Blagny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour le vin, voir blagny (AOC).
Blagny
La mairie
La mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Ardennes
Arrondissement Sedan
Canton Carignan
Intercommunalité Communauté de communes des Trois Cantons
Maire
Mandat
Gérard Mary
2014-2020
Code postal 08110
Code commune 08067
Démographie
Population
municipale
1 203 hab. (2011)
Densité 162 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 37′ 18″ N 5° 11′ 31″ E / 49.6216666667, 5.19194444444 ()49° 37′ 18″ Nord 5° 11′ 31″ Est / 49.6216666667, 5.19194444444 ()  
Altitude Min. 162 m – Max. 280 m
Superficie 7,42 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ardennes

Voir sur la carte administrative des Ardennes
City locator 14.svg
Blagny

Géolocalisation sur la carte : Ardennes

Voir sur la carte topographique des Ardennes
City locator 14.svg
Blagny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Blagny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Blagny

Blagny est une commune française, située dans le département des Ardennes en région Champagne-Ardenne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village de Blagny, traversé par la Chiers, est contigu à la ville de Carignan. Il est situé au pied d'une colline de 293 m, le Mont Tilleul. La commune se compose de deux parties distinctes : l'ancien village et les anciennes cités de l'usine des Hauts Fourneaux de la Chiers, construites au début du XXe siècle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Blagny est sans doute d'origine gallo-romaine. Des sarcophages mérovingiens y ont été trouvés vers 1880.

L'église, consacrée à Saint Rémy, plaide aussi en faveur d'une grande ancienneté de la commune. Le collateur était le chapitre collégial d'Yvois.

Le village est cité dans une charte de l'abbaye d'Orval en 1124.

Blagny est mis à la loi de Beaumont par le comte de Chiny avant 1276.

La localité, proche d'Yvois, est ruinée par trois fois au cours des guerres du XVIe siècle. On y trouvait alors un moulin.

Au XVIIe siècle, les Reumont sont seigneurs de Blagny et à la même époque le maréchal Fabert fait construire une redoute sur la Chiers.

Les abbayes d' Orval, de Saint-Pierre de Bèze, et de Saint-Hubert ont possédé des biens à Blagny.

En 1791, le curé Forgeot refuse la constitution civile du clergé.

Le village s'est développé après 1824, date de la transformation du moulin en usine métallurgique. La population a augmenté de 336 % en un siècle.

À partir de 1928, l'usine de Blagny appartient à la Société de Hauts Fourneaux de la Chiers de Longwy. Elle produisait des tôles de carrosserie et des tôles galvanisées.

La fermeture de l'usine avec la perte de centaines d'emplois entraîne une forte dépopulation

Une tentative de fusion de Blagny et Carignan échoue en 1966 mais il existe un SIVOM qui traite des problèmes entre les deux communes.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Blagny Blason D’azur au chevron abaissé d’argent accompagné en chef senestre d’un cœur d’or ; au franc-canton de gueules chargé d’une étoile d’or.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1965 1995 Jean Maigret SFIO puis PS Agent de maîtrise
mars 1995 mars 2001 Pierre Poisseroux SE Cadre
mars 2001 mars 2008 André Lanotte    
mars 2008 mars 2014 Jean-Michel Robert[1]    
mars 2014 en cours Gérard Mary DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 203 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
250 325 274 260 304 373 339 370 992
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
361 427 402 449 497 562 577 562 540
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
620 647 1 116 1 252 1 593 1 352 1 576 1 831 1 745
1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009 2011 -
1 801 1 393 1 382 1 259 1 264 1 250 1 192 1 203 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Rémy possède un porche daté de 1700. C'est un édifice très simple qui abrite une Vierge à l'enfant du type dit de Notre-Dame d'Orval. Devant l'église se trouvent deux grands et gros marronniers qui passent pour avoir été plantés en 1598 afin de célébrer la Paix de Vervins. Ils ont sans doute été replantés vers le XVIIIe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Conseil général des Ardennes consulté le 23 juin (fichier au format PDF)
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011


Liens externes[modifier | modifier le code]