Blaireau (rasage)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Blaireau.
Un blaireau.
Nécessaire de toilette de la Première Guerre mondiale

Le blaireau est une brosse utilisée pour appliquer du savon à barbe sur un visage avant de le raser. Traditionnellement fabriqué en poils de blaireau, il existe aussi en soies de sanglier, en crin de cheval ou encore en poils synthétiques.

Bien qu'il soit moins utilisé depuis la généralisation de la mousse à raser, le blaireau connaît un regain d'intérêt et se trouve chez les vendeurs de savon à barbe ou sur internet.

Le blaireau a deux usages essentiels : il est tout d'abord l'outil qui, utilisé sur un savon à barbe ou avec une crème à raser, permet de créer une mousse épaisse qui protégera la peau et assouplira les poils de la barbe au moment du rasage. La mousse est créée en mouillant le blaireau et en adjoignant le savon ou la crème, la mousse étant ensuite formée par un mouvement de rotation et de frottement de la brosse soit dans un bol soit directement sur le visage soit encore dans la main. Outre la qualité du produit utilisé et la dextérité de l'utilisateur, la caractéristique essentielle que doit présenter la brosse est sa capacité à retenir une quantité suffisante d'eau, ce qui permet de créer un mousse riche et homogène.

Par ailleurs, avec la mousse ainsi créée, ou éventuellement avec une mousse ou gel à raser en bombe, l'usage du blaireau sur le visage permet un massage de la peau ainsi qu'un assouplissement du poil qui ne peut être obtenu lorsqu'on se contente d'appliquer la mousse ou le gel sur la peau. Dans ce rôle, la fermeté du poil de la brosse peut être considéré comme importante.

Histoire[modifier | modifier le code]

Un détail du tableau Un chirurgien barbier soigne le pied d'un paysan (1649-1650). Selon le site web du Peabody Essex Museum, il s'agit d'outils de barbier.

La date à laquelle le blaireau a été introduit est incertaine. Certains croient pouvoir identifier une brosse de rasage dans une peinture de datée de 1649 ou 1650[1], mais toutes les sources disponibles indiquent clairement une apparition dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Ainsi, Allan Peterkin affirme que le blaireau a été inventé en France en 1748[2], tandis qu'un article publié en 1830 mentionne le fait qu'avant 1756, il était commun de créer la mousse en frottant avec la main et que c'est vers cette époque que les barbiers français auraient introduit l'usage de la brosse.

La brosse n'était en tout cas pas généralisée en 1770, puisque le livre sur la pogonotomie de Jean-Jacques Perret, édité en 1770, parle toujours de savonner la barbe à la main[3] ; mais elle semble être devenue commune au début du XIXe siècle, et Plisson, marque réputée de blaireaux et de savon à barbe, est créée en 1808[4]. Il s’agit du plus ancien fabriquant au monde, lequel était le fournisseur officiel de l’empereur Napoléon Ier[5].

Types de brosses selon le poil utilisé[modifier | modifier le code]

Blaireau[modifier | modifier le code]

Souvent considérés comme la meilleure qualité de poils, les poils de blaireau ont comme caractéristique de très bien retenir l'eau et d'être considéré comme doux. Selon leur qualité, cette douceur du poil peut faire de la brosse en blaireau un outil idéal pour les crèmes à raser.

Les poils de blaireau utilisés proviennent généralement de Chine où le blaireau eurasien est plutôt considéré comme une vermine[6].

Il existe plusieurs qualités de blaireau en poil de blaireau selon la provenance du poil de l'animal. Ces différentes qualités de poils sont réparties, par ordre croissant de prix, en pure badger, best badger et super badger (ou silvertip).

Le pure badger désigne le poil qui couvre environ 60 % du corps de l'animal. C'est le poil le plus court et le plus épais, généralement foncé, il peut présenter toutes les nuances du clair au noir. Le best badger est un poil plus fin et plus long, généralement plus clair que le pure, qui couvre environ 25 % du corps de l'animal. Enfin le super badger, ou silvertip, est un poil long et souple, généralement bicolore (avec une bande plus sombre) et dont l'extrémité est naturellement blanche, qui couvre 15 % du corps de l'animal (sur le cou et la poitrine)[7].

Au delà de l'aspect esthétique, ces qualités se traduisent par un toucher de poil du plus dur (pure badger) au plus doux (silvertip). Un blaireau plus dur offrira une meilleur exfoliation et montera plus facilement une mousse avec un savon. À l'opposé un blaireau doux sera plus adapté avec une crème et moins agressif pour la peau.

Parmi les marques traditionnelles produisant des brosses en poil de blaireau, on peut citer Simpson, Saville Row, Taylor of Old Bond Street, Vulfix ou Kent en Angleterre, Muhle, Edwin Jagger ou Dovo en Allemagne, Plisson ou Gentleman Barbier en France[8].

Sanglier[modifier | modifier le code]

Considérée comme étant de qualité inférieure surtout du point de vue de la capacité de rétention d'eau et donc de la capacité de créer une bonne mousse, la soie de sanglier est cependant appréciée par de nombreux utilisateurs, notamment en raison de la fermeté de la soie de sanglier qui permet un massage efficace lors de l'application de la mousse[9]. Cette fermeté fait aussi que la brosse en soie de sanglier est parfois considérée comme particulièrement efficace avec les savons durs[10].

Les brosses en soie de sanglier sont, de manière générale, moins chères que celles en poils de blaireau.

Le poil de sanglier est également un poil qui se rôde: à l'usage les pointes se séparent ce qui améliore la rétention d'eau du blaireau tout en adoucissant le toucher.

Parmi les marques produisant des brosses en poil de sanglier, on peut citer Semogue, au Portugal et Omega, en Italie.

Cheval[modifier | modifier le code]

Les brosses en crin de cheval sont très communes, notamment dans les pays musulmans, où elles sont la seule alternative crédible au blaireau, trop cher, et au sanglier, exclu. Elles étaient également très répandues en Occident jusqu'au début du XXe siècle, au point de faire partie du matériel distribué dans l'armée américaine par exemple, mais elles ont disparu suite à des incidents où ces brosses avaient inoculé l'anthrax à leur utilisateur [11].

Les brosses en crin de cheval sont rapprochées, du point de vue de leur qualité, des brosses en soie de sanglier, pour la fermeté du poil, tout en ayant une plus grande douceur [12]. Elles sont dans la même gamme de prix.

Ces brosses sont particulièrement appréciées des végétariens ou des personnes qui rejettent le mode de production des autres poils, puisque l'usage du crin du cheval n'implique pas la mort de celui-ci[13].

Outre Vie-Long en Espagne, les brosses en crin de cheval sont produites notamment en Turquie[14].

Synthétique[modifier | modifier le code]

Un certain nombre de produits synthétiques ont également été créés. Ils sont souvent considérés comme de moins bonne qualité que les véritables blaireaux. Pourtant, un certain nombre de maisons traditionnelles ont développé des brosses en poils synthétiques efficaces, comme Muhle, Omega ou Vulfix[15] et d'importants progrès ont été faits, notamment pour offrir un produit de qualité capable de répondre aux soucis éthiques des utilisateurs. Les brosses synthétiques modernes ont atteint un tel niveau de qualité que Plisson a lancé une première brosse en poils synthétique en 2013 [16].

Prix[modifier | modifier le code]

Leur prix varie considérablement selon le type et la qualité de blaireau choisi et selon le fabricant: de 8 euros pour un blaireau en poils de sanglier bon marché, le prix peut s'élever à 150 euros ou plus pour un blaireau silvertip, le prix moyen pour un blaireau étant d'une cinquantaine d'euros pour des soies de qualité pure badger[17]. Le prix varie aussi selon la matière de la poignée, qui pouvait être faite d'ivoire, de bois précieux, sculptée, etc.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. voir History of the shaving brush, sur Badgerandblade.com, article largement utilisé pour cette section
  2. One thousand beards: a cultural history of facial hair, Allan Peterkin, p. 65
  3. La pogonotomie, ou L'art d'apprendre à se raser soi-même, Jean-Jacques Perret, 1770, p. 60
  4. Plisson sur coupechoux.com
  5. Guillaume Crouzet, « Le blaireau fait le beau », in Le Figaro Magazine, semaine du 31 mai 2013, page 106.
  6. More on shaving brushes sur Bruceonshaving.com
  7. Brush and Bristle Basics without the Sales Pitch, sur classicshaving.com
  8. Voir notamment The Art of the Straight Razor Shave, Christopher Moss, p. 17, disponible sur shavemyface.com. Une traduction en français est disponible ici.
  9. Shaving brushes, the story, sur Coolshaving.com
  10. Shaving Brushes sur Guide to Shaving et Do you ever use boar or synthetic shaving brushes?, sur shaving101.com
  11. Why horse hair shaving brushes are not more common, sur bruceonshaving.com et ANTHRAX FROM SHAVING BRUSHES, The American Journal of Public Health, mai 1925
  12. Custom horse shaving brush, sur BruceOnShaving.com
  13. Why horse hair shaving brushes are not more common, sur bruceonshaving.com
  14. Turkish horse hair shaving brush sur BruceOnShaving.com
  15. Do you ever use boar or synthetic shaving brushes?, sur Shaving 101 et The big synthetic brush round-up sur badgerandblade.com
  16. PLISSON SYNTHETIQUE si si vous avez bien lu! sur Rasage traditionnel
  17. Types of Shaving Brushes sur About.com