Blanche D'Antigny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Madeleine pénitente, tableau de Paul Baudry (modèle : Blanche Dantigny)

Marie Ernestine Blanche d'Antigny, dite Blanche D'Antigny (née à Martizay en 1842, morte en 1874) est une actrice française qui se produisit sur toutes les grandes scènes des théâtres européens. Elle passe toutefois, à l'inverse de Sarah Bernhardt, pour une médiocre interprète[1]. Fameuse demi-mondaine et courtisane de haute-volée du Second Empire, elle inspire à Émile Zola son personnage de Nana. Elle doit une partie de son ascension aux relations de son secrétaire, Arthur Meyer, futur créateur du musée Grévin[2].

Elle débute sa carrière d'actrice et de mondaine en Russie avant de revenir à Paris, où elle se fait bâtir un splendide hôtel particulier avenue de Friedland. Elle se réfugie un temps en Égypte pour échapper à ses créanciers. Elle y contracte la variole noire (ou plus vraisemblablement la fièvre typhoïde[3]) et meurt à Paris peu de temps après.

Elle repose au cimetière du Père-Lachaise (36e division) auprès de Caroline Le Tessier, décédée en 1903, également actrice. Le prince Serge Narichkine, acquéreur de la concession, décédé en 1897, reposa quelques années dans cette chapelle avant d'être inhumé définitivement dans la 90e.

Barbey d'Aurevilly disait d'elle dans la Veilleuse du 7 novembre 1868 : "Elle ne joue pas. Mais ses diamants jouent pour elle. Ce n'est point une actrice. C'est une boutique de joaillerie."

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Gabrielle Houbre, Courtisanes sous surveillance in Dans les secrets de la police
  2. Le paradoxe Arthur Meyer, consulté le 5 mai 2010
  3. D'après Juliette Vion-Dury, Destinées féminines dans le contexte du naturalisme européen, Editions Sedes,‎ 2008, 240 p., « II - Zola : Nana ».

Sources[modifier | modifier le code]

  • Domenico Gabrielli, Dictionnaire historique du cimetière du Père-Lachaise XVIIIe et XIXe siècles, Paris, éd. de l'Amateur,‎ 2002, 334 p. (ISBN 978-2-85917-346-3, OCLC 49647223, notice BnF no FRBNF38808177n)
  • Henry Lyonnet, Dictionnaire des comédiens français, Paris-Genève, 1902-1908, p. 429-430.
  • Gabrielle Houbre, « Courtisanes sous surveillance », in Dans les secrets de la police, éditions l'Iconoclaste 2008 (ISBN 9782913366206)