Blériot VIII

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Blériot VIII
Image illustrative de l'article Blériot VIII

Constructeur aéronautique Drapeau : France Blériot Aéronautique
Dimensions
Envergure 8,5 m
Longueur 7,5 m
Surface alaire 22 m2
Nombre de places 1

Le Blériot VIII est l'un des premiers avions construits par l'ingénieur français Louis Blériot, en 1908. Cet avion marque l'adoption de deux avancées significatives : une configuration des ailes et un système de contrôle qui serviront de norme pour les décennies qui suivirent.

L'année précédente, en 1907, Blériot expérimente, avec le Blériot VI, la conception d'un avion avec des ailes en tandem. Puis, il construit un appareil similaire, le Blériot VII, sur lequel l'aileron arrière est légèrement plus petit que l'aile avant. Sur le Blériot VIII, il réduit davantage encore la taille de l'aileron arrière, à tel point que celui-ci ne contribue plus de façon significative à la portance de l'avion, mais rempli désormais la fonction de stabilisateur horizontal. L'autre innovation réside dans l'adoption d'un seul manche à balai qui permettrait de contrôler à la fois roulis et le tangage, tandis que le gouvernail était contrôlé par une barre actionnée par les pieds du pilote. Un dispositif de commande similaire avait été incorporé dans un aéronef de l'année précédente par Robert Esnault-Pelterie.

Blériot constate que, malgré ces modification, l'avion vole toujours très bien, et que, désormais son système de contrôle lui permet de voler en rond. Il réussira à faire voler le Blériot VIII pendant huit minutes. Au cours de l'année 1908, il modifie l'avion un certain nombre de fois, et en produira deux nouvelles variantes : le VIII-bis et le VIII-ter. Avec cet avion, Blériot remporte le 29 juin 1908, le deuxième des trois prix offerts par l'Automobile Club de France pour un vol à une altitude de 200 mètres. Des vols plus longs suivirent : le 21 octobre, il parcourt 7 km, et dix jours plus tard ce sont 14 kilomètres qui sont franchis entre Toury et Artenay.

Références[modifier | modifier le code]

  • Michael J. H. Taylor, Jane's Encyclopedia of Aviation, Londres, Studio Éditions,‎ 1989, p. 161
  • Devaux, Jean et Michel Marani. Les Douze Premiers Aéroplanes de Louis Blériot. Pegase n°54, mai 1989.

Liens externes[modifier | modifier le code]