Bitis rhinoceros

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Bitis rhinoceros

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Vipère du Gabon de l'Ouest

Classification selon ReptileDB
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Reptilia
Sous-classe Lepidosauria
Ordre Squamata
Sous-ordre Serpentes
Infra-ordre Alethinophidia
Famille Viperidae
Sous-famille Viperinae
Genre Bitis

Nom binominal

Bitis rhinoceros
(Schlegel, 1855)

Synonymes

  • Vipera rhinoceros Schlegel, 1855
  • Bitis gabonica rhinoceros Schlegel, 1855

Bitis rhinoceros, la Vipère du Gabon de l'Ouest, est une espèce de serpents de la famille des Viperidae[1].

Distribution[modifier | modifier le code]

Cette espèce se rencontre en Guinée-Bissau, en Guinée, en Sierra Leone, au Liberia, en Côte d'Ivoire, au Ghana et au Togo[1].

D’après Spawls & Branch en 1995, le Ghana et le Togo représentent la limite orientale de l’aire de répartition de cette espèce. C'est dans cet endroit qu'elle a commencé à s’hybrider avec B. gabonica. La carte de la distribution qu’ils produisent n’inclut pas le Togo, mais au moins un spécimen est mentionné dans un rapport sur ce pays[2]. Le Togo, le Bénin et l’Est du Ghana font partie d’une région connue sous le nom de Dahomey Gap : une région relativement sèche qui sépare les forêts humides de l’Afrique orientale de celles de l’Afrique centrale[3],[4].

Description[modifier | modifier le code]

Bitis rhinoceros se distingue de Bitis gabonica, dont elle a longtemps été considérée comme une sous-espèce[5], principalement par la présence de plusieurs écailles nasales distinctives qui ressemblent à une paire de cornes sur son nez[6]. Elle partage cette caractéristique avec un proche parent, Bitis nasicornis. Toutefois, B. nasicornis revêt des couleurs plus claires et possède une tête plus étroite[2]. B. gabonica ne possède pas des cornes aussi larges et est beaucoup moins grande que B. rhinoceros. On remarque également chez B. gabonica, que le triangle sombre à l'arrière de l'œil est divisé, ce qui n'est pas le cas chez B. rhinoceros.

Éthologie[modifier | modifier le code]

Comme prédateur embusqué, ses couleurs lui procurent un excellent camouflage. Bitis rhinoceros

Principalement nocturne, Bitis rhinoceros a la réputation d'être lente et placide. Elle chasse habituellement en embuscade, passant souvent de longues périodes, immobile, dans l'attente d'une proie qui lui convienne. Par contre, il est fréquent qu'elle pratique une chasse active au cours des six premières heures de la nuit. Au Ghana, à Kumasi, plusieurs vipères étaient régulièrement tuées autour des écuries, à proximité d'une forêt située à 500 mètres - signe qu'elles étaient venues chasser des rats dans la prairie. Ce sont généralement des serpents très calmes, même lorsqu'ils sont manipulés, et il leur arrive rarement mordre ou siffler. Toutefois, des morsures par des individus de mauvaise humeur arrivent parfois[7].

Publication originale[modifier | modifier le code]

  • Schlegel, 1855 : Over eenige nieuwe soorten van vergiftige slangen van de Goudkust. Verslagen en Mededeelingen der Koninklijke Akademie van Wetenschappen (Afdeeling Natuurkunde), vol. 3, p. 312-317 (texte intégral).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Reptarium Reptile Database, consulté lors d'une mise à jour du lien externe
  2. a et b Spawls & Branch 1995 : The Dangerous Snakes of Africa. Ralph Curtis Books. Dubai, Oriental Press, p. 1-192 ISBN 0-88359-029-8.
  3. Comparative Phylogeography of Reptiles and Amphibians in West Africa at Homepage, Adam D. Leaché - Ph.D Candidate. Accessed 7 August 2006.
  4. Salzmann, Ulrich, Hoelzmann & Philipp, 2005 : The Dahomey Gap: an abrupt climatically induced rain forest fragmentation in West Africa during the late Holocene. The Holocene, vol. 15, no 2, p. 190-199 (Abstract) at Sage Journals Online. Accessed 2 August 2007.
  5. Lenk, Herrmann, Joger & Wink, 1999 : Phylogeny and taxonomic subdivision of Bitis (Reptilia: Viperidae) based on molecular evidence. Kaupia (Darmstadt), no 8, p. 31-38.
  6. Mallow, Ludwig & Nilson, 2003 : True Vipers: Natural History and Toxinology of Old World Vipers. Krieger Publishing Company, Malabar, Florida. p. 1-359 ISBN 0-89464-877-2.
  7. Spawls, Howell, Drewes & Ashe, 2004 : Un guide de champ des reptiles de l'Afrique de l'Est. Londres, A & C Black Publishers Ltd, p. 1-543 ISBN 0-7136-6817-2.