situent, le Syndicat du Cru a entrepris une étude « Vignoble Paysagers » permet depuis 2010 de matérialiser chaque zone par une couleur et un arbre dominant.

Les habitants s'engagent dès à présent à planter des rosiers de couleur :

  • jaune dans le terroir d'Autan,
  • rouge dans le terroir Méditerranéen,
  • rose dans le terroir Océanique,
  • orange dans le terroir Haute Vallée.

Encépagement[modifier | modifier le code]

Pour la blanquette de Limoux méthode ancestrale, seul le Mauzac B est utilisé[5]. Pour la blanquette brute, les trois cépages (chenin blanc, mauzac et chardonnay) sont utilisés avec 90 % de mauzac.

Vinification[modifier | modifier le code]

Bouteilles de blanquette de Limoux et verres de promotion.
Gamme de blanquette
  • Pour la 'blanquette brute, une première fermentation est effectuée séparément pour les différents cépages. On obtient alors des vins de base que l'on assemble. À cet assemblage on ajoute une liqueur de tirage pour provoquer une seconde fermentation qui se déroule en bouteille. C'est durant cette deuxième fermentation que le vin devient effervescent. Après 9 mois de repos, les bouteilles sont ouvertes pour éliminer le dépôt qui subsiste. On ajoute ensuite la liqueur d'expédition qui donne le caractère brut ou demi-sec. La bouteille est enfin bouchée d'un bouchon de liège définitif.
  • Pour la Blanquette méthode ancestrale, la fermentation est entièrement naturelle et la mise en bouteille se déroule à la veille de la Lune de mars. Le vin produit contient moins de 7° d'alcool.

Vin et gastronomie[modifier | modifier le code]

Verre de blanquette de Limoux.
Présentation du cassoulet

La Blanquette se déguste rafraîchie à 6 - 7°. Son nez dégage des notes de fruits et de fleurs de printemps, mâtiné des arômes de pomme verte et de miel. Ce vin effervescent peut accompagner tout un repas, et en particulier les plats du terroir, dans sa version brut ainsi que les desserts dans sa version demi-sec. La blanquette s'accorde parfaitement avec les arômes chaleureux du chocolat et peut se marier avec bonheur avec des spécialités culinaires régionales comme la truffe ou le cassoulet[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Geneviève Gavignaud-Fontaine, Gilbert Larguier, Le vin en Languedoc et en Roussillon. De la tradition aux mondialisations, XVIe-XXIe siècle, Trabucaire 2007 p. 123
  2. Revue des œnologues et des techniques vitivinicoles et œnologiques, Bourgogne-Publications, 1995 p. 43 : « C'est en 1531 que les moines de l'Abbaye Saint-Hilaire observèrent la découverte de la mousse limouxine [...] Dès le XVIe siècle, la Blanquette de Limoux était en effet réputée pour l'agitation qui animait la surface son vin ».
  3. Revue des œnologues et des techniques vitivinicoles et œnologiques, Bourgogne-Publications, 1998 p. 52 : « [...] à l'ancienne origine monastique (les bénédictins de Saint Hilaire, 1531) de l'élaboration naturelle du plus vieil effervescent du monde qui deviendra la Blanquette de Limoux. »
  4. Site Limoux AOC, Histoire.
  5. Zoom sur la blanquette de Limoux.
  6. Blanquette de Limoux : vin et gastronomie

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]